RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Omar Aktouf, Méthodologie des sciences sociales et approche qualitative des organisations.
Une introduction à la démarche classique et une critique
(1987)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir de l'article d'Omar Aktouf, Méthodologie des sciences sociales et approche qualitative des organisations. Une introduction à la démarche classique et une critique. Montréal : Les Presses de l'Université du Québec, 1987, 213 pp. Une édition numérique réalisée par Marcelle Bergeron, bénévole, professeure retraitée de l'École polyvalente Dominique-Racine de Chicoutimi, Québec. [Autorisation formelle accordée par l'auteur le 18 février 2006 de diffuser toutes ses publications.]

Introduction

L'idée de préparer un ouvrage d'introduction à la méthodologie de la recherche en sciences sociales vient de ce que nous avons été confronté, depuis plusieurs années, à l'absence d'appui pédagogique à la fois didactique et suffisamment abordable pour initier des néophytes au travail de recherche, d'une part, et éviter, d'autre part, des abus et des amalgames qui visent à maintenir une vision mécaniste-positiviste et physicaliste-quantitativiste des sciences sociales, tout particulièrement dans le domaine de l'étude des organisations. 

La plupart du temps, les ouvrages consacrés à ce sujet sont soit trop quantitatifs, soit trop « épistémologiques », soit encore trop spécialisés. Ce que nous voulons faire ici c'est essentiellement d'essayer d'éviter chacun de ces travers et de proposer une introduction à la méthodologie qui puisse permettre l'accès à la recherche sans être déjà spécialisé dans un domaine particulier, ni être féru d'épistémologie, ni être un statisticien chevronné, tout en établissant quelques ponts et synthèses — que nous souhaitons heureux — entre les traditions européennes et nord-américaines en la matière. 

Nous voulons également présenter une méthodologie qui ne soit pas de l'analyse de données (même déguisée) comme c'est souvent le cas. 

Notre objectif est de couvrir toute cette distance, précisément, entre le moment où commence à germer l'idée de recherche et le moment où l'on a enfin entre les mains les données qu'il faut alors commencer à traiter et à analyser. 

Nous voulons, dans une première partie, conduire le futur chercheur depuis la définition du problème à étudier jusqu'à la passation de son instrument d'enquête et la collecte des informations brutes, tout en l'avertissant des insuffisances et abus majeurs inhérents à chaque méthode. Dans une seconde partie, nous voulons tenter une ouverture vers ce qui nous semble plus adéquat en matière de recherches sur le social et l'humain dans l'organisation. 

Il est certainement au moins aussi important et aussi difficile — sinon plus — de mener à bien la préparation et la conduite d'une recherche, que d'en traiter, de façons même très sophistiquées, les résultats. 

Le présent travail vise donc à fournir l'essentiel de la matière à couvrir dans la préparation de chercheurs, de praticiens d'études sociales ou d'étudiants finissants en programmes universitaires qui doivent, en étape finale, présenter un mémoire, une thèse ou un rapport d'étude sur un sujet précis relevant de leur discipline. 

Il s'agit de permettre à de jeunes chercheurs d'être capables de faire un usage systématique des connaissances acquises en vue de mieux comprendre et de mieux intervenir sur des aspects particuliers de leur domaine. 

L'objectif général est aussi d'ordre pratique : faire en sorte que le futur chercheur puisse préparer, élaborer et conduire une activité de recherche (ou d'intervention un tant soit peu rigoureuse) sur une situation réelle et devant déboucher sur une action. 

Par ailleurs, nous voulons développer et élargir les horizons d'application de l'outil statistique / quantitatif et donner un minimum de culture générale nécessaire au chercheur de tout niveau (et à toute personne) ayant pour tâche d'intervenir sur des situations après études préalables. Le tout étant susceptible de relativiser, voire de faire reculer, la trop envahissante « mathématisation de la réflexion » à laquelle nous assistons de plus en plus dans nos domaines : s'évertuer à tout exprimer et analyser en termes de rapports, de coefficients, d'équations, de distributions, de « modèles »... quantitatifs pour mieux paraître « scientifique ». 

De façon plus précise, nous partirons de la notion de mémoire, ses exigences et ses limites, pour ensuite parcourir pas à pas, dans le sens de son déroulement logique, l'ensemble du processus de l'étude « classique » d'un sujet, depuis la simple idée de recherche jusqu'au traitement des données. 

Il doit cependant bien être admis que le présent ouvrage n'est nullement un traité de statistiques appliquées ou d'analyse de données. Il sera en ce sens, fort peu technique et presque pas quantitatif. 

Il s'agit de l'étude de ce qu'est, selon le modèle « classique » d'abord, la démarche de recherche et de ce qu'est la façon (la méthode) avec laquelle on peut prétendre effectuer un travail qui en soit le plus proche possible. Ce sera, ensuite, un essai d'indication de ce que pourrait être un modèle plus humaniste de recherche sur les faits humains. 

Il faut signaler qu'une portion substantielle de la première partie s'inspire (parfois très directement) de l'ouvrage — fondamental — de R. Pinto et M. Grawitz (1969) y compris, souvent, les exemples choisis. 

Il est bien entendu que notre travail est redevable à beaucoup d'autres prédécesseurs en la matière : Albou, Althusser, Mucchielli, Faverge, Tremblay, Mitroff, Churchman, Bourdieu, Cooper, Bouchard, Kaplan, Kerlinger, Devereux ... dont l'inspiration est inévitable. 

Par ailleurs, le lecteur devra noter que la fragmentation et la séparation des différents éléments constitutifs du travail de recherche (depuis les types de problèmes, les genres de variables ... jusqu'aux différentes méthodes, techniques ...) ne se justifient que pour les besoins de l'exposé. Il convient de les voir comme des parties, des séquences, des moyens opératoires ... qui peuvent parfaitement coexister, se recouper, se réaliser en parallèle, ou se compléter mutuellement. 

Il est également à signaler que la bibliographie présentée est le résultat d'un choix délibéré, dicté par le souci de mettre à la disposition du futur chercheur un éventail aussi vaste que possible des ouvrages les plus fondamentaux — en particulier ceux des auteurs cités tout au long du texte — qu'ils soient d'ordre général ou à caractère plus spécialisé. C'est un outil que nous avons voulu à l'usage du plus grand nombre, quitte à tomber dans un inévitable éclectisme. 

Enfin, nous insistons sur le fait que nous ne visons que l'initiation à l'essentiel du modèle classique et à quelques éléments d'une nécessaire critique ; il est donc évident que nous assumons le risque d'être parfois approximatif, parfois trop général ou encore naïf et en marge des débats de fond concernant la science, le qualitatif et le quantitatif, le sens commun et le scientifique, l'idéologie et la science... ou même encore d'être en deçà des stades avancés et des progrès de pointe, récents, de telle ou telle technique particulière ... L'objectif n'est pas là, il est dans le tour d'horizon le plus simple, à la fois critique et utile au chercheur débutant.


Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le dimanche 18 juin 2006 7:10
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref