RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Multiculturalisme, pluralisme et communauté politique: Le Canada et le Québec” (2000)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de MM. Gilles Bourque et Jules Duchastel [sociologues, UQAM], “Multiculturalisme, pluralisme et communauté politique: Le Canada et le Québec”. Un texte publié dans l'ouvrage sous la direction de Mikhael Elbaz et Denise Helly, Mondialisation, citoyenneté et multiculturalisme, pp. 147-169. Québec: Les Presses de l'Université Laval, 2000, 260 pp. [Les deux auteurs nous ont accordé en juillet 2004 leur autorisation de diffuser la totalité de leurs travaux respectifs.]

Introduction

L'analyse du multiculturalisme renvoie à quelques unes des transformations sociétales les plus décisives qui surviennent en cette fin de siècle. L'érosion des pouvoirs de l'État-nation sous l'impulsion de la mondialisation (Strange, 1996) favorise, par exemple, l'émergence d'identités primaires qui se situent à la marge et apparemment à contre-courant des phénomènes liés à la globalisation (Castells, 1997). De même, l'affirmation du pluralisme culturel demeure inséparable de la mouvance particulariste et souvent essentialiste qui accompagne le démantèlement de l'État-providence et la mise en place de l'État néolibéral (Jessop, 1993 ; Gilbert, 1995). Très souvent, le multiculturalisme suscite aussi le développement de la judiciarisation des rapports sociaux et la régression des institutions de la démocratie représentative (Touraine, 1994 ; Mandel, 1996). Mais plus largement encore, le multiculturalisme constitue l'un des révélateurs des impasses du politique qui se manifestent dans l'ensemble des sociétés occidentales. En nous référant aux expériences canadienne et québécoise, nous tenterons de montrer comment la question du multiculturalime se situe au cœur de pratiques et de débats qui impliquent la révision des conceptions de la citoyenneté et de la communauté politique dans un contexte qui menace les conditions d'exercice de la démocratie (Calhoun, 1994 ; Tully, 1995). 

Depuis la proclamation de la politique du multiculturalisme par le gouvernement fédéral en 1971, la question de la reconnaissance de la pluralité des cultures au Canada et au Québec a représenté l'un des enjeux les plus importants au cœur de luttes et de débats qui ont provoqué une crise du fédéralisme. La situation canadienne illustre de façon exemplaire que la reconnaissance de l'hétérogénéité culturelle remet aussi bien en question les principes de la construction de la communauté politique nationale que les dimensions universalistes de la citoyenneté. Elle témoigne de la mise à mal de la communauté des citoyens (Schnapper, 1994) aussi bien dans sa forme nationale qu'à titre de regroupement de citoyens capables de discuter du pouvoir dans l'espace public. Nous tenterons d'abord de déterminer quelques-uns des principaux éléments du contexte et de la dynamique qui ont permis l'émergence de ce mouvement social que représente le multiculturalisme, aussi bien au Canada que dans J'ensemble des sociétés occidentales. Nous aborderons par la suite les expériences canadienne puis québécoise, en tentant de faire ressortir comment la question de la multiplicité des cultures s'est posée au coeur d'un conflit d'intégration de la citoyenneté lié à la représentation de la communauté politique.


Retour au texte des auteurs: Gilles Bourque et Jules Duchastel, sociologues, UQAM Dernière mise à jour de cette page le mercredi 27 février 2008 13:15
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 



Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref