RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Le système national mondial hiérarchisé. (1987)
Table des cartes, schémas et tableaux


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Michel Beaud, Le système national mondial hiérarchisé. Paris: La Découverte, Éditeur, 1987, 134 pp. Collection: Agalma. Une édition numérique réalisée par Marcelle Bergeron, bénévole, professeure retraitée de l'École polyvalente Dominique-Racine de Chicoutimi. [Autorisation conjointe accordée par M. Beaud et par le directeur général de la maison d'édition, La Découverte, Monsieur François Gèze le 1er août 2007]

Table illustrations

figure p. 072.

Avec la multinationalisation un changement qualitatif s'opère.

 

Tant qu'il y a simplement échange international de marchandises, crédit international, flux de capitaux, on demeure dans un système structuré par des relations entre des acteurs, inégaux certes, mais relativement autonomes, et en tout cas distincts (flux « 1 »). 

C'est principalement à travers ces relations que jouent les effets de domination/structuration. Et ces relations demeurent assez largement ce qu'elles paraissent être : des relations « internationales ». L'effet de domination joue, mais à travers des flux résultant de deux décisions distinctes (d'achat et de vente ; de prêter et d'emprunter) : domination indirecte donc, fondée sur les relations économiques et financières internationales. 

Dès que se développe le phénomène de multinationalisation, on entre dans un système où des espaces nouveaux, qui traversent les espaces nationaux, contribuent à structurer l'économie du monde : les calculs de rentabilité et les arbitrages s'y effectuent directement ; les stratégies, les décisions s'y appliquent sans intermédiation. Le capital d'un pays dominant est à la fois dans ce pays et au-delà de ses frontières : en un mot, domination directe. Car c'est directement, dans l'espace structuré des firmes et des groupes, que jouent les effets de domination structurante qu'exerce une économie nationale dominante sur des économies nationales dominées.

figure p. 073

Désormais les « flux internationaux » vont devoir être analysés d'une manière plus fine. Certains continuent, comme avant, à constituer de véritables relations « internationales » (flux « 1 ») ; mais d'autres ne sont en fait que les moyens, les effets, les manifestations de la multinationalisation, c'est-à-dire de la domination directe : échanges, prêts, flux de capitaux entre la base du groupe et ses filiales à l'étranger, ou entre filiales ; et ils sont donc d'une nature différente des autres (flux « 2 »). 

Le capitalisme national dominant déborde directement, en tant que tel, du territoire de son pays : tel est le sens profond du phénomène de la multinationalisation. 

Et, inversement, « l'économie nationale » d'un pays dominé est pénétrée par des groupes et des firmes étrangères. 

Pour le dire d'une manière imagée : l'économie (dominante) américaine déborde largement les États-Unis ; l'économie (dominée) de Côte-D’ivoire, est à peine ivoirienne.

figure pp. 116-117

Chronologie de la crise [p. 116-117] qui vise à faire ressortir l'interaction entre économies nationales dominantes, économies nationales dominées et inter- ou multinational.


Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le vendredi 26 octobre 2007 10:39
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref