RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Documents »

Jean Meslier, Testament de Jean Meslier (1762)
Abrégé de la vie de l'auteur


Une édition électronique réalisée à partir du texte de Jean Meslier, Testament de Jean Meslier. Avec un abrégé de la vie de l'auteur et un avant-propos. Nouvelle édition. Genève: Cramer, 1762, 64 pp. in 8. Reproduction à partir d’un facsimilé de la Bibliothèque nationale de France. Une édition numérique réalisée par un bénévole, professeur d'université à la retraite, qui demande à conserver l'anonymat [Anonyme 1].

Abrégé de la vie de l'auteure

Jean Meslier Curé d’Etrépigny & de But en Champagne, natif du village de Mazerni dépendant du Duché de Mazarin, était le fils d’un ouvrier en serge ; élevé à la Campagne, il a néanmoins fait ses études &est parvenu à la Prêtrise.

Étant au Séminaire où il vécut avec beaucoup de régularité, il s’attacha au système de Descartes. Ses mœurs ont paru irréprochables, faisant souvent l’aumône ; d’ailleurs très sobre, tant sur sa bouche que sur les femmes.

MM. Voiry & Delavaux, l'un Curé de Va, & l'autre Curé de Boutzicourt, étaient ses confesseurs, & les seuls qu’il fréquentait.

Il était seulement rigide partisan de la justice, & poussait quelquefois ce zèle un peu trop loin. Le Seigneur de son village nommé le Sr de Trouilly, ayant maltraité quelques Paysans, il ne voulut pas le recommander nommément au Prône : M. de Mailly Archevêque de Reims, devant qui la contestation fut portée, l'y condamna. Mais le Dimanche qui suivit cette décision, ce Curé monta en Chaire & se plaignit de la sentence du Cardinal. « Voici, dit-il, le sort ordinaire des pauvres Curés de Campagne ; les Archevêques, qui sont de grands Seigneurs, les méprisent & ne les écoutent pas. Recommandons donc le Seigneur de ce lieu. Nous prierons Dieu pour Antoine de Touilly ; qu'il le convertisse & lui fasse la grâce de ne point maltraiter le pauvre, & dépouiller l'orphelin. »

Ce Seigneur présent à cette mortifiante recommandation, en porta de nouvelles plaintes au même Archevêque, qui fit venir le Sieur Meslier à Donchery, où il le maltraita de paroles.

Il n’a guère eu depuis d’autres événements dans sa vie ni d’autre bénéfice que celui d'Etrépigny.

Les principaux de ses Livres étaient la Bible, un Moréri, un Montagne & quelques Pères ; & ce n’est que dans la lecture de la Bible & des Pères qu’il puisa ses sentiments. Il en fit trois copies de sa main, l'une desquelles fut portée au Garde des Sceaux de France, sur laquelle on a tiré l'Extrait suivant. Son MS. est adressé à M. Le Roux Procureur & Avocat en Parlement, à Mézières.

Il est écrit à l'autre côté d'un gros papier gris qui sert d'enveloppe, « J'ai vu & reconnu les erreurs, les abus, les vanités, les folies & les méchancetés des hommes ; je les ai haïs & détestés, je ne l'ai osé dire pendant ma vie, mais je le dirai au moins en mourant & après ma mort ; & c'est afin qu'on le sache, que je fais & écris le présent Mémoire, afin qu'il puisse servir de témoignage de vérité à tous ceux qui le verrons & qui le liront si bon leur semble. »

On a aussi trouvé parmi les Livres de ce Curé, un imprimé des Traités de M. de Fénelon Archevêque de Cambray [Edit. de 1718] sur l'Existence de Dieu & sur ses attributs, & les Réflexions du P. Tournemine Jésuite sur l’Athéisme, auxquels Traités il a mis ses notes en marge signées de sa main.

Il avait écrit deux Lettres aux Curés de son voisinage, pour leur faire part de ses sentiments, etc. Il leur dit qu'il a consigné au Greffe[1] de la Justice de sa Paroisse une Copie de son Ecrit en 366 feuillets in-8°. Mais qu'il craint qu’on ne la supprime suivant le mauvais usage établi d'empêcher que les simples ne soient instruits, & ne connaissent la vérité[2].

Ce Curé a travaillé toute sa vie en secret pour attaquer toutes les opinions qu'il croyait fausses.

Il mourut en 1733 âgé de 55 ans : on a cru que dégoûté de la vie il s'était exprès refusé les aliments nécessaires, parce qu'il ne voulut rien prendre, pas même un verre de vin.

Par son testament, il a donné tout ce qu'il possédait, qui n’était pas considérable, à ses Paroissiens, & il a prié qu'on l’enterrât dans son Jardin.


[1] Sainte Menoult.

[2] On dit que le Grand Vicaire de Reims s'est emparé de la troisième copie.



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le mardi 22 mai 2007 18:22
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref