RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Histoire du Saguenay—Lac-Saint-Jean »

Jacques Crémazie (1810-1872)
Journaliste, avocat, professeur de droit et doyen de la Faculté de droit, Université Laval.


Jacques Crémazie, professeur à Laval

L'université Laval fut fondée en 1854 par le Séminaire de Québec, pour se rendre à la demande des évêques de la procince de Québec. C'était une entreprise considérable que le Séminaire de Québec mettait en marche. Un séminaire ou un collège classique demande déjà des sacrifices et des dépenses énormes. Une université ne peut vivre seulement par le dévouement de ses professeurs. Elle a besoin de ressources de toutes sortes pour permettre à ses différentes facultés de donner à ceux qui suivent leurs cours la science et l'expérience dont ils ont besoin pour exercer leur profession.

Dès la fondation de l'Université Laval, M. Crémazie fut appelé à la chaire de droit civil et il la conserva jusqu'à sa mort.

Détail que le grand public ignore: les premiers professeurs laïques de l'Université Laval n'hésitèrent pas à sacrifier leurs appointements pour aider la nouvelle institution dans sa noble tâche. M. Jacques Crémazie donna un cours de droit civil à l'Université Laval pendant huit années sans recevoir un sous des appointements auxquels il avait droit comme ses collègues. Il voulait faire sa part de sacrifices pour une fondation destinée à faire tant de bien à ses compatriotes. Le sacrifice était d'autant plus méritoire que M. Crémazie était loin d'être riche.

À la mort de l'honorable juge A.-N. Morin, en 1865, M. Crémazie fut appelé à lui succéder comme doyen de la faculté de droit. L'Université Laval reconnaissait ainsi le mérite du dévoué professeur.

M. Lucien Turcotte, professeur à l'Université Laval en même temps que M. Crémazie, apprécie comme suit le dévouement et le travail du doyen de la faculté de droit:

“Il serait impossible de dire tous les services que M. Crémazie rendit comme professeur de droit. Ce fut lui qui forma presque tous ces jeunes avocats qui ont fait la gloire du barreau de Québec. Il enseigna à plusieurs générations les principes généraux du droit, et fit disparaître, par conséquent, le principal obstacle qui s'opposait au Canada à l'étude approfondie de la science juridique. Sans doute, il fut puissamment aidé dans cette oeuvre par ses distingués collègues, mais la part principale, nous n'hésitons pas à le dire, lui en revient. Comme professeur, M. Crémazie manquit de brillant, mais il apportait à ses cours tant de soins, tant de travail consciencieux, tant de préparation, qu'on l'écoutait avec confiance et avec la certitude d'entendre ce qu'il pouvait donner de mieux. Cela seul lui valait une grande attention de la part des élèves. Le nom de Jacques Crémazie est intimement lié à celui de l'Université Laval. Le pays accordera au doyen de la faculté de droit - M. Crémazie l'était depuis la mort du regretté juge A.-N. Morin - une part de la reconnaissance qu'il doit à cette grande insitution.” (1)

(1) Annuaire de l'Université Laval pour l'année académique 1873-1874, p. 51.

Source: http://www.ourroots.ca/f/page.aspx?id=688289.
Voir aussi, Jacques Crémazie, Dictionnaire biographique du Canada en ligne.

Retour à l'auteur: Ernest Bilodeau, journaliste et chroniqueur Dernière mise à jour de cette page le mardi 22 mai 2007 13:09
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref