RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

“Criminologie - Justice pénale et criminologie. Bilan et prospective” (1999)
Chronologie


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de M. Jean-Paul Brodeur, Criminologie - Justice pénale et criminologie. Bilan et prospective”. Un article publié dans l'ouvrage sous la direction de Robert Lahaise, Québec 2000. Multiples visages d'une culture, pp. 329-346. Montréal: Les Éditions Hurtubise HMH, ltée, 1999, 462 pp. Collection: Les Cahiers du Québec. [Autorisation de l’auteur accordée le 29 juin 2006 de diffuser cet article dans Les Classiques des sciences sociales.]

Chronologie

La criminologie est d'apport récent au Québec, c'est pourquoi cette chronologie est de dimension restreinte.

 

1950 : Fondation du centre de resocialisation de Boscoville par le père Noël Mailloux, fondateur en 1947 du Département de psychologie de l'Université de Montréal. 

1960 : • Fondation du Département de criminologie de l'Université de Montréal, qui dispense des enseignements de maîtrise. 

• Fondation de la Société de criminologie du Québec. 

1964 : Le Département de criminologie offre un programme de troisième cycle (doctorat). 

1967 : Le Département de criminologie s'adjoint les enseignements de premier cycle. 

1968  • Création de la revue Criminologie, publiée par les Presses de l'Université de Montréal. 

• Le Département de criminologie devient l'École de criminologie. 
• Fondation du Centre international de criminologie comparée. 

1970 : Fondation de l’Association professionnelle des criminologues du Québec. 

1973 : Fondation du Groupe de recherche sur l'inadaptation juvénile.

 

Des professeurs de l'École de criminologie ont collaboré avec presque tous les organismes gouvernementaux qui se sont penchés sur la justice pénale depuis 1960. je cite pour mémoire les plus connus de ces organismes en les identifiant par le nom de leur président : Comité Ouimet (fédéral, 1969), Commission Prévost (Québec, 1970), Commission Le Dain (fédérale, 1973), Commission Batchaw (Québec, 1976), Groupe de travail sur la police Saulnier (Québec, 1978), Commission Thiffault (Québec, 1978), Commission Laplante (Québec, 1980), Livre Blanc Choquette (Québec, 1981), Commission Keable (Québec, 1981), Commission Charbonneau (Québec, 1982), Comité d'étude Landreville (Québec, 1986), Commission Archambault (fédérale, 1987), Commission Bellemare (Québec, 1988), Groupe de travail Normandeau/Leighton (fédéral, 1990), Groupe de travail Jasmin (Québec, 1992 et 1995), Comité Bordeleau (Québec, 1993), Commission Malouf (Québec, 1993), Enquête Malouf (1993), Commission Létourneau (fédérale, 1997).


Retour au texte de l'auteur: Dernière mise à jour de cette page le dimanche 13 août 2006 16:05
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref