RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Une édition électronique réalisée à partir du texte de Gabriel Bidegain, Les Haïtiens qui sont partis. Combien sont-ils ? Où sont-ils ? Version actualisée, janvier 2013, 31 pp. [L’émigration haïtienne en République Dominicaine entre le discours et la réalité.] [Autorisation formelle de l'auteur le 8 octobre 2015 de diffuser ce texte dans Les Classiques des sciences sociales.]

[1]

Gabriel Bidegain [1]

Démographe, Conseilleur du Fonds des Nations Unies
pour la Population (UNFPA).

Les Haïtiens qui sont partis.
Combien sont-ils ? Où sont-ils ?


Version actualisée, janvier 2013, 31 pp.

Introduction [2]

1. Les haïtiens à l'extérieur. Combien sont-ils ? [3]
2. Les Haïtiens à l'extérieur. Où sont-ils ? [6]
3. Les ancêtres et les descendants d'Haïtiens vivant aux États-Unis d'Amérique (2009) [9]
4. Les Haïtiens au Canada [10]
5. Les Haïtiens en République Dominicaine [11]
6. Les natif-Natals en France (2009) [16]
7. L'émigration après le séisme [17]

En guise de conclusion [17]
Quelques propositions d’actions concernant la migration [18]
Quelques propositions d’actions concernant les migrants [18]

Références bibliographiques [19]

Annexe 1. Haïtiens enregistrés dans la ronde des recensements de 2000 selon le continent et le pays [23]


Combien sont-ils ? Où sont-ils ? Qui sont-ils ? Autant d'interrogations auxquelles on se propose d'apporter des éléments de réponse, à travers les lignes qui suivent. L'article examine le volume de migrants ainsi que la distribution spatiale des Haïtiens dans le monde, en vue de démystifier les estimations de plusieurs millions d'Haïtiens vivant à l'étranger. En utilisant les données des recensements de population dans les pays et territoires dans le cycle de Recensements autour des années 2000 et de la ronde 2010. Il utilise les informations sur les niveaux de fécondité et de mortalité du passé du pays pour montrer que les chiffres avancés n'ont pas une base scientifique. L'article se focalise sur le principal pays de destination des Haïtiens nés en Haïti ainsi que leurs descendants aux États-Unis, y compris les caractéristiques socio - démographiques des migrants et leurs descendants. Il met à contribution les principales informations sur la migration haïtienne au Canada, France et la République Dominicaine. Il fournit quelques estimations sur l'émigration après le tremblement de terre. Il se termine par quelques conclusions sur la migration ainsi que des propositions concrètes sur les migrations et les migrants.

[2]

Introduction

Le but de cet article est d'estimer la quantité d'Haïtiens nés en Haïti et qui vivent dans d'autres pays, leur répartition géographique, leurs principales caractéristiques, les zones et secteurs où ils se concentrent. Les caractéristiques socio-économiques et démographiques des migrants aux États-Unis d'Amérique (premier lieu de destination des migrants haïtiens).

Ce travail est d'autant plus important que des chiffres farfelus - généralement très élevés - circulent sur le nombre des migrants haïtiens à l'étranger. Il se justifie également par la nécessité d'adapter et d'harmoniser les données existantes avec la dynamique démographique réelle du pays. L'article tentera d'apporter des réponses aux questions suivantes : Les Haïtiens a l'étranger Combien sont-ils ? Où sont-ils ? Qui sont-ils ? Quels sont les principaux groupes socio-démographiques ? Est-ce que cette migration est sélective ?

À toutes ces questions, l'article   essaiera d'apporter quelques réponses à travers les lignes suivantes. Tout d'abord, il fournira une estimation des Haïtiens à l'étranger. Puis, il planchera sur les Haïtiens aux États-Unis d'Amérique et leurs caractéristiques socio - économiques. Ce survol prendra également en compte les ancêtres (migrants) ainsi que les descendants d'Haïtiens (DIASPORA) aux États-Unis d'Amérique. Ensuite, il s'attardera sur le volume et l'évolution des Haïtiens au Canada, en France et outre-mer (DOM TOM) ainsi que les Haïtiens en République Dominicaine. L'article enchaînera avec certaines estimations concernant l'émigration, après le tremblement de terre.

Les sources de données sont les recensements, principalement ceux de la Ronde de l'an 2000 et de 2010, mais avec quelques informations plus récentes et les données en provenance du Canada ou de l'enquête sur les ancêtres et les descendants de migrants en provenance du Bureau du recensement des États-Unis d'Amérique (2009).

[3]

1. Les haïtiens à l'extérieur.
Combien sont-ils ?

Les émigrants Haïtiens, à l'échelle internationale, sont estimés entre 1,2 et 1,8 millions. Parfois, certaines estimations font état de 3 ou 4 millions. On tend fort souvent à confondre les émigrants nés en Haïti avec la diaspora (deuxième, troisième et quatrième génération).

Quelques chiffres sont avancés sans rigueur scientifique et sans tenir compte du niveau de la fécondité dans le passé [2], et non plus de la mortalité, en vue de connaître le nombre potentiel d'Haïtiens pouvant effectivement migrer.

Dans le cadre de la préparation de l'Analyse de la Situation de la Population (2007), l'UNFPA a fait une recherche sur les Haïtiens nés en Haïti et recensés dans d'autres pays, en se référant notamment à la banque de données du Centre Latino-Américain de Démographie (CELADE), établie dans le cadre du projet « INVESTIGACION MIGRACION INTERNACIONAL DE LATINOAMERICANOS (IMILA) ». Ces données proviennent particulièrement des recensements effectués dans la plupart des pays des Amériques depuis la décennie 70 jusqu'en l'an 2002, en particulier ceux de la ronde 2000. Les résultats sur le nombre d'Haïtiens identifiés dans chacun des pays par la base de données CELADE / IMILA sont présentés au tableau 1. Les données sur les résultats des recensements de 2010 ne sont pas encore disponibles.

Tableau 1.
Personnes nées en Haïti et recensées dans les pays des Amériques

Pays :

Nombre

Année

EUA

419,315

(2000)

R.D.

61,862

(2002)

Canada

52,625

(2001)

Venezuela

1,519

(2001)

Mexique

336

(2000)

Panama

295

(2000)

Brésil

142

(1991)

Bolivie

7

(2001)

Chili

50

(2002)

Costa Rica

50

(2000)

Equateur

40

(2001)

Guatemala

10

(2002)

Honduras

32

(2001)

Nicaragua

20

(1995)

Panama

295

(2000)

Uruguay

2

(1996)


Pour une meilleure connaissance ou appréhension de la situation, nous avons aussi consulté la banque de données de « Global Migrant Origin Database » publiée par « Development Research Centre on Migration Globalisation and Poverty de l'Université SUSSEX » et construite sur la base des recensements effectués aux environs de l'année 2000.

[4]

Tableau 2.
Les personnes nées en Haïti et des principaux pays
et territoires étudiés (circa 2000)

Pays

Effectifs

États Uns

428,315

Canada

54,144

République Dominicaine

87,537

Guadeloupe (département Français d'Outre-mer et une de ses 26 régions)

30,604

Porto Rico

25,164

France

21,941

Guyane Française

19,768

Cuba

14,192

Martinique (département Français d'Outre-mer)

10,016

Pakistan

9,036

Allemagne

7,418

Bahamas

5,443

Antilles Néerlandaises

3,209

Antigua et Barbuda

2,910

Russie

2,619

Aruba

2,457

Iles Caïman

2,228

Jordanie

2,046

Trinité et Tobago

1,671

Turcos and Caicos

1,667

Philippines

1,615

Venezuela

1,566

Grenade

1,466

Suisse

1,271

Népal

1,221

Argentina

1,267

Koweit

1,114

Nigeria

1,114

Total

767,185

Source : Base de données mondiale des migrants d'origine "publiée par "Development Research Centre » sur les migrations, la mondialisation et la pauvreté à l'Université de Sussex Sussex, Angleterre, 2006 (Voir Annexe 1)


À partir de cette dernière source, il est possible de déterminer le nombre minimum d'Haïtiens (personnes nées en Haïti) vivant ailleurs. L'effectif s'élève à 767,185 personnes. Voir annexe 1.

[5]

Pour tenir compte des omissions et parvenir à une estimation raisonnable du total des migrants Haïtiens, nous avons avancé l'hypothèse que les omissions (globalement) ne dépassent pas 15% du total des dénombrés. (À titre de comparaison, le taux d'omission était estimé par le CELADE-CEPAL à 6,3% dans le dernier recensement d'Haïti en 2003). En tenant compte de cette omission, une première estimation serait de l'ordre de 800,655.

Dans le but d'avoir une fourchette, si l'on considère le taux d'omission de 30% des migrants aux recensements des pays d'accueil, l'estimation serait de 955,523 Haïtiens vivant à l'étranger.

Donc, Il serait très difficile d'accepter des estimations de plus de 1,000,000 de migrants haïtiens à l'extérieur, d'autant que le taux de fécondité n' a pas dépassé 6,3 enfants par femme durant les 50 dernières années. (Voir Chackiel) [3]

Pour mémoire, le taux de fécondité total (ou le nombre d'enfants par femme) a diminué au cours des deux dernières décennies, passant du niveau de 6,3 enfants par femme au cours de la période (1950-1980) à 4,7 enfants par femme en 2000 (Voir graphique 1). Le recensement de 2003 confirme la baisse récente de la fécondité et indique un niveau de 4,1 enfants par femme, avec un changement différentiel de 3 et 5, entre les zones urbaines et rurales. L'enquête démographique et sanitaire l'estime à 4,0 enfants par femme en 2006 (EMMUS IV). Actuellement (2010 - 2015), les estimations sont autour de 3,3 enfants par femme.

Sources : Sources diverses y compris le dernier Recensement Général de la Population et de l'Habitat ainsi que les Diverses   Enquêtes, notamment les EMMUS (DHS).

[6]

Plus d'un million d'Haïtiens à l'étranger. Est-ce possible ?

Tout d'abord, il est clair que les migrants haïtiens sont nés de mères en Haïti. Pour définir le nombre de migrants, évalués à plusieurs millions, les mères haïtiennes auraient dû avoir entre 10 et 12 enfants en moyenne pendant plusieurs décennies. En outre, les haïtiens auraient dû survivre à la mortalité (qui a été élevée dans passé), afin d'avoir la possibilité de migrer. Il convient de noter que le niveau de fécondité le plus élevé depuis 1950, était de 6,3 enfants (1987) par femme haïtienne, comme indiqué ci-dessus. Par conséquent, il semble très difficile d'accepter les estimations de plus d'un million de personnes nées en Haïti et vivant à l'étranger à cette époque.

2. Les Haïtiens à l'extérieur. Où sont-ils ?

La littérature spécialisée révèle l'existence de  quatre grands pôles d'attraction des Migrants Haïtiens : les États-Unis, la République Dominicaine, le Canada, puis la France et ses territoires d'outre-mer.

À partir des mêmes sources, nous avons pu    établir    la carte mondiale de la Migration Haïtienne qui fournit des indications suffisamment enrichissantes. Sur 100 Migrants Haïtiens recensés à travers le monde :

  • 91,1% s'installent dans les Amériques, notamment en Amérique du Nord (62,9 %) et dans les Caraïbes (25,1%),
  • La part relative de l'Amérique du Sud et de l'Amérique Centrale étant faible ; respectivement 3% et 0,1 %
  • Puis vient l'Europe avec 3% des Migrants s'établissant, pour la plupart, en France
  • En troisième lieu, se retrouve l'Asie qui absorbe environ 2%, soit 1,9% des Migrants
  • En quatrième lieu, se situe l'Afrique qui accueille 5% des Migrants Haïtiens
  • Et, en dernière instance, le Moyen Orient qui de l'Amérique Centrale reçoit moins de 1%, soit 0,8% des Migrants

Il est donc évident que les haïtiens se retrouvent partout dans le monde (voir annexe 1).

Tableau 3.
La carte Mondiale de la Migration Haïtienne :
distribution des Migrants Haïtiens à travers le monde.

CONTINENT

EFFECTIF

STRUCTURE (%)

AMÉRIQUES

699,198

91,1

Amérique du Nord

482,871

62,5

Caraïbes

192,189

25,1

Amérique Centrale

1,023

0,1

Amérique du Sud

23,115

3,0

EUROPE

38,523

5,0

ASIE

14,742

1,9

AFRIQUE

8,794

1,1

MOYEN ORIENT

5,928

0,8

TOTAL

767,185

100,0

Source : Annexe 1 Base de données mondiale des migrants d'origine publié par Development Research Centre sur les Migrations, la mondialisation et la pauvreté à l'Université de Sussex Sussex, Angleterre, 2006.

[7]

L'évidence empirique montre que c'est aux États Unis d'Amérique que se trouve le nombre le plus important de personnes nées en Haïti.

Tableau 4.
Les personnes nées en Haïti et recensées
aux États-Unis d'Amérique
.

Année

Volume

1970

28,026

1980

92,395

1990

225,393

2000

419,395

Source : CELADE-IMILA

Graphique 2 : Haïtiens émigrés aux États-Unis d'Amérique

Sources : Recensements des États Unies d'Amérique.

[8]

Les données des recensements (2000 et 2010) [4] ont fourni l'occasion d'examiner certaines caractéristiques des migrants haïtiens : Les femmes sont majoritaires parmi les migrants, parce qu'elles représentent 53% des immigrants, comparativement aux   hommes qui ne représentent que 47%. En raison de la migration sélective, les personnes plus instruites, notamment les femmes, choisissent de s'établir aux États-Unis d'Amérique tandis que les moins instruits migrent vers la République Dominicaine. Dans ce dernier cas, la migration est majoritairement masculine.

Comme prévu, la grande majorité de ces migrants sont en âge de travailler (81,1% des migrants en 2000 et 91.7%. en 2010). Il est donc facile de comprendre que l'âge médian est très élevé : 40 ans en 2000 et 43,6 ans en 2010. En d'autres mots, on en est présence de différentes cohortes en âge de travailler. L'âge médian en Haïti est de 22 ans, depuis le niveau élevé de la fécondité dans un passé récent. Dans le cas des migrants, les jeunes de moins de 18 ans représentent moins d'un dixième du total, soit 9,8%.

La moitié de cette population, 50,7%, sont mariées à la différence d'Haïti où le concubinage absorbe la plus grande part des unions. En outre, plus de 4 migrants sur 10, soit 43,4%, ont obtenu la citoyenneté américaine, laquelle légalisation facilite leur intégration dans la société d'accueil.

En ce qui concerne le niveau de scolarité, 3 migrants sur 5, soit 61,7%, ont atteint, au moins, le niveau secondaire en 2000 et 74,25% en 2010. Parallèlement, en Haïti, 11% ont déjà atteint ce niveau. Parmi les migrants haïtiens, plus d'un dixième, soit 13,5%, ont un diplôme universitaire (licence, maîtrise ou doctorat), alors que seulement 1% des Haïtiens vivant en Haïti sont détenteurs d'un diplôme universitaire. En 2010, il y a déjà 16.7 % avec licence, maitrise ou doctorat. Ce niveau d'instruction mentionné ci-dessus permet à 1 migrant sur 5 d'exercer des postes de responsabilité (de direction en 2000) sur le marché du travail et 22,6 % en 2010.

Les ménages immigrés ont un revenu annuel moyen de 36.390 $ par an. À cette époque, le revenu par habitant en Haïti a été de 390 $ US par année. Les ménages haïtiens en Haïti - dont la taille est de 4,6 - ont un revenu moyen de 1833 dollars.

On retrouve de plus en plus de femmes cheffes de ménages en Haïti. Cette tendance se répercute aux États-Unis où, sous l'effet de la migration sélective, beaucoup de femmes instruites y émigrent, comme nous le signalions tantôt. D'après le recensement haïtien, 31,4% des ménages de migrants haïtiens étaient dirigés par des femmes.

S'agissant du niveau de revenu, environ 1 ménage sur 5, soit 18,9%, est pauvre. Dans le cas d'Haïti, au moment de l'enquête des conditions de vie (2001), 78% vivaient avec moins de deux dollars par jour et 53% dans l'extrême pauvreté, c'est-à-dire avec moins d'un dollar par personne.

Parmi les migrants haïtiens, 4 sur 10 étaient propriétaires et le coût moyen de la propriété s'élevait à $ 122,200 américains à cette date.

[9]

3. Les ancêtres et les descendants d'Haïtiens
vivant aux États-Unis d'Amérique (2009)


Les données du recensement et de la dernière enquête sur les ancêtres des migrants (2009) font voir une augmentation du nombre de personnes aux États-Unis qui parlent le créole haïtien à la maison. Selon le recensement de 1990, ces dernières étaient de 290,000, soit 0,1%, de la population totale. Dix ans plus tard, il y avait 548,000 personnes parlant le créole haïtien ; ce qui représente 0,2% de la population totale (recensement de 2000). Dans l'enquête de 2009, cette population est estimée à 830,000, soit 0,3% de la population totale.

Les ancêtres et descendants sont concentrés dans certains États : Floride, New York, Massachussetts, Géorgie, New Jersey, Connecticut et Pennsylvanie. (Carte 1).

Carte 1.
Situation des ancêtres et descendants d'Haïtiens
aux États-Unis d'Amérique
.

Source : Census Bureau USA.

Le mélange des cohortes entre les ancêtres et les descendants continuent à être dominé par les femmes (51,1%) et les hommes (48,9%). Comme la plupart des migrants, ils sont en âge de travailler (15-64 ans, 70,9%). Étant donné qu'il y a les descendants (présence d'enfants et petits-enfants), l'âge médian est de 29.7 ans. Il s'ensuit que l'âge médian des migrants haïtiens (« Natif natal ») était de 40 ans.

[10]

En ce qui concerne le niveau d'instruction, le pourcentage de ceux-là et celles (25 ans et +) qui ont bouclé le cycle secondaire est de 18,3% pour les hommes et 18,2% pour les femmes respectivement.

Concernant la situation économique, 19,6% vivaient en-dessous du seuil de pauvreté. En Haïti, près de 80% d'haïtiens sont dans cette situation. Le taux de chômage était de 14,2% parmi les ancêtres et descendants aux États-Unis. Ce taux demeure très élevé en Haïti.

En ce qui a trait au revenu familial moyen annuel, il était de $ 45,626 ($ 32,650 US pour les hommes et $ 28,937 pour les femmes). L'absence de données en la matière ne permet pas de mesurer le niveau de revenu des Haïtiens et de le comparer avec celui des migrants et descendants.

Le niveau de revenu des ancêtres, mentionné ci-dessus, permet à 46,5% d'entre eux d'acquérir leurs propres maisons.

La publication des données du recensement de 2010 des États-Unis d'Amérique, ventilées en fonction du lieu de naissance, permettra de confirmer ou d'infirmer ces estimations de l'enquête sus-mentionnée.

4. Les Haïtiens au Canada

Le Canada a également attiré les Haïtiens, particulièrement le Québec, en raison de la langue française. Les liens entre Haïti et le Québec ne datent pas d'hier, vu que des enseignants haïtiens ont été impliqués dans l'alphabétisation dans cette partie du Canada dans les années soixante.

Tableau 5.
Population née en Haïti et énumérée au Canada

Canada

volume

1971

4,260

1981

26,755

1996

49,395

2001

52,625

2006

63,350

Source : Statistique Canada: www.stastcan.gc.ca

Le nombre de personnes nées en Haïti et recensées au Canada montre que les migrants haïtiens ont septuplé entre 1971 et 1981. Cette augmentation toucherait, selon certaines hypothèses, les professionnels et les personnes ayant un niveau d'instruction élevé, qui ne désiraient ou ne pouvaient pas résider dans le pays, à cause des gouvernements de François Duvalier et de son fils Jean Claude Duvalier. Entre 1981 et 2001, le nombre de migrants haïtiens a doublé.

[11]

Tableau 6.
Population née en Haïti par période d'immigration

Année

volume

Avant 1991 :

34,400

1991-1995 :

10,860

1996-2000 :

7,400

2001-2006 :

10,690

Total

63.350

Source : Statistique Canada: www.stastcan.gc.ca. (Recensement 2006 Canada)


Selon Statistique Canada, au Recensement de 2006, il y avait environ 63,000 Haïtiens, soit une augmentation d'environ 2,000 Haïtiens par an entre 2001 et 2006 ; un nombre semblable au volume enregistré entre 1981-2001.

Ces données prennent le contre-pied d'un certain discours - relayé par les médias - sur une croissance exponentielle des Migrants Haïtiens au Canada, après la crise de 2003-2004. Les évidences empiriques montrent une toute autre réalité.

Après le tremblement de terre, des rapports officieux indiquent une croissance de 3500 Haïtiens en 2010. Ces informations devront être vérifiées.

Graphique 2 : Les Haïtiens au Canada

Source : Statistique Canada

5. Les Haïtiens en République Dominicaine

Des estimations assez invraisemblables sont avancées concernant les Haïtiens (nés en Haïti et ceux qui sont nés en

[12]

République dominicaine) qui résident en République voisine. Il y a eu plusieurs études sur la migration haïtienne en République Dominicaine [5]. Dans le cadre de ce travail, nous utiliserons les informations officielles du Recensement de la Population de la République Dominicaine, étant entendu que celles-ci peuvent être sous-estimées. C'est très important de signaler une compilation récente, effectuée par Alicia Maguid [6], sur les diverses sources concernant les migrants, parmi eux les haïtiens, lesquels ne dépasseraient dans l'estimation la plus élevée plus de 3% (Tableau 7).Chiffre qui a été confirme para le dernier recensement (IV Recensement National de Population et de l'Habitat 2010)

Tableau 7.
Population totale née à l'étranger et en Haïti en pourcentage, selon source

Population  totale

Population

% étrangers

% Haïtiens total

% Haïtiens/
étrangers

Nées à l’étranger

Nées en Haïti

Censo 2002(1)

8.562.541

96.233

61.863

1,2

0,7

64,3

Encuesta Haitianos 2002 (2)

///

///

266,211

///

///

///

ENIGH 2006-07

9.572.173

274.854

218,521

2,9

2,3

79,5

ENDESA 2007

///

///

///

///

1,7

///

ENHOGAR2007 (3)

///

204.948

///

2,3

1,8

78,2

ENHOGAR 2009-10

///

///

///

3,4

2,9

84,9

Enc.Fza de trabajo 2010

9.788.468

269.825

231.040

2,8

2,4

85,6

(1)  551.508 personnes (6,4%) n'ont pas déclaré pays de naissance ou n'ont pas étaient codifié.
(2)  Cette enquête seulement a enregistre les haïtiens et présente de distribution relatives
(3)  5,1% ménages avec au moins 1 immigrant


Dans une récente publication intitulée « Le Développement Humain en République Dominicaine en 2010 », le Bureau du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en République Dominicaine a présenté un Diagnostic de la situation socio - démographique de la République Dominicaine [7]. Ce document définit deux scénarios d'estimation modérée, comprise entre 3% et 6% de la population totale nationale en 2002, c'est à dire entre 255 mille et 510 mille. Ces estimations concernent-t-elles des migrants haïtiens et/ou descendants ? Comment ces chiffres ont-ils été estimés ? La distribution par groupes d'âges, d'après le RGPH 2002 est présenté dans le tableau 8.

[13]

TABLEAU 8.
Population née en Haïti et recensée en République Dominicaine,
selon le sexe et l'âge
.

HAÏTI

Groups d'âges

Total

Hommes

Femmes

Masculinité

Total

61,863

39,414

22,449

175.6

0-4

1,357

700

657

106.5

5-9

1,691

764

927

82.4

10-14

2,232

1,016

1,216

83.6

15-19

5,537

3,233

2,304

140.3

20-24

11,222

7,435

3,787

196.3

25-29

10,381

6,925

3,456

200.4

30-34

7,206

4,635

2,571

180.3

35-39

5,602

3,358

2,244

149.6

40-44

4,538

2,852

1,686

169.2

45-49

3,263

2,130

1,133

188.0

50-54

2,508

1,614

894

180.5

55-59

1,484

1,009

475

212.4

60-64

1,961

1,516

445

340.7

65-69

1,080

863

217

397.7

70-74

796

611

185

330.3

75-79

465

356

109

326.6

80-84

245

187

58

322.4

85 et +

294

209

85

245.9


[14]

ÉMIGRANTS HAÏTIENS
SELON SEXE ET PAYS DE DESTINATION

République Dominicaine

États-Unis d'Amérique

Source ; élaboration propre. Pour les États Unies d'Amérique (Recensement de 2002, et pour la République Dominicaine. Recensement de 2002.


La figure 3 montre que la migration haïtienne en République Dominicaine est plutôt masculine. Parmi les quelque 62,000 Haïtiens identifiés en 2002, 63,7% étaient des hommes, soit un ratio de masculinité de 175 hommes par 100 femmes. En revanche, aux États-Unis d'Amérique, plus de 53% des femmes, donc un rapport de masculinité de 90 hommes pour 100 femmes. Cela reflète une sélectivité importante des migrants haïtiens. Les hommes peu scolarisés sont principalement orientées vers la République Dominicaine pour travailler dans la construction et les services et - dans une moindre mesure - dans l'agriculture. Alors que les migrants se dirigeant vers les États Unis d'Amérique sont plus instruits et sont en majorité des femmes.

Carte 2.
Haïti et la République dominicaine en fonction de la taille de la population des villes et des lieux de concentration d'Haïtiens en République Dominicaine



50% des immigrants haïtiens se concentrent dans deux régions de la République Dominicaine : l'Est, qui comprend environ 27% de la migration, et Distrito National (y compris la province), avec 24% des migrants, qui est liée au type de travail que font les Haïtiens dans la construction et les services.

[15]

Figure 4.
Structure par âge et sexe de migrants haïtiens
recensés en République Dominicaine

Source : VIII Recensement de la Population, 2002


La migration des Haïtiens en République Dominicaine est relativement jeune, de sexe masculin et en âge de travailler. Parmi eux, 44% ont entre 15 et 29, et 33% ont entre 30 et 49. L'âge médian est de 33 ans, comparativement à près de 40 dans le cas des États-Unis d'Amérique et 22 ans dans le cas de résidents en Haïti. Le niveau d'éducation est beaucoup plus faible, car 51,6% des migrants sont analphabètes. Cela est marqué par le différentiel de développement entre les États-Unis et la République Dominicaine et la façon dont le marché du travail attire les migrants, comme cela a été vu précédemment dans le cas des États-Unis.

Tableau 8.
Taux d'analphabétisme des migrants Haïtiens et Dominicains, 2002

Sexe

Moyenne nationale

Immigrantes haïtiennes

Total

13,0%

51,6%

Hommes

13,2%

47,6%

Femmes

12,8%

59,0%


Les migrants haïtiens qui vont vers la République Dominicaine ont un taux d'analphabétisme de près de 4 fois supérieur à celui des Dominicains. Ceci s'explique par le niveau d'éducation dans le pays d'origine et la sélectivité de la migration. Et pour cause, les migrants haïtiens sont concentrés dans les secteurs d'activité économique mal payés et requérant une main d'œuvre moins qualifiée, à la différence des Dominicains.

[16]

Figure 5.
Taux de participation économique selon lieu de naissance et sexe



Les migrants haïtiens ont un taux de participation économique très élevé de 76,4% en âge de travailler (20% supérieur à la moyenne en République dominicaine). Comme c'est le cas dans toutes les situations de migration, les migrants sont contraints de travailler.

La population née à l'étranger et dénombrée au dernier recensement (2010) était de 395,791, dont 311,969 haïtiens représentant 78,86% du total et 3,3% de la population résidant en République Dominicaine, donc très éloigné des chiffres avancés par différentes sources, sans base statistique et cohérente avec les estimations précédentes.

La plupart des migrants haïtiens sont des hommes 193,328 (62%) et le femmes 118,641 (38%) et la grande nouvelle, face à la vision traditionnelle liée aux travaux de champ est que les haïtiens sont plus urbains (59%) que ruraux (41%) ; ce qui dénote une transformation de l'économie dominicaine durant les dernières décennies. On ne connaît pas les caractéristiques de ces migrants, mais on sait qu'ils sont concentrés dans les services et la construction principalement. Le niveau d'instruction est plutôt bas.

Les résultats désagrégés du IXe Recensement de la Population et de l'Habitat de 2010 nous donneront plus d'informations sur les Haïtiens nés en Haïti et dénombrés en République Dominicaine. Une enquête sur les immigrants en République Dominicaine (ENI-2012) est actuellement réalisé par le Bureau de la Statistique, avec un appui de l'UNFPA et un financement de l'Union Européenne. Les résultats seront disponibles au début de 2013.

6. Les natif-Natals en France (2009)

Le Recensement de la Population résidant en France - y compris les DOM-TOM (départements d'outre mer) – montrent que les Natif-Natals sont 65,143 et surtout en âge de travailler (79%). La population née en Haïti est plutôt féminine, soit 36,751 femmes contre 28,392 hommes.

La plupart personnes résidant dans la France Métropolitaine (Hexagone) s'élève à 57.6%. Pour la Guyane Française, la Guadalupe et la Martinique, elles représentent 37,516, dont en majorité des femmes (20,733 contre 16,783 et bien sûr en âge de travailler (79%).

[17]

Il faut indiquer que l'INSEE [8] présente les résultats par grands groupes d'âges (moins de 18 ans, plus de 18 jusqu'à 64 et 65 et plus). Il faudra attendre afin d'obtenir d'autres informations sur la population haïtienne résidant en France.

7. L'émigration après le séisme

Ils sont combien à être partis à l'étranger, après le tremblement de terre ?

Les chiffres avancés sont très élevés. Il faut toutefois noter qu'il y a eu aussi une migration de retour. On sait très peu sur le sujet.

L'enquête sur les migrations dans la région métropolitaine de Port-au-Prince [9], indique que seulement 2% des migrants seraient partis à l'étranger. Dans une autre étude sur la migration dans 4 autres villes touchées par le tremblement de terre (Léogane, Jacmel, Petit Goâve et Grand-Goâve), le niveau était plus élevé (3%), et notamment à Jacmel, mais le volume total des personnes (vivant dans les quatre villes concernées) est très inférieur à celui de l'Aire Métropolitaine de Port au Prince.

Pendant les deux mois ayant suivi le séisme du 12 janvier 2010, tous les moyens de transport étaient paralysés, à l'exception de la communication terrestre. Le principal aéroport international avait été placé sous le contrôle des forces des États-Unis dans le cadre de la coordination des activités logistiques de l'aide américaine. Par voie terrestre (Omnibus), on comptait 5 dessertes journalières. À partir de ces données, nous pourrons avoir une première estimation minimale, jointe à l'estimation de ceux-là et celles qui sont partis par leurs propres moyens. Il faut rappeler que, dans les premiers jours ayant suivi le tremblement de terre, le passage de la frontière par les (véhicules privés) haïtiens était quasiment impossible.

Nous estimons que le nombre de personnes qui se sont déplacées vers la République Dominicaine après le séisme ne serait pas supérieur à 12,000. Beaucoup de mères de la classe moyenne ont décidé (après le séisme) d'envoyer leurs enfants poursuivre leurs études à l'étranger, via la République Dominicaine. Quelques mois après, nombre de ces élèves déplacés sont retournés à Haïti. Toutefois, on ignore le nombre exact de ces personnes déplacés ( leurs enfants compris) à y être retournés.

L'enquête de la migration sur la zone métropolitaine de Port-au-Prince (AMPAP) indique que parmi les résidents de l'AMPAP, 20% projettent d'aller à l'étranger au cours des 5 prochaines années.

Les données des Recensements de la population de la Ronde 2010, dans les autres pays donneront plus d'information sur les natifs haïtiens, leurs caractéristiques socio-économiques et la date de leur arrivée au pays d'accueil.

En guise de conclusion

Autant d'informations qui permettent d'apporter des éléments de réponse aux interrogations posées, dès le départ. En effet, il a été possible, à travers les différentes sections de ce texte, de fournir des renseignements se rapportant respectivement à l'estimation du volume des Migrants, leur distribution géographique, leurs caractéristiques sociodémographique et économique, en particulier aux États-Unis d'Amérique et en République Dominicaine.

* Quelques constats :

1. Haïti dépasse maintenant 10 millions d'habitants. Dans les années à venir, le pays aura le plus grand nombre [18] de personnes dans les Caraïbes (16,1 en 2050). Par conséquent, un potentiel démographique important et une plus grande probabilité de migrants à l'avenir.

2. Les données empiriques qui ont été indiquées dans le texte ont servi à démystifier les chiffres surestimant le nombre de personnes nées en Haïti et vivant à l'étranger.

3. Les migrants haïtiens sont concentrés principalement dans trois endroits. Les trois pays qui bénéficient de plus de 90% des migrants sont les suivants : États-Unis d'Amérique, la République Dominicaine, France (y compris la Guyane Française, la Guadeloupe et la Martinique) et le Canada.

4. Le texte montre aussi que la migration haïtienne à l'étranger a des profils différents, en fonction du pays de destination. Aux États-Unis d'Amérique et France, la migration est plus féminine, la scolarité est plus élevée et les niveaux de revenu sont bien au-dessus du pays d'origine. Par contre, ceux qui vont en République Dominicaine sont en majorité des hommes ; ils sont moins instruits et sont plus jeunes que ceux qui vivent aux États-Unis.

5. Il est très difficile de connaître les causes de la migration. Sous la dictature Duvalier (François et Jean Claude), la migration a été une migration intellectuelle. Après le coup d'État contre le président Aristide en 1991, il y avait une forte migration de personnes moins instruites (boat people).

6. En ce qui concerne le niveau actuel de la migration haïtienne, il est nécessaire de disposer de données ventilées du Recensement de la série actuelle (2010) des principaux pôles d'attraction. Les migrants haïtiens sont notamment attirés par les marchés (États-Unis d'Amérique), la proximité géographique (République Dominicaine) et l'absence de barrière linguistique (Canada, France et ses territoires d'outre-mer).

7. Finalement :

Quelques propositions d'actions
concernant la Migration :


1. Définir une politique migratoire explicite ;

2. Actualiser la législation migratoire en vigueur dans le sens des nouvelles politiques adoptées ;

3. Redéfinir la structure politico-administrative de la variable migratoire afin d'assurer une meilleure cohérence des interventions ;

4. Mise en œuvre de la proposition pour une politique de gestion de la migration de main d'œuvre en Haïti ;

5. Mener des études spécifiques sur les incidences des migrations ainsi que sur les programmes migratoires et le comportement des autres variables démographiques ainsi que leurs impacts sur la réalité économique et sociale ;

6. Création d'un Musée de la Migration en hommage à tous ceux qui ont dû quitter le pays.

Quelques propositions d'actions
concernant les Migrants :


1. Réduire les coûts des transferts en espèces et en nature ;

2. Donner des possibilités d'investissement au niveau immobilier, commerce, tourisme, petites affaires, compte épargne, assurance maladie, etc. avec les mêmes avantages qu'aux étrangers ;

3. Mettre les professionnels qui ont émigré (fuite des cerveaux) en relation avec leurs milieux d'origine (secteur public, académique, secteur privé) ;

4. Accompagner avec des fonds publics et privés les décisions des associations des migrants.

[19]

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Alexandre Guy (2011) « Quelques aspects de l'évolution de l'État dominicain entre 1989 et 2011. Matériaux pour une analyse », 265-278 pp. en Corten André, L'État faible, Haïti et République Dominicaine, Montréal, Mémoire d'encrier, Collection Essai.

Alexandre Guy (2012) "Hacia una administración ordenada de la migraciôn entre Haiti y Republica Dominicana" pp. 167-188 en Vega Canovas, Gustavo y Alba Vega, Carlos, Haiti-Mexico. Hacia una nueva politica de cooperación. El Colegio de Mexico, Mexico.

Belot Mathieu (2011) « L'intégration haïtienne en Guadeloupe » pp : 281-296 en Joint Louis August - Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ? 327 p.

Benelus René « Saint-Domingue et la Guadeloupe en 1802 : Destins croises » pp : 69-96 en Joint Louis August - Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ?.

Bidegain Gabriel (2007). L'émigration haïtienne : effets positifs et pervers (Fuite de cerveaux) dans le cadre de la préparation du Document de la Stratégie Nationale de la Croissance et de la Réduction de la Pauvreté. (DSNCRP). Présentation en PPT.

Bidegain Gabriel (2012) "Los haitianos en el exterior : Mitos y realidades" pp. 141-165 en Vega Cánovas, Gustavo y Alba Vega, Carlos, Haiti- México. Hacia una nueva politica de cooperación. El Colegio de Mexico, México.

Bidegain, Gabriel (2012) "Les Haïtiens qui sont partis. Combien sont-ils ? Où sont-ils ? Et les transferts ?" en Rencontre # 28. Port-au-Prince, CRESFED.

Bidegain Gabriel (2012) "Reconstruction et fuite de Cerveaux" en L'Observatoire de la Reconstruction #6. Port-au-Prince, Haïti, www.reconstruction-Haiti.org.

Bologna Eduardo. (organizador) (2009) Temáticas migratorias actuales en America Latina : remesas, politica y emigración, Rio, ALAP.

Calmont, André (2011) Les haïtiens en Martinique : l'insertion de migrants du « Sud » dans une ile du « Nord » pp 210-240 en joint Louis August - Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ?

Calmont, André (2011) « Histoire de vie d'une couple d'haïtiens installés en Martinique » pp 309-319 en joint Louis August-Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ?

Canales Alejandro I. (2009) « Panorama actual de la migración internacional en America latina. » en Revista Latinoamericana de Población, Año 3 numéro 4-5, 65-91 pp.

Castor, Suzy (2004). La question migratoire dans la Caribe à l'aube des 21 siècles en Genèse et enjeux des Migrations Internationales. Points de vue du Sud, Centre Tricontinental, Louvain La Neuve, Belgique.

CELADE (2005). "Transición demográfica" en Temas de Población y Desarrollo, Núm. l, Santiago de Chile.

CELADE (Die. 2006). "Informe Técnico para discusión de la revisión de las estimaciones y proyeeciones de población de Haiti", Revista de la CEPAL/CELADE. Documento elaborado por Juan Chackiel.

[20]

CELADE (Julio 2004). Boletin Demográfico, Núm.74, Tablas de Mortalidad.

Centro Cultural Dominico - Haitiano (CCDH) (2006), Aportes del inmigrante haitiano a la Economia Dominicana, ACTION AID Haiti-Republica Dominicana. 213 p.

CEPAL (2009) America Latina : avances y desafíos de la implementación del programa de Acciôn de El Cairo, con énfasis en el periodo 2004 -2009 CEPAL-UNFPA, 2010, Santiago de Chile.

Charles, Emmanuel (2005). Natalité, fécondité et besoins de planification familiale. Rapport d'analyse provisoire à partir des résultats de l'IVème Recensement Général de la Population et de l'Habitat.

Corten André (2011), L'État faible, Haïti et République Dominicaine, Montréal, Mémoire d'encrier,   Collection Essai.

Dominique Didier (2011) « Sur les question des affres que subissent les travailleurs haïtiens en République Dominicaine » pp : 241-252 en Joint Louis August - Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ? 327 p.

France, www.insee.fr Recensement de la population (2009).

Grégoire Nicole (2011) « Émigration de ressources humaines qualifiées en provenance de pays de la Caribe et de l'Amérique Latine : le cas d'Haïti « pp : 63-68 en Joint Louis August-Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ?

Hermantin Fred « Droit de l'immigration pratiques administratives et judiciaires » pp : 97-110 en Joint Louis August-Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ? 327 p.

Institut Haïtien de Statistique et d'Informatique (IHSI) (1950, 1971, 1982 et 2003). Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH).

IHSI, CELADE, UNFPA (2009). Projections de population totale, urbaine, rurale et économiquement active. Port-au-Prince, Haïti

Institut Haïtien de l'Enfance (2003). Enquête de Morbidité, Mortalité et Utilisation des Services III, Port-au-Prince, Haïti.

Institut Haïtien de l'Enfance (2006). Enquête de Morbidité, Mortalité et Utilisation des Services IV, Port-au-Prince, Haïti.

Institut Haïtien de l'Enfance (2012). Enquête de Morbidité, Mortalité et Utilisation des Services V, Port-au-Prince, Haïti.

Jeffry Daniella (2011), « L'immigration haïtienne vue de Saint-Martin » pp 163-186 en Joint Louis August-Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ? 327 p.

Joint Louis August-Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ? 327 p.

[21]

Joint Louis August (2011) « L'émigration clandestine des haïtiennes en Guadeloupe : entre mythe et réalité » pp : 141-162 en Joint Louis August - Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ? 327 p.

Joint Louis Auguste (2011) « Les haïtiens dans les iles du Nord-Ouest « Cuba, Bahamas, Turks et Caïques » pp : 253-262 en Joint Louis August-Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ? 327 p.

Joint Louis Auguste (2011) « Les haïtiens a Saint-Martin « pp : 297-308 en Joint Louis August - Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ?

Laethier Maud, (2011) « Chercher la vie en Guyane » pp 187-218 en Joint Louis August - Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ? 327 Joint Louis August - Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ? 327 p.

Lespinasse Collette (2011) « Le GARR face au défi des relations hatiano-dominicaines « pp 311-318 en joint Louis August-Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ?

Lunde Henriette (2010) Young Haitian labor migrants. Risks and opportunities in Haiti and in the Dominican Republic. FAFO, Oslo, Norvège 56 p. (FAFO -REPORT 2010-24)

Manigat Sabine (2012) "La dinámica histórica de las migraciones en Haiti" pp. 117-140 en Vega Cánovas, Gustavo y Alba Vega, Carlos, Haiti- Mexico. Hacia una nueva politica de cooperación. El Colegio de Mexico, Mexico.

Moncouer, Bauge (2006). L'émigration haïtienne : Volume, enjeux et Perspectives, Port - au Prince, UNFPA. (Mémo NON encore publié).

Montas Rémy (2012), « L'économie haïtienne 1986-2011, ouverture par la migration et stagnation », pp : 29-35 en Rencontres 26-27.

Pierre Hancy (2012). « Aide alimentaire, environnement et migration en Haïti, après le séisme du 12 janvier », en CAHIERS DU CEPODE #2 Année 2, Centre d'Etudes en Population et Développement, Université d'État d'Haïti.

Pierre Hancy (2009). « Les immigrants caribéens et la politique migratoire des USA », en CAHIERS DU CEPODE #1 Année 1, Centre d'Etudes en Population et Développement, Université d'État d'Haïti. Pp : 101-121.

République Dominicaine, www.one.gob.do

Rousseau Jacques Hendry (2007) Mortalité. Rapport d'analyse provisoire à partir des résultats de l'IVème Recensement Général de la Population et de l'Habitat.

Statistique Canada, www.stastcan.gc.ca

Saint-Hubert, Francis, (2003)... ET LE Neveu Répondit. Analyse Statistique de la Migration Haïtienne aux États Unies (1953-2000), Trafford, Victoria, Canada, 305 p.

Saint-Vil, Jean (2011) « Les haïtiens déportés des États-Unis » pp : 263-278 en Joint Louis August - Mérion Julien (2011), L'immigration haïtienne dans la Caraïbe. Quel défi pour l'unité des peuples ? 327 p.

[22]

Silice, Ruben (2011) « Faiblesse historique de l'état Haïtien et son impact sur la régulation de l'émigration vers la République Dominicaine », 251-264 pp. en Corten André, L'État faible, Haïti et République Dominicaine, Montréal, Mémoire d'encrier,   Collection Essai.

Silie, Ruben y Segura, Carlos (Editores) (2002), Una isla para dos, Santo Domingo, FLACSO, 280 p.

Supplice, Daniel (2008), ZAFRA, Sucre, suer et sang, Collection « Veritas » Port-au-Prince, 309p.

Supplice, Daniel, (2009)... de la Naturalisation en Haïti, Collection « Veritas » Port-au-Prince, 755 p.

Théodat Jean-Marie (2003), Haïti - République Dominicaine. Une ile pour deux 1804-1916, Paris, Éditions Karthala. 374 P-

Lozano Wilfredo - Baez Evertsz Franc (2011) « Politiques migratoires de la globalisation : le cas de l'immigration Haïtienne en République Dominicaine », 303-318 pp. In Corten André, L'État faible, Haïti et République Dominicaine, Montréal, Mémoire d'encrier,   Collection Essai.

Université SUSSEX, (2006) « Development Research Centre on  Migration Globalisation and  Poverty » de « Global Migrant Origin Database » Sussex, Inglaterra.

UNFPA  (2010) Diagnóstico de la Situación Socio demográfica de la República Dominicana Elaborado por Carmen Julia Gómez Carrasco. Santo Domingo, República Dominicana.

United Nations - Department of Economic and Social Affairs (2011) International Migration in a Globalizing World : The Role of Youth.

UNFPA (2010) Mouvements de population dans l'aire métropolitaine de Port-au-Prince avant et après le séisme de 2010. Port-au-Prince, 68 p

United Nations (1990) Monographies sur les politiques de Population : HAÏTI, Doc. # 25, Département des Affaires économiques et sociales internacionales, New York, USA, (ST/ESA/SER.R/95),72

USA Census Bureau (2000). USA Governement. Censos de Población y Vivienda, 2000, www.census.guv

Vega Canovas, Gustavo y Alba Vega, Carlos, Haiti - Mexico. Hacia una nueva politica de cooperación. El Colegio de Mexico, Mexico, 302 p.

Woording Bridget (2011) « L'essor international et national de la défense des droits des haïtienne et des dominicains haïtiens : un regard critique », 319-330 pp. In Corten André, L'État faible, Haïti et République Dominicaine, Montréal, Mémoire d'encrier, Collection Essai.

[23]

ANNEXE 1

Haïtiens enregistrés dans la ronde de recensements
de 2000 selon le continent et le pays.

Continent/Pays

Effectifs

AMÉRIQUES

699,198

Nord

482,871

Canada

54,144

USA

428,315

Mexique

412

Sud

23,115

Colombie

70

Pérou

13

Venezuela

1,566

Bolivia

157

Equateur

25

Argentine

1,267

Brésil

100

Chile

50

Uruguay

2

Guyana Française

19,768

Guyana

6

Paraguay

54

Suriname

37

[24]

Amérique Centrale

1,023

Belize

46

Costa Rica

684

El Salvador

7

Guatemala

6

Honduras

51

Nicaragua

21

Panama

208

Caraïbe

192,189

Bermuda

271

Greeland

135

St-Pierre and Miquelon

6

Antigua et Barbuda

2,910

Bahamas

5443

Barbade

607

Dominique

239

République Dominicaine

87,537

Grenada

1466

Jamaïque

146

Puerto Rico

25,164

St Kits et Nevis

793

Ste Lucie

386

St Vincent et Grenadine

174

Trinité et Tobago

1671

Iles Vierges (USA)

505

[25]

Anguilla

156

Aruba

2,457

Iles Cayman

2,228

Cuba

14192

Guadeloupe

30,604

Martinique

10,016

Montserrat

33

Antilles Néerlandaise

3,209

Turcos and Caicos

1,667

Iles Vierges (UK)

174

AFRIQUE

8,794

Maroc

64

Tunisie

0

Algérie

116

Egypte

76

Libie

241

Botswana

1

Afrique du Sud

589

Lesotho

5

Namibie

27

Swaziland

2

Malawi

101

Mozambique

33

Tanzanie

24

Zambie

460

Zimbabwe

360

[26]

Angola

27

République. D. Congo

21

Ile Maurice

0

Seychelles

5

Madagascar

2

Uganda

14

Bénin

21

Burkina Faso

927

Burundi

2

Cameroun

4

Cap Vert

0

République. Centrafricaine

2

Chad

1

Iles Comores

4

Congo

5

Cote d'Ivoire

2327

Djibouti

1

Guinée Equatorial

0

Eritrea

0

Ethiopie

35

Gabon

1

Gambie

5

Ghana

584

Guinée

741

Guinée Bissau

0

Kenya

9

Libéria

157

[27]

Mali

61

Mauritanie

2

Mayotte

0

Niger

127

Nigeria

1,117

Ile la Réunion

14

Rwanda

7

St Helena

0

Sao Tome and Principe

0

Sénégal

287

Sierra Leone

0

Somalie

1

Soudan

0

Togo

184

Europe

38,523

Autriche

25

Belgique

1442

Danemark

132

Finlande

1

France

21,941

Allemagne

7,418

U.K.

228

Grèce

33

Irlande

8

Italie

401

Luxemburg

13

Hollande

620

[28]

Portugal

7

Espagne

242

Suède

114

Suisse

1,271

Islande

0

Liechtenstein

1

Norvège

17

Andorre

9

Bosnie and Herzégovine

5

Ile Faroe

5

Gibraltar

1

Macédoine

1

Monaco

23

San Marin

9

Serbie and Monténégro

649

Albanie

1

Bulgarie

1

Croatie

7

Chipre

2

République Tchécoslovaquie

21

Hongrie

1

Malte

0

Pologne

3

Roumanie

0

Slovaquie

0

Slovénie

0

Estonie

2

[29]

Lavai

1

Lithuanien

0

Fed. Russe

2,619

Arménie

35

Azerbaïdjan

0

Belarusse

28

Georgia

44

Kazakhstan

54

Kirgystan

33

Moldova

21

Tadjikistan

20

Turkménistan

23

Ukraine

716

Ouzbékistan

275

Turquie

0

Moyen Orient

5,928

Bahreïn

108

Iran

29

Irak

43

Israël

1051

Jordanie

2046

Kuwait

1144

Liban

182

Palestine

54

Oman

305

Qatar

0

Arabie Saoudite

22

[30]

Syrie

84

Emirats Arabes Unis

787

Yémen

73

ASIE

14,742

Australie

71

Nouvelle Zélande

14

Ile Mariana

1

Papua Nouvelle Guinée

8

Samoa

2

Chine

228

Hong Kong

842

Japon

6

Koree

4

Taiwan

13

Macao

1

Mongolie

2

Koree Démocratique

7

Indonésie

303

Malaysia

529

Philippines

1,615

Singapore

20

Thaïlande

400

Vietnam

31

Brunei

9

Camboye

3

Myanmar

69

[31]

Timor Leste

3

Bangladesh

11

Inde

252

Afghanistan

30

Bhutan

8

Maldives

3

Népal

1,221

Pakistan

9,036

Source : « Global Migrant Origin Database » dont les données sont publiées par le « Development Research Centre on Migration Globalisation and Poverty de l'Université SUSSEX. Obtenu grâce à la collaboration de Marta Roig de la Division de Population des Nations Unies



[1] Conseilleur du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA). Les expressions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement les positions officielles de l'Organisation ni des États Membres de l'institution.

[2] Chackiel, Juan, Transition de la Fécondité en Haïti. Ministère de l'Economie et des Fiances Institut Haïtien de la Statistique et d'Informatique (IHSI), Bureau de l'IVème Recensement General de la Population et de l'Habitat (RGPH) ; Centre Latino-Américain de Démographie (CELADE) et Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), 2007.

[3] Inspirée des documents de Juan Chackiel et d'Emmanuel Charles ainsi que des projections de population préparées par l'Institut Haïtien de Statistique et d'Informatique (IHSI) et CELADE-CEPAL.

[4] Voir aussi l'excellent travail de M. Francis Saint-Hubert, .... Et le neveu répondit. Analyse Statistique de la Migration Haïtienne aux États Unies (1953-2000), 2003, 307 p.

[5] Entre los últimos el estudio de LUNDE Henriette (2010) Young Haitian labor migrants. Risks and opportunities in Haiti and in the Dominican Republic, 56 p.

[6] Maguid A. (2011), La Encuesta Nacional a Inmigrantes (ENI) (UNFPA-ONI). Propuesta metodolôgica, Santo Domingo, Repûblica Dominicana.

[7] UNFPA, (2010) Diagnostico de la Situación Socio demográfica de la Repûblica Dominicana, Informe final elaborado por Carmen Julia Gómez Carrasco, 82 p.

[8] WWW.insee.fr Recensement de la population (2009).

[9] UNFPA Mouvements de population dans l'aire métropolitaine de Port-au-Prince avant et après le séisme de 2010. Port-au-Prince, 2010, 68 p.



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le samedi 30 septembre 2017 16:31
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref