RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Les rapatriements massifs d’Haïtiens de 1991 à 2011. Considérations sur la responsabilité internationale
des États dominicain et haïtien au regard du droit interaméricain des droits de la personne
. (2014)
Avant-propos


Une édition électronique réalisée à partir du mémoire de Johnson JEAN-BAPTISTE, Les rapatriements massifs d’Haïtiens de 1991 à 2011. Considérations sur la responsabilité internationale des États dominicain et haïtien au regard du droit interaméricain des droits de la personne. Mémoire pour l’obtention d’une licence en droit, sous la direction du professeur Marc-Alain DUROSEAU. Port-au-Prince, Haïti: Département des sciences juridiques, Faculté de droit et des sciences juridiques, Université d’État d’Haïti, novembre 2014, 136 pp. [Autorisation formelle accordée par l’auteur le 7 décembre 2016 de diffuser ce mémoire, en accès libre dans Les Classiques des sciences sociales.]

[3]

Les rapatriements massifs d’Haïtiens de 1991 à 2011.

Avant-propos

Aujourd’hui, les relations haïtiano-dominicaines en ce qui concerne les questions de migration, de rapatriement de migrant, d’état civil des descendants haïtiens nés en territoire dominicain, de coopération pour le développement, de sécurité et de paix, etc., ne cessent d’alimenter les discussions tant dans les milieux nationaux des deux États qui partagent l’île caraïbéenne de Quisqueya qu’au niveau international.  Elles défrayent la chronique. Néanmoins, ce n’est pas un fait nouveau car dès l’origine de la fondation et de la coexistence de ces deux nations au XIXe siècle, les événements qui émaillaient les relations des deux peuples étaient tels qu’ils ne pouvaient pas se confiner aux extrémités de l’île de la région d’Higuey  au cap du Môle Saint-Nicolas. L’international s’en était mêlé. Par exemple, en 1844, lors de la révolte des habitants de l’Est contre la domination de Port-au-Prince, les représentations diplomatiques française et espagnole basées à Santo-Domingo n’étaient pas neutres. Et plus tard, les conflits frontaliers qui s’élevaient dans la foulée ont donné lieu à des rencontres et pourparlers entre dirigeants haïtiens et dominicains à Vatican, à Washington, etc.

Entre Haïti et la République dominicaine, il y a donc toute une histoire de rapports mouvementés et conflictuels.

Avec le phénomène des rapatriements et déportations collectifs des Haïtiens, ces problèmes semblent loin d’être résolus. Beaucoup d’incertitudes planent sur l’avenir des relations entre les deux Républiques. Cependant, nous ne sommes pas pessimistes. Les Haïtiens ont été toujours, comme l’histoire, entre autre,  de l’immigration des Syriens, des Libanais, etc. en Haïti pouvait bien le prouver, un peuple hospitalier. Les dominicains le sont également. Si l’on isolent les partisans de l’aile dure du nationalisme dominicain qui souhaite à ce que les relations entre les deux États soient détériorées pour pouvoir accomplir leurs désirs mesquins (qu’eux seuls peuvent justifier), il y a bien en République dominicaine beaucoup de citoyennes et citoyens de cette nation qui sont chargés de désirs, de volontés de s’ouvrir aux Haïtiens, de mieux se connaître, se comprendre et de mieux partager ce qu’ils ont en propre ou en commun sur les 27. 750 Km2.

[4]

Ce travail intitulé Les rapatriements massifs d’Haïtiens de 1991 à 2011 : considérations sur la responsabilité internationale des États dominicain et haïtien, est le fruit de plusieurs mois, voire années de recherche, de consultation auprès des spécialistes des relations haïtiano-dominicaines, du milieu des secteurs de défense des droits humains et des enseignants de droit.

Aux étudiants, aux Dominicains et aux Haïtiens qui liront ce mémoire, nous leur souhaitons une excellente lecture. Que cette étude serve de base ou de piste important pour pouvoir mieux aborder les questions des relations haïtiano-dominicaines dans la perspective d’une solution ou d’un palliatif aux problèmes auxquelles sont confrontés les deux peuples, les deux États qui partagent l’île de Quisqueya !



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le vendredi 2 juin 2017 14:14
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref