RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Léon Bernier, sociologue, “ Les relations sociales ” (1997)
Conclusion


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Léon Bernier, sociologue, “ Les relations sociales ”. Un article publié dans l’ouvrage de Madeleine Gauthier, Léon Bernier, Francine Bédard-Hô, Lise Dubois, Jean-Louis Paré, André Roberge, Les 15-19 ans. Quel présent ? Quel avenir ? Chapitre 2 « Les relations sociales », pages 39 à 63. Montréal : Institut québécois de recherche sur la culture, 1997, 252 pages. [Autorisation accordée par M. Léon Bernier le 29 septembre 2004]

Conclusion

Nonobstant les incertitudes associées à la période de plus en plus allongée de l'adolescence, plusieurs facteurs d'évolution faisant partie de ce que Giddens (1992) appelle les transformations de l'intimité semblent se conjuguer pour faire de cet âge de la vie une phase particulièrement dense au plan relationnel. Pour la majorité des adolescents, différents changements survenus dans la sphère domestique ont apparemment eu pour effet de détendre les rapports intergénérationnels au sein de la famille, ce qui rend ainsi plus facile la plus longue cohabitation des jeunes avec leurs parents. Malgré un décloisonnement relatif des rôles et des statuts parentaux, les mères continuent d'être, aux yeux des adolescents, les représentantes prioritaires de la présence parentale et, partant, les architectes principales de la «cohésion familiale». Les jeunes ne font pas pour autant le deuil de la présence des pères et expriment des attentes précises pour que ceux-ci assument de façon plus manifeste leur place au sein de la relation parentale.

Si les relations parents-enfants sont devenues plus «démocratiques» qu'elles ne l'étaient, elles ne se confondent cependant pas avec les relations amicales. Cela se traduit notamment par un assez net partage des fonctions respectives attribuées à la famille (incluant la fratrie) et au réseau des pairs. Si la famille assure la sécurité ontologique qui rend possible l'autonomisation, le groupe des pairs fournit aux adolescents un terrain d'expérimentation de leur capacité relationnelle avant le franchissement plus définitif des seuils de l'âge adulte. Dans la société actuelle, ces capacités relationnelles sont tout aussi essentielles à la réussite professionnelle qu'au bonheur familial, ce qui confère aux relations amicales une dimension d'apprentissage qui n'enlève rien de leur authenticité et de leur gratuité.

L'une des caractéristiques du réseau amical des jeunes d'aujourd'hui est sa mixité, ce qui est de nature à transformer les liens d'amitié eux-mêmes tout en créant un nouveau cadre d'émergence de la vie amoureuse. Alors même que la composition plus définitive des couples tend à être reportée assez tard dans la vingtaine, on semble assister à l'engagement précoce dans des liaisons amoureuses relativement durables au sein desquelles s'inscrivent, comme dimension intégrante de l'amour, la plus grande part des expériences sexuelles des adolescents. Ces nouveaux phénomènes contribuent non seulement à modifier l'expérience adolescente, mais risquent aussi, à plus long terme, d'influer sur l'avenir du couple lui-même.


Retour au texte de l'auteur: Léon Bernier, sociologue, INRS Dernière mise à jour de cette page le dimanche 8 avril 2007 12:14
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref