RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Histoire du Saguenay—Lac-Saint-Jean »

LA PULPERIE DE CHICOUTIMI. UN SIÈCLE D’HISTOIRE. (1998)
Liste des illustrations


Une édition électronique réalisée à partir du livre sous la direction de Jean-François Hébert, LA PULPERIE DE CHICOUTIMI. UN SIÈCLE D’HISTOIRE. Chicoutimi: Musée de La Pulperie de Chicoutimi, 1998, 100 pp. [Le 5 juin 2014, la direction du Musée de la Pulperie de Chicoutimi, conjointement avec les auteurs, nous a accordé son autorisation de diffuser ce livre, en accès libre à tous, en version numérique, dans Les Classiques des sciences sociales.] [Collection: Histoire régionale: Le Saguenay-Lac-Saint-Jean].


Jean-François Hébert, “La Pulperie de Chicoutimi: l’émergence d’un site touristique.” [pp. 3-10.]

Fig. p. 3. Une partie de l'édifice 1912 qui démontre bien dans quel état lamentable se trouvaient les bâtiments de l'ancienne Compagnie de pulpe de Chicoutimi à la fin des années 70. Source : La Pulperie de Chicoutimi.
Fig. p. 4. Vue aérienne montrant l'étendue du site de la Pulperie de Chicoutimi. Source : La Pulperie de Chicoutimi.
Fig. p. 5a. D'importants travaux sont effectués au début des années '80 afin de restaurer les bâtiments et d'aménager le site. Source : La Pulperie de Chicoutimi.
Fig. p. 5b. Suite aux travaux d'aménagement, les ruines du moulin #1 de la C.P.C. sont transformées en place publique connue sous l'appellation « Le Jardin des Vestiges ». Source : La Pulperie de Chicoutimi.
Fig. p. 6. Un programme de visites guidées est instauré au cours des années '80 afin de familiariser les visiteurs avec l'histoire de la Pulperie. Source : La Pulperie de Chicoutimi.
Fig. p. 7a. Plusieurs pièces d'auteurs connus ont été jouées au théâtre de la Pulperie. Source : La Pulperie de Chicoutimi.
Fig. p. 7b. La Pulperie innove en produisant des pièces de théâtre originales pour le jeune public. Source : La Pulperie de Chicoutimi. Fig. p. 8. Au cours des années '80, la Pulperie devient un lieu de prédilection pour la diffusion de la culture et des arts. Source : La Pulperie de Chicoutimi. Fig. p. 9. Avant l'aménagement de la zone portuaire de Chicoutimi, c'est à la Pulperie que se déroulaient les fêtes populaires. Source : La Pulperie de Chicoutimi.
Fig. p. 10. Des spectacles de toutes catégories ont déjà attiré des milliers de spectateurs à la Pulperie. Source : La Pulperie de Chicoutimi.

Guy Coutu, “L’industrialisation du Saguenay—Lac-Saint-Jean, 1896-1929.” [pp. 11-20.]

Fig. p. 12. La pulperie de Jonquière qui sera convertie en papeterie par la compagnie Price en 1909. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 13. L'usine de la compagnie Price à Kénogami. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 14. La centrale hydroélectrique d'Isle-Maligne de la Duke-Price Power Co. Ltd. Source : ANQC, fonds SHS.
Fig. p. 15. Le barrage de Portage-des-Roches à la décharge du lac Kénogami dans la rivière Chicoutimi. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 17. La papeterie de Riverbend de la compagnie Price, vers 1927. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 18. Les usines de l'Alcan, à Arvida, au milieu des années '40. Source : ANQC, fonds SHS.
Fig. p. 19. La papeterie de Dolbeau de la Lake St. John Power & Paper Co. Ltd. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 20. La centrale hydroélectrique de Chute-à-Caron, sur la rivière Saguenay. Source : ANQC, fonds SHS.

Louise Bouchard, “La Compagnie de pulpe de Chicoutimi.” [pp. 21-30.]

Fig. p. 21. La chute de la rivière Chicoutimi en 1895. Source : ANQQ, collection Magella Bureau. Fig. p. 22a. Vue générale du site de la C.P.C. vers 1911. Source : La Pulperie de Chicoutimi, collection Antoinette Gousse. Fig. p. 22b. En 1900, la C.P.C. obtient une médaille d'or à l'Exposition universelle de Paris pour la qualité de sa pâte. Source : ANQC, fonds Dubuc.
Fig. p. 23a. L'amenée d'eau du moulin #2 fut une réussite d'ingénierie à son ouverture en 1903. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 23b. L'usine Sainte-Marie vers 1915. Source : ANQC, fonds Lemay. Fig. p. 24a. Au cours des années, le moulin Saint-Joseph connaît plusieurs transformations. On le voit ici en 1899, un peu après sa construction. Source : ANQC, fonds Vincent-Dubuc.
Fig. p. 24b. Le moulin Saint-Joseph vers 1906. Source : ANQC, fonds Lemay. Fig. p. 25a. Le moulin Saint-Joseph en 1909. Source : ANQC, fonds Lemay. Fig. p. 25b. Le moulin Saint-Joseph après 1912. Source : ANQC, fonds SHS
Fig. p. 26a. Le lac Dubuc près de la scierie de la C.P.C. Source : ANQC, fonds Vincent-Dubuc. Fig. p. 26b. L'expédition de la pulpe au Bassin. Source : ANQC, fonds Dubuc. Fig. p. 26c. En équipe de cinq, les hommes coupent les arbres et les transportent près de la rivière. Source : Collection des Eudistes, fonds du Père Courtois.
Fig. p. 27. Vue aérienne de la partie haute du site vers 1927. Source : SHS, fonds René-Bélanger. Fig. p. 28a. Le secteur des défibreurs à l'intérieur du moulin #3. Source : ANQC, fonds Vincent-Dubuc. Fig. p. 28b. Le secteur des métiers à l'intérieur du moulin #2. Source : Collection des Eudistes, fonds du Père Courtois.
Fig. p. 29a. Machine à scier le bois de pulpe. M. Élie Perron, inventeur. MM. Perron & Gagnon, propriétaires. Source : Le Progrès du Saguenay. Fig. p. 29b. La glissoire à bois du moulin #2. Source : Collection des Eudistes, fonds du Père Courtois. Fig. p. 29c. Visite de Mgr Stagni à la C.PC. en 1921. Source : Écho paroissial.
Fig. p. 30. Dessin d'un défibreur. Source : SHS, Catalogue d'appareils et machines de la C.P.C, p. 5.

Jérôme Gagnon, “Joseph Joseph-Dominique Guay : aux sources de la modernité à Chicoutimi.” [pp. 32-42.]

Fig. p. 33. J.-D. Guay et son épouse lors d'un voyage à Rome, en 1898. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 34. L'édifice de la « Bonne Ménagère » où furent situés les locaux du Progrès du Saguenay pendant quelques années. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 36. J.-D. Guay était reconnu pour ses talents de chasseur. Source : ANQC, fonds SHS.
Fig. p. 37. La maison ancestrale qu'habitait Guay, communément appelée la « Vieille Maifon », située sur la rue Racine, à Chicoutimi. Source : ANQC, fonds Lemay. Fig. p. 39. L'hôtel de luxe « Le Château Saguenay », une des nombreuses réalisations de J.-D. Guay. Source : ANQC, fonds SHS.

Sylvain Gaudreault, “Julien-Édouard-Alfred Dubuc.” [pp. 49-54.]

Fig. p. 49. La Banque Nationale lors de l'arrivée de Dubuc à Chicoutimi, en 1892. Source : ANQC, fonds Dubuc. Fig. p. 50. Le banquet annuel des employés de la C.P.C. à la résidence de Dubuc, en février 1909. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 52. Villa-Marie, la résidence d'été de Dubuc située près du lac Kénogami, à Laterrière. Source : ANQC, fonds Dubuc.
Fig. p. 53. Le député Dubuc dans son bureau d'Ottawa. Source : ANQC, fonds Dubuc. Fig. p. 54. L'hôtel de ville de Chicoutimi que Dubuc fait construire lors de son passage à la mairie. Source : ANQC, fonds SHS.

Gaston Gagnon, “Une voix ouvrière: Thomas-Louis Tremblay, Saint-Henri, Chicoutimi.” [pp. 55-58.]

Fig. p. 55. M. Thomas-Louis Tremblay. Source : Le Quotidien. Fig. p. 57. Des bûcherons à l'oeuvre dans le secteur de la rivière du Moulin. M. Tremblay se trouve au centre sur cette photo. Source : La Pulperie de Chicoutimi en évolution 1896-1982, Ville de Chicoutimi, 1983, p. 24.

Jean-François Hébert, “Les compagnies subsidiaires de la compagnie de pulpe de Chicoutimi.” [pp. 59-64.]

Fig. p. 59. L'usine de pâte mécanique de Val-Jalbert lors de ses rénovations, en 1910. Source : ANQC, fonds Lemay. Fig. p. 60. Un wagon de queue appartenant à la compagnie Roberval-Saguenay devant l'atelier de réparation mécanique. Source : La Pulperie de Chicoutimi, collection P.-A. Robitaille. Fig. p. 62. La maison de gros Côté & Boivin, à Chicoutimi. Source : ANQC, fonds Lemay.
Fig. p. 63. Publicité de la Compagnie d'éclairage et d'énergie électrique du Saguenay, en 1915. Source : Le Progrès du Saguenay. Fig. p. 64. Publicité de la Société des constructeurs-mécaniciens de Chicoutimi, située sur la rue du Havre, en 1915. Source : Le Progrès du Saguenay.

Jean-François Hébert, “La naissance du syndicalisme catholique à Chicoutimi.” [pp. 65-74.]

Fig. p. 67. Le bureau de direction de la Fédération ouvrière de Chicoutimi en 1910-1911. Debout, de gauche à droite : Arthur Boulianne, vice-président, Hubert Girard, Jos. Tremblay, Eugène Fortier et Georges Gagnon, trésorier. Assis, de gauche à droite : Napoléon Rouleau, Johnny Brassard, président, le père Courtois, aumônier-secrétaire, et F-X. Gosselin. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 70. Le premier Conseil général de la Fédération ouvrière mutuelle du Nord, en 1915. Debout, de gauche à droite : Phil. Simard, Pantaléon Ouellet, Johnny Tremblay, Eugène Saulnier, Auguste Coulombe, J.-R. Gauthier, Ferd. Lemieux, Edm. Larouche, Phil. Déchène. Assis, de gauche à droite : Alfred Fortin, Joseph Ménard, Mgr Eugène Lapointe, l'abbé J.-C. Tremblay, E.-D. Ouellet. En médaillon : Benjamin Tremblay. Source : ANQC, fonds SHS.

Jean-François Hébert, “Mgr Eugène Lapointe.” [pp. 75-80.]

Fig. p. 75. L'abbé Eugène Lapointe. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 76. Le Séminaire de Chicoutimi vers 1892, un peu après les travaux d'agrandissement auxquels a participé l'abbé Lapointe. Source : ANQC, fonds Ellefsen. Fig. p. 77. Le pape Léon XIII, le père de l'encyclique Rerum novarum qui a tant marqué l'abbé Lapointe. Source : ANQC, fonds SHS.
Fig. p. 78. Les bureaux de la F.O.M.N. situés en plein coeur du quartier ouvrier. C'est à cet endroit que Mgr Lapointe passera beaucoup de temps pour convaincre les travailleurs des bienfaits du syndicalisme catholique. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 79. Le Séminaire de Chicoutimi à la fin des années '20. C'est à la suite de l'incendie qui rasa l'ancien séminaire, en 1912, que cette bâtisse fut érigée. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 80. La chapelle de la résidence d'été du Séminaire située à la Pointe-aux-Alouettes. Source : ANQC, fonds SHS.

Jérôme Gagnon, “Le Quartier ouvrier du Bassin de Chicoutimi.” [pp. 81-96.]

Fig. p. 82a. Une partie du quartier du Bassin au début du XXe siècle. Source : Archives nationales du Canada. Fig. p. 82b. Dessin représentant la chapelle des Jésuites érigée par le Père Laure en 1726. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 83a. Les établissements du Bassin de la compagnie Price vers 1892. Source : ANQC, fonds SHS.
Fig. p. 83b. La scierie Price vers 1898. Source : ANQC, fonds Lemay. Fig. p. 84a. La côte des Saints-Anges, vers 1923. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 84b. Scène de la vie quotidienne au Bassin, vers 1926. Source : Collection des Eudistes, fonds du Père Courtois.
Fig. p. 85. La chapelle du Bassin qui servira tour à tour de lieu de culte, de salle publique et de salle de réunion pour le syndicat. Source : ANQC, fonds Lemay. Fig. p. 86a. L'entrepreneur Ludger Cimon. Source : Collection de M. Luc Genest. Fig. p. 86b. Maison d'un surintendant de la C.P.C. située dans le quartier du Bassin. Source : ANQC, fonds Lemay.
Fig. p. 87. L'église du Sacré-Coeur, au Bassin, en 1906. Source : ANQC, fonds SHS. Fig. p. 88. Le presbytère de l'église du Sacré-Coeur construit en 1919. Source : La Pulperie de Chicoutimi. Fig. p. 89. L'intérieur de l'église du Sacré-Coeur du Bassin. Source : La Pulperie de Chicoutimi.
Fig. p. 90. Le Père Dréan, curé de la paroisse du Sacré-Coeur. Source : La Pulperie de Chicoutimi. Fig. p. 91. Les fêtes religieuses marquent la vie des ouvriers du Bassin. Photographie prise vers 1916. Source : Collection des Eudistes, fonds du Père Courtois. Fig. p. 92. Des ballots de pulpe entreposés au Bassin, en attendant leur chargement sur un bateau. Source : La Pulperie de Chicoutimi.
Fig. p. 94. Chicoutimi (Ouest) La partie du Bassin entourant l'église du Sacré-Coeur. Source : ANQQ, collection Magella-Bureau. Fig. p. 95. Pont du chemin de fer surplombant la rivière Chicoutimi, dans le quartier du Bassin, vers 1920. Source : ANQC, fonds SHS.

Guy Coutu, “Le projet de la Eastern Mining and Smelting Corporation [1954-1958].” [pp. 97-100.]

Fig. p. 98. Esquisse du projet de la Eastern Mining and Smelting Corporation. Source : SHS, fonds René-Bélanger. Fig. p. 99a. Le creusage du canal d'évacuation longeant l'édifice 1912. Source : La Pulperie de Chicoutimi. Fig. p. 99b. La mise en place de l'amenée d'eau alimentant la centrale hydroélectrique de la compagnie. Source : La Pulperie de Chicoutimi.
Fig. p. 100. L'érection de la cheminée d'équilibre, élément-signal encore très visible aujourd'hui. Source : La Pulperie de Chicoutimi.


Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le vendredi 27 mars 2015 18:48
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref