RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

PERSO, Regards personnalistes, no 3: “Vers un Islam des lumières.” Mai 2004
Éditorial


Une édition électronique réalisée à partir du Numéro 3 de la revue PERSO, Regards personnalistes, “Vers un Islam des lumières.” Mai 2004. Louvain-la-Neuve, Belgique: Centre d'Action pour un Personnalisme Pluraliste. [Autorisation accordée par la direction du Centre d'Action pour un Personnalisme Pluraliste [C@PP] de diffuser ce document dans Les Classiques des sciences sociales.


Éditorial

RÉSISTER AUX « PURETÉS DANGEREUSES »


Les religions sont-elles facteurs de violence plutôt que de paix ? Nous avons tous à l’esprit les images sanglantes des attentats de Madrid. S’il y a un Dieu, comment une frange de ses adeptes peut-elle massacrer des innocents en invoquant son nom ? Bernard-Henri Lévy a livré une réflexion lucide sur ce paradoxe tragique, auquel aucune religion n’échappe, dans son livre La Pureté dangereuse (éd. Grasset 1994).

Depuis l’aube de l’humanité, le plus terrible grief qui nous oppose les uns aux autres n’est pas celui de la lutte pour la possession des choses. De cela nous pouvons encore nous arranger, vaille que vaille. Non, le vieux grief des origines, c’est le rejet de l’intolérable étrangeté de l’Autre, l’étranger qui met en question notre identité ou celui qui pense autrement. Que nous invoquions un dieu ou non – eh oui, il y a aussi des fanatismes laïques ! – les sirènes de la pureté dangereuse nous soufflent que posséder « la » vérité nous protègera de la mort qui nous guette.

Pour résister à ce chant des sirènes, nous devons sans cesse revenir à « la question de l’homme ». Pour les personnalistes, croyant en Dieu ou non, c’est-à-dire « croyant autrement », il faut plus que jamais s’intéresser à ce que disent les religions à propos de l’homme, en filigrane du discours sur Dieu. Il s’agit de relire leurs textes fondateurs en déchiffrant ce qu’ils racontent sur ce qui fait de nous des humains. Et aussi sur ce qu’ils ne racontent pas. Car, la religion étant désir de l’indicible, le « creux » l’emporte sur le « plein ». C’est la démarche que Perso propose ici, en compagnie de Malek Chebel et de Mohammed Taleb. Ils évoquent le personnalisme musulman dont les lueurs augurent d’un « islam des Lumières ». Une sacrée bonne nouvelle à l’heure où les fureurs de l’actualité donnent à penser que le « choc des civilisations » est inéluctable.

Vincent Triest, rédacteur en chef



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le vendredi 27 janvier 2012 8:38
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref