RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Histoire du Saguenay—Lac-Saint-Jean »

Le problème des chantiers. (1927)
Remarques et considérations préliminaires


Une édition électronique réalisée à partir de la brochure d'Eugène L’Heureux (1927), Le problème des chantiers. Chicoutimi, septembre 1927, 32 pp. [Une brochure fortement recommandée et prêtée par mon ami Russel Bouchard, historien délinquant] (L'auteur est directeur du journal chicoutimien “Progrès du Saguenay”). [Section: Histoire régionale: Le Saguenay-Lac-Saint-Jean].

Remarques et considérations préliminaires

Il nous a semblé opportun d'écrire quelques articles sur la question des chantiers en ce moment où un grand nombre de familles s'apprêtent à décider si oui ou non elles iront aux chantiers l'hiver prochain.

Que ce soit bien entendu d'avance: nous ne sommes pas hostiles à l'industrie des chantiers, que nous reconnaissons, au contraire, doublement nécessaire à notre organisation économique. Nous prétendons tout simplement qu'il y a de nombreuses réformes à introduire dans la vie et l'organisation des chantiers; et ce n'est que certaines catégories de personnes que nous allons supplier de rester chez elles durant l'hiver.

Nous croyons devoir préciser notre pensée sur ce point dès le début, car, dans l'étude et la discussion de ces sortes de problèmes, il se rencontre presque toujours des gens pour mal interpréter les sentiments et défigurer la pensée en forçant, de bonne foi ou non, les conclusions.

Nous voulons donc être bien compris. N'ayant d'animosité contre personne, nous n'avons aucune rancune à satisfaire.

Ce que nous voulons, c'est uniquement de signaler les principales lacunes du régime actuel des chantiers dans les comtés de Chicoutimi et du Lac St-Jean, afin que les personnes et les institutions plus compétentes que nous puissent les combler. Cet objectif, par exemple, nous le poursuivrons jusqu'au bout; et nous dirons de grosses vérités, s'il le faut, pour améliorer la situation qui est faite à nos gens dans les chantiers.

* * *

Depuis longtemps, nous voulions traiter cette question des chantiers, vitale en cette région, mais nous ne voulions pas le faire avant d'être en mesure de parler en connaissance de cause.

Si nous osons aborder la question aujourd'hui, c'est que nous avons, pour nous appuyer, plus de trente témoignages recueillis au cours d'une enquête écrite poursuivie auprès d'hommes sérieux et impartiaux habitant tous les coins de la région.

Fort de l'autorité de ces gens très bien renseignés, nous croyons pouvoir jeter quelque lumière sur cette question dont l'importance ne peut être niée par personne.

* * *

Au cours de ces modestes articles, la question des chantiers sera envisagée sous les aspects suivants: 1°) économique; 2°) hygiénique; 3°) intellectuel; 4°) moral et religieux; puis 5°) social. La série se terminera par certaines conclusions que nous soumettrons au public, spécialement aux personnes intéressées dans les entreprises de forêt.

Ceux qui trouvent la question digne de leur intervention - qu'ils nous approuvent ou qu'ils nous désapprouvent - sont priés de nous communiquer leurs opinions. Nous serions particulièrement reconnaissant envers les per-sonnes qui nous fourniraient des faits certains qui illustrent bien la manière dont on procède dans la forêt. Nous avons déjà un bon nombre de ces faits, consignés dans nos dossiers, mais nous n'en aurons jamais trop, puisque rien ne vaut les faits pour appuyer les opinions.
* * *
Nous ne croyons pas devoir insister pour démontrer que le public doit s'intéresser à cette question des chantiers dans toute la province de Québec, mais spécialement dans cette belle région Chicoutimi-Lac-St-Jean, où l'industrie forestière joue et jouera toujours un si grand rôle.

Trop de milliers de nos concitoyens vont passer environ la moitié de l'année dans les chantiers pour que le sort de ces frères dans la religion et dans la race nous soit indifférent.

Les grandes industries elles-mêmes pour lesquelles se fait la coupe du bois ont intérêt à ce que l'ordre et le bon sens règnent dans leurs chantiers; elles le comprennent parfaitement.

Quant à la collectivité de quelque 100,000 âmes qui vit dans nos deux comtés, il est évident que les aspects économique, hygiénique, intellectuel, moral, religieux et social de la question des chantiers l'intéressent tous au plus haut point.

La question des chantiers est si importante qu'il vaudra la peine de faire un mouvement d'ensemble pour la résoudre de la meilleure façon possible.
* * *
Dans un prochain article, nous traiterons l'aspect économique de la question des chantiers.

Retour au texte de l'auteur: Eugène l'Heureux, directeur “Progrès du Saguenay” Dernière mise à jour de cette page le samedi 24 février 2007 19:30
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref