RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Histoire du Saguenay—Lac-Saint-Jean »

Le Saguenay en 1851. Histoire du passé, du présent et de l'avenir probable
du Haut-Saguenay au point de vue de la colonisation
. (1852)
Table des matières


Une édition électronique réalisée à partir du livre de l'abbé François Pilote, Le Saguenay en 1851. Histoire du passé, du présent et de l'avenir probable du Haut-Saguenay au point de vue de la colonisation. Québec: De l’Imprimerie d’Augustin Côté et Cie, 1852, 154 pp. Près l’Archevêché. Une édition numérique réalisé par Diane Brunet, bénévole, guide de musée retraitée du Musée La Pulperie, Chicoutimi.

[149]

Table des matières

Observations préliminaires [3]

LE PASSÉ.

I. Ce qu'étaient Tadoussac, Chicoutimi et Métabetchouan sous le rapport de la colonisation. — J. Cartier, à Tadoussac, entend parler du cuivre rouge du Saguenay. — Division du pays en trois provinces ou royaumes. — Rapport des Sauvages à Jacques Cartier, arrivant à Hochelaga, à Stadacona et à l'Ile aux Coudres. — Il emmène en France Donnacona.-Audience de François 1er. Tentative de M. de Roberval pour explorer le Saguenay. — Champlain parle de Tadoussac et du Saguenay — Entrevue à la Pointe-aux-Allouettes et à Tadoussac. — Anadabijou. Idées religieuses des Sauvages d'après Lescarbot [6]

II. Quelques mots sur les Montagnais d'autrefois et ceux d'aujourd'hui. — Ils descendent des Sauteux ou Cris. — Subdivisés en plusieurs cantons : leur état actuel [17]

III. Les Jésuites du Saguenay. — Relation du P. de Crépieul. — Les PP. Drouillet et Dablon firent les premiers baptêmes sauvages au lac Saint-Jean en 1661. — Ils atteignirent la hauteur des terres à 100 lieues de Tadoussac. Le P. Albanel est le premier qui pénétra jusqu'à la Baie d'Hudson, par le Saguenay, en 1671. — Les PP. Cocquart et Labrosse. — Les sauvages du Saguenay savent tous lire. [20]

IV. Sous les rois de France comme après la conquête, le territoire du Saguenay était affermé. Le premier bail est de 1658. — Exploration ordonnée par le gouvernement français. — Carte de Charlevoix. — M. P. Taché fait connaître le Saguenay vers 1825. — Grande Exploration de 1828. [28]

LE  PRÉSENT.

I. La rivière Saguenay, — Chicoutimi. La Grande-Baie, ou Baie des Ha ! Ha ! Carrière de pierres meulières. — Durée de la navigation du Saguenay. — Tadoussac. — L'anse à l'eau. — Table des distances entre Tadoussac et Chicoutimi. [31]

II. Le lac Saint-Jean. — Ses affluents. Causes de la fertilité de ce territoire. [36]

III. Étendue des terres propres à la colonisation. — Qualités du sol. —Presqu'île de Chicoutimi, 245,000 acres. — Ligne d'exploration de M. G. Duberger, en1848, depuis Chicoutimi jusqu'au lac Saint-Jean. — Les lacs Kinogomi et Kinogomishish avec le lac Vert. — La rivière des Aulnets .—Sa chute. —  Moulin de M. Langlais. — Hébertville. — Défrichements Première paroisse.  — Grande vallée ou bassin du lac Saint-Jean ;  4,614,550 acres. — Exploration à faire. Le Haut-Saguenay destiné à remplacer l'Ottawa pour le commerce du bois. [42]

IV. Le Climat. — Pourquoi les vents Nord-Est sont plus rares, moins humides et moins froids au lac Saint-Jean. — Tableau comparatif de la température : au lac Saint-Jean, à Sainte-Anne, Québec, Montréal et Toronto. —Cri de détresse des colons du Saguenay et de ceux des townships de l'Est. — Deux causes des mauvaises récoltes du Saguenay indépendantes du climat. [54]

V. Origine des établissements actuels. — Société de la Malbaie. —Misère des premiers colons. — Monnaie remplacée par les pitons. [61]

VI. Paroisse de Chicoutimi. — Moulins de M. McLeod. — Vieille chapelle de la Mission. — Les étrangers à Chicoutimi. — Etendue de la paroisse et population. — Église paroissiale. — M. J. B. Gagnon, curé. —Etablissement de M. McLeod, à la rivière du Moulin. — Tableau des baptêmes, mariages et sépultures depuis 1846. [67]

VII. Paroisse de la Grande-Baie. — Moulins de M. Price. — Etendue et population de Saint-Alexis, de Saint-Alphonse et du Grand-Brûlé. — M. l'abbé Pouliot et les PP. Oblats à la Grande-Baie. — Nouvelle paroisse du Grand-Brûlé. Travaux du P. Honorat. — Tableau des mariages, baptêmes et sépultures depuis 1846 Missions de l'anse Saint-Jean et de Tadoussac. [70]

VIII. Extrait du Recensement de 1851. Récapitulation. — Comparaison avec d'autres localités. — Cri de détresse du printemps dernier. [76]

IX. Commerce d'exportation et d'importation. — Inconvénients du commerce du bois au Saguenay. [79]

X. Ouverture du territoire du lac Saint-Jean. — Associations de la Malbaie, de la Baie Saint-Paul et de Saint-Ambroise.—M. l'abbé Boucher. [82]

XI. Association des comtés de l’Islet et de Kamouraska. — Son organisation. — Son but. — M. l'abbé Hébert. — Le Gouvernement accorde des terres au lac Saint-Jean. — Exploration préalable au printemps de 1849. — Travaux de la première année 1849 — Seconde année 1850, —Remarques sur la meilleure voie entre le Portage des Roches et Chicoutimi ou la Grande-Baie. —Troisième année, 1851. [84]

XII. Moulin de la Chute des Aulnets ou d’Hébertville. [93]

XIII. Résumé des travaux, de la recette et de la dépense. — La colonisation du lac Saint-Jean est un fait accompli. — Le Bureau des Terres. [94]

XIV. Travaux en voie d'exécution pour 1852. [99]

XV. Chemins. — La  grande  ligne  de Bagotville au lac Saint-Jean, avec son embranchement  de la  Rivière-aux-Sables à Chicoutimi. — Ponts. — Le lac Saint-Jean relié à la mer, au moyen d'un canal de neuf lieues. — Opinion de M. Bouchette. — Le chemin Bagot de la Grande-Baie à la Malbaie ou la Baie Saint-Paul. — Le  chemin entre  Chicoutimi et Bagotville. — Le chemin, du lac  Saint-Jean  à  Québec. — Ancien chemin des Jésuites —Opinion de M. Georges Duberger. — Réflexions sur la confection de ces chemins. — Ce que le Saguenay a déjà fourni à la caisse publique. [99]

XVI. Prix des terres du Saguenay. — Le gouvernement canadien devrait faire comme celui des États-Unis. — Extraits du Canadien. — Des notes sur la colonisation de Bellechasse. — Du discours de M. Etienne Parent, devant la chambre de lecture de Saint-Roch, le 15 avril 1852. [107]

XVII. Examen des causes qui ont retardé la colonisation du Saguenay, d'après les notes de M. — chargé, en 1849, d'une mission importante dans le Saguenay. Les sept causes principales qui ont paralysé l'essor de la colonisation du Saguenay. — Remèdes. — Faire ouvrir des chemins. —Laisser les terres à un schelling l'acre. — Etablir des autorités civiles et judiciaires. — La cour actuelle de circuit insuffisante. — Oter la taxe de la procédure et de l'enregistrement. — Limiter la coupe du bois. — Un Commissaire des terres pour le Bas-Canada. Réduire le prix des places de moulins. Les sociétés sont le meilleur moyen de coloniser, pourvu qu'elles ne soient pas composées de spéculateurs. — Les associations formées par le clergé sont seules capables de remplir efficacement l'attente du pays, et les intentions du gouvernement. — Projet de loi pour le Saguenay. [111]

L'AVENIR.

L'avenir du Saguenay est écrit dans son présent. — Récapitulation sommaire. — Lettre d'un individu qui faisait partie de la grande exploration de 1828, sur l'avenir du Saguenay. [135]


CONCLUSION. [141]

Appendice [143]

Principales fautes à corriger [154]



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le lundi 30 mars 2015 16:03
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref