RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Les armes à feu en Nouvelle-France. (1999)
Préface


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Russel Bouchard, Les armes à feu en Nouvelle-France. Montréal: Les Éditions Septentrion, 1999, 177 pp. [Autorisation de rediffusion en libre accès dans Les Classiques des sciences sociales accordée conjointement par l'auteure et l'éditeur le 13 mars 2017.]

[9]

Préface

L'étude des armes à feu utilisées par nos ancêtres à l'époque du Régime français est relativement récente au Québec et elle est, en bonne partie, l'œuvre de l'auteur de ce livre. Connu dans sa région pour ses nombreuses publications d'histoire et pour son extraordinaire série consacrée à l'histoire des villes et municipalités, Russel Bouchard est également un historien incontournable en ce qui concerne l'étude des armes en Nouvelle-France. Dès 1975, il publie, au Musée du Saguenay, son premier livre, Les armes traditionnelles au Canada 1534-1890, qui fournit un aperçu des armes utilisées au pays, ainsi qu'un catalogue de celles conservées dans les collections du Musée. Cet opuscule, bien que modeste, fait œuvre d'étude pionnière, puisqu'il est le premier à paraître en français au Québec sur le sujet.

Riche de cette lancée, Russel Bouchard s'est engagé, par la suite, dans un nouveau projet de recherche, « Les armes de traite », dont le résultat sera publié l'année suivante, aux éditions du Boréal Express. Cette fois, il est question des armes à feu et des armes blanches utilisées pour la traite des fourrures mais, tout en donnant force détails sur le caractère topologique des pièces étudiées, l'auteur réussit à démontrer que, sans ces armes et leur valeur d'échange, le commerce des fourrures, si essentiel au Canada du temps de la colonisation, ne pouvait exister.

Suivent coup sur coup, au fil des ans, quelques monographies puis, en 1980, Les fusils de Tulle en Nouvelle-France 1691-1741, une œuvre maîtresse qui concentre son analyse [10] sur la principale source d'armes à feu utilisées dans le dernier demi-siècle du Régime français. Malheureusement, ce classique restera méconnu du public francophone jusqu'à tout récemment. Les amateurs et les chercheurs anglophones qui finissent par connaître son existence se l'arrachent, avant que l'œuvre ne soit finalement traduite et publiée en anglais, en 1998, sous les bons soins de l'éditeur Jim Gooding, de la réputée maison d'édition Museum Restauration Service.

À travers ces études initiatiques, qui contribuent à forger le caractère de ce chercheur et qui confèrent aujourd'hui une nuance particulière à l'encrier où il trempe sa plume nerveuse, les experts de l'histoire des armes, tant en Europe qu'en Amérique du Nord, s'entendent à accueillir Russel Bouchard dans le cercle restreint des grands chercheurs dans le domaine.

Entre temps, de 1980 à 1982, l'auteur des Fusils de Tulle en Nouvelle-France rédige sa thèse de maîtrise es arts (« Les armes à feu portatives sous le Régime français »), document fort singulier et fort étoffé qu'il publie sous sa forme originale en 1985, à compte d'auteur. Puis, sans crier gare, il décide d'abandonner momentanément ce sujet de recherche pour se consacrer à l'histoire de sa région natale, le SaguenayLac-Saint-Jean. Après une absence d'une quinzaine d'années dans ce champ spécialisé de la recherche en culture matérielle et en histoire militaire, il revient à ses premières amours pour nous proposer, aujourd'hui, une synthèse passablement retravaillée et approfondie en ce qui a trait aux armes traditionnelles en Nouvelle-France. Cette dernière étude, fruit d'une longue gestation, est enrichie d'une multitude de données nouvelles, d'où émane une nouvelle fraîcheur que seuls l’expérience et le recul peuvent conférer à un historien soucieux d'apporter toujours plus et mieux.

René Chartrand
Historien militaire
Hull, le 5 février 1999



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le mercredi 4 octobre 2017 18:52
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref