RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Russel Aurore Bouchard, Les fusils de Tulle en Nouvelle-France. (1980)
Liste des illustrations


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Russel Aurore Bouchard, Les fusils de Tulle en Nouvelle-France. Chicoutimi-Nord: Russel Bouchard, 1980, 109 pp. [Livre diffusé avec l'autorisation du directeur de la revue accordée le 22 septembre 2005.]


Figure page 12. Visage actuel rempli de charme du "Moulin de Fes".
Figure page 15. Vue ancienne de la Manufacture de Tulle et les bords de la Corrèze.
Figure page 19. "Soufflez dans le bassinet". Soldat des compagnies franches de la Marine qui servirent au Canada vers 1710. Aquarelle de Michel Pétard, (photo et collection, Parcs Canada, Ottawa).
Figure page 28. Soldat des compagnies franches de la Marine qui servirent en Nouvelle-France vers 1745. Aquarelle de Michel Pétard, (photo et collection, Parcs Canada, Ottawa).
Figure page 33a. Fusil ordinaire de Tulle, modèle de 1697.
Figure page 33b. Fusil ordinaire de Tulle, modèle de 1716.
Figure page 34a. (Fusil ordinaire de 1697) a) Côté de la contre-platine.
Figure page 34b. (Fusil ordinaire de 1697) b) Détente et support de détente.
Figure page 34c. (Fusil ordinaire de 1697) c) Vue de la queue de culasse avec dessin de la moulure.
Figure page 35a. a) Sous-garde, face extérieure bombée.
Figure page 35b. b) Sous-garde, face intérieure concave.
Figure page 35c. c) Contre-platine, le profil est rond.
Figure page 35d. d) Retour de plaque de couche
Figure page 36. Planche de Surirey de Saint-Remy montrant un fusil ordinaire pouvant recevoir baïonnette à douille. Édition originale de 1697 Photo, courtoisie René Chartrand, Ottawa.
Figure page 38a. Fusil grenadier de Tulle, modèle de 1697.
Figure page 38b. Fusil grenadier de Tulle, modèle de 1716.
Figure page 44. Ustensiles, ornements et armement d'un Iroquois. On reconnaît l'allure du fusil boucanier. Gravure de la Bibliothèque nationale, cabinet des Estampes, Paris.
Figure page 48. Fusil de Tulle du début du XVIIIe siècle, d'un modèle peu commun, fabriqué sans contre-platine. Collection du Musée du Royal 22e Régiment.
Figure page 49a. a) Fusil de chasse de Tulle, modèle de 1716.
Figure page 49b. b) Contre-platine, profil plat chanfreiné.
Figure page 49c. c) Retour de plaque de couche.
Figure page 50a. a) Sous-garde, face extérieure légèrement bombée.
Figure page 50b. b) Sous-garde, face intérieure légèrement concave.
Figure page 50c. c) Détente et support de détente
Figure page 51a. a) Platine de fusil de chasse portant encore l'inscription "TVLLE". Elle fut retrouvée lors des fouilles du Parc de l'Artillerie à Québec. Photo et collection, Parcs Canada, Ottawa.
Figure page 51b. b) Plaque de platine de fusil de chasse de Tulle retrouvée lors des fouilles archéologiques du poste de traite Pontchartrain, situé à la Baie de Brador sur la côte nord du fleuve Saint-Laurent. Photo et collection de l'auteur.
Figure page 55. Croquis original des Archives de la Marine à Paris, Série G.205, daté de 1693. Ce modèle se rapproche intimement des premiers pistolets de Tulle de la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle.
Figure page 60. Support de baguette. Le modèle est standard, de 1696 à 1741. On peut les retrouver en laiton ou en fer.
Figure page 61a. 1691-1720.
Figure page 61b. 1720-1741.
Figure page 62. Grenadière avec anneau sur le côté Anneau inférieure.
Figure page 63a. Fusil grenadier de Tulle, modèle de 1729-1734.
Figure page 63b. Côté de la contre-platine et boucle grenadière des fusils grenadiers et ordinaires de 1729-1734.
Figure page 63c. Contre-platine à profil plat.
Figure page 64a. Reconstitution d'un fusil grenadier de Tulle conforme aux contrats de 1729 et de 1734. Fabriqué pour la forteresse de Louisbourg. Collection et photo, Parcs Ca-nada, Ottawa.
Figure page 64b. Reconstitution d'un fusil grenadier de Tulle conforme aux contrats de 1729 et de 1734. Fabriqué pour la forteresse de Louisbourg. Collection et photo, Parcs Canada, Ottawa.
Figure page 66. Fusil boucanier de Tulle, modèle de 1729-1734.
Figure page 68. Fusil de chasse de Tulle, modèle de 1729-1734.
Figure page 69a. Côté de la contre-platine du fusil de chasse de 1729-1734. Certains ont des moulures plus découpées (fusils fins) et d'autres, à l'exemple de ce fusil, sont moins apparentes.
Figure page 69b. Côté de la contre-platine du fusil de chasse de 1729-1734 avec moulures plus découpées.
Figure page 70a. Sous-garde, face extérieure légèrement bombée.
Figure page 70b. Sous-garde, face intérieure légèrement concave.
Figure page 70c. Sous-garde de côté.
Figure page 71a. Retour de plaque de couche.
Figure page 71b. Contre-platine avec profil Plat.
Figure page 71c. Détente et support de détente.
Figure page 73. Fusil fin de chasse de Tulle, modèle de 1729-1734.
Figure page 74a. Côté de la contre-platine avec moulures découpées.
Figure page 74b. Vue de la queue de culasse avec dessins de la moulure.
Figure page 75a. Dessous de l'extrémité du fût et du canon.
Figure page 75b. Détail de la moulure autour du canal de baguette et du fût.
Figure page 75c. Profil de l'extrémité du fût et du canon.
Figure page 76a. Baguette de bois avec tire-bourres en fer maintenu à la tige par une goupille.
Figure page 76b. Retour de plaque de couche.
Figure page 76c. Détente et support de détente.
Figure page 76d. Support de baguette.
Figure page 76e. Contre platine, avec profil plat chanfreiné.
Figure page 77a. Sous-garde, face extérieure légèrement bombée.
Figure page 77b. Sous-garde, face intérieure à profil plat.
Figure page 77c. Sous-garde de côté.
Figure page 79. Pistolet de Tulle, modèle de 1729-1734.
Figure page 81a. Fusil ordinaire de Tulle conforme au contrat de 1697. Photo et collection, Parcs Canada, Ottawa.
Figure page 81b. Fusil de chasse de Tulle, c. 1730. Photo et collection, Parcs Canada, Ottawa.
Figure page 81c. Fusil de chasse de Tulle. c. 1740. À remarquer le "pied de vache" moins apparent de la crosse. Photo et collection de l'auteur.
Figure page 81d. Fusil de chasse de Tulle pour les chefs indiens. c. 1735. Collection, Régis de Roquefeuille, Trois-Rivières.
Figure page 86. Coupe du chien, de sa mâchoire supérieure et de la grande vis, à partir de 1716.
Figure page 87a. Platine de fusil ordinaire et grenadier fabriquée à Tulle à partir de 1716 environ. Le profil est plat et on retrouve une bride au bassinet ainsi qu'à la noix.
Figure page 87b. Platine de fusil de chasse fabriquée à Tulle à partir de 1716 environ. Le profil est plat et jusqu'à 1741 on ne retrouve pas de bride au bassinet ni à la noix.
Figure page 95. Baïonnette à douille pour fusils grenadiers et ordinaires. L'avènement de la troisième fente ne se situe probablement pas avant 1734.
Figure page 96a. Assemblage de la baïonnette à manche dans les canons des fusils grenadiers et ordinaires de 1696.
Figure page 96b. Assemblage de la baïonnette à douille sur les canons des fusils grenadiers et ordinaires de 1716. Remarquez la douille à deux fentes.
Figure page 96c. Assemblage de la baïonnette à douille sur les canons des fusils grenadiers et ordinaires de 1729-1734. Remarquez la douille à trois fentes.
Figure page 97. Cette baïonnette, à longue branche, est du même type que celles qui accompagnaient les fusils de Tulle. Elle fut retrouvée lors des fouilles archéologiques ef-fectuées au fort Beauséjour. Photo et collection, Parcs Canada, Ottawa.
Figure page 100a. Appliqué sur les platines, sous le bassinet. On retrouve ce poinçon de réception sur tous les fusils de Tulle, du début du XVIIIe siècle jusqu'aux années 1745 environ.

La fleur de lis, en plus d'apparaître sur la face extérieure de la platine, est appliquée dès le début du XVIIIe siècle sur la queue de la plaque de platine, à l'intérieur, et à partir de 1729, sur "le renfort du canon proche de la culasse".
Figure page 100b. Identifie le maître-canonnier, Michel Pauphile. Se retrouve sur le pan supérieur gauche des canons de fusil entre 1691 et 1715 environ.
Figure page 100c. Cette marque de Tulle constitue la première forme d'identification de la Manufacture. Elle se rencontre dès le début du XVIIIe siècle, peut-être avant jusqu'aux années 1745 environ. Elle se caractérise par un "U" en forme de "V".
Figure page 101a. Poinçon de la Manufacture de Tulle, à partir de 1745 environ.
Figure page 101b. Cette marque d'identification de la Manufacture, fait suite à la première. On la rencontre à partir de 1745 jusqu'à 1770 environ.
Figure page 101c. Cette marque identifie la Manufacture Royale de Tulle, à partir de 1777.
Figure page 101d. Marque de Tulle vers 1810.


Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le vendredi 14 février 2014 9:56
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref