RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

LA CIVILISATION PRIMITIVE. Tome premier. (1873) [1920]
Table des matières


Une édition électronique réalisée à partir du texte de Edward Burnett TYLOR, LA CIVILISATION PRIMITIVE. Tome premier. Traduit de l'Anglais sur la deuxième édition (1873) par Pauline Brunet. Paris: Ancienne Librairie Schleicher, Alfred Costes, Éditeur, 1920, 584 pp. Une édition numérique réalisée par Michel Hamel, bénévole, Octeville sur mer, Normandie, France.

[xiii]

La civilisation primitive.
Tome premier

Table des matières


AVIS DES ÉDITEURS [V]

PRÉFACE DE LA PREMIÈRE ÉDITION [VII]

PRÉFACE DE LA SECONDE ÉDITION [X]

TABLE DES MATIÈRES [XIII]

LA CIVILISATION PRIMITIVE

Volume I

Chapitre 1. LA SCIENCE DE LA CIVILISATION [1]

La culture ou civilisation. - Ses phénomènes rapportés à des lois définies. Sur le libre-arbitre. - Méthode de classification et discussion sur le témoignage. - Connexion par permanence, modification et survivance des progrès successifs de la civilisation. - Principales questions étudiées dans le présent ouvrage.

Chapitre 2. DÉVELOPPEMENT DE LA CIVILISATION [29]

Étage de culture : industrielle, intellectuelle, politique et morale. - Le développement de culture est généralement représenté par la transition de la vue sauvage en passant par la vie barbare. - Théorie du progrès. - Théorie de la dégénérescence. - Théorie de développement représentant à la fois les deux précédentes, l'une le fait principal, l'autre le fait secondaire. - Les témoignages historiques et traditionnels font défaut pour les étages inférieurs de culture. - Preuve historique de la dégénérescence. - Témoignages ethnographiques établissant le progrès et la décadence tirés de la comparaison des différents niveaux qu'elle offre chez les branches diverses d'une même race. - Antiquité historique de la civilisation. - L'archéologique préhistorique recule l'antiquité de l'homme des civilisations inférieures. - Vestiges de l'âge de pierre fournis par les constructions mégalithiques, les habitations lacustres, les amas de coquillages, les lieux de sépultures, etc., démontrant que l'état inférieur de culture a existé dans le monde entier. - Échelle du développement progressif dans les arts industriels.

Chapitre 3. LA SURVIVANCE DANS LA CIVILISATION [81]

Survivance et superstition. - Jeux d'enfants. - Jeux de hasard. - Dictons traditionnels. - Chants de nourrices. - Proverbes. - Énigmes. - Du sens des usages et de leur survivance : formules pour l'éternuement, rites et sacrifices relatifs aux fondations, préjugés contre le sauvetage des noyés.

Chapitre 4. LA SURVIVANCE DANS LA CIVILISATION (SUITE) [131]

Sciences occultes. - Pouvoirs magiques attribués aux races inférieures par les supérieures. - Procédés magiques basés sur l'association des idées. - Présages ; - Augures, etc. - Oniromancie. - Aruspicine. - Scapulimancie, etc. - Chiromancie, Cartomancie, etc. - Rhabdomancie, Dactyliomancie, Coscinomancie, etc. - Astrologie. - Conditions intellectuelles qui expliquent la persistance de la magie. - Survivance et Renaissance. - La sorcellerie qui a pris naissance dans la civilisation sauvage et continue dans la civilisation barbare ; son déclin en Europe, dans la première période du moyen âge, suivi de renaissance ; ces pratiques et contre-pratiques appartiennent à la culture primitive. - Le spiritisme. - a sa source aux première phase de la civilisation. - étroitement lié à la sorcellerie. - Esprits frappeurs et esprits écrivains. - Ascension dans les airs. - Exercices des médiums attachés. - Intérêt pratique de l'étude de la survivance.

Chapitre 5. LANGAGE EMOTIONNEL ET IMITATIF [189]

Le son directement expressif considéré comme étant du langage. - Démonstration par la correspondance de mots dans des langues distinctes. - Procédés constitutifs du langage. - Gestes. - Expression des traits. - Ton émotionnel. - Sons articulés, les voyelles, le timbre et la hauteur, les consonnes. - Emphase et accent. - Phrases mélodiques, récitatif. - Mots phonétiques (sound-words), onomatopées, interjections. - Manières d'appeler les animaux. - Cris émotionnels. - Mots significatifs (sens-words) provenant d'interjections. - Particules affirmatives et négatives, etc.

Chapitre 6. LANGAGE ÉMOTIONNEL ET IMITATIF (SUITE) [234]

Mots imitatifs. - Actions humaines d'après les sons. - Noms des animaux suivant leurs cris. - Instruments de musique. - Reproduction des sons. - Mots modifiés pour adapter le son aux sons. - Reduplication. - Gradation des voyelles pour exprimer la distance et la différence. - Langage des enfants. - Mots phonétiques dans leur s rapports avec les mots significatifs. - Le langage est un produit originel de la culture primitive.

Chapitre 7. L'ART DE COMPTER [277]

L'idée de nombre dérivée de l'expérience. - État de l'arithmétique chez les races non civilisées. - Pauvreté de la numération chez les tribus inférieures. - Usage de compter sur les doigts et les orteils. - La formation des expressions numérales à l'aide des mains montre la numération verbale dérivant du calcul mimique. - Étymologie de la numération. - les notations quinaires, décimales, vigésimales dérivent de la manière de compter sur les doigts et les orteils. - Adoption des expressions numériques étrangères. - Preuves démontrant que le développement de l'arithmétique part d'un niveau de culture inférieur.

Chapitre 8. MYTHOLOGIE [313]

L'idée mythique fondée, comme les autres idées sur l'expérience. - La mythologie fournit des éléments pour l'étude des lois de l'imagination. - Changement de l'opinion publique à l'égard de la croyance aux mythes. - Les mythes traduits en allégories et dans l'histoire. - Appréciation et importances ethnologiques des mythes. - Les mythes doivent être étudiés dans leur existence et dans leur développement actuels chez les sauvages et les barbares modernes. - Sources originelles des mythes.- Doctrines primitives de l'animation générale de la nature. - Personnification du soleil, de la lune et des étoiles, des trombes, des sables mouvants, des arcs-en-ciel, des chutes d'eau, de la peste, etc. - Analogie entre le mythe et la métaphore. - Mythes de la pluie et du tonnerre, etc. - Effet du langage sur la formation des mythes. - Personnification matérielle primaire, personnification verbale secondaire. - Genres grammaticaux masculin et féminin, animé et inanimé, dans leurs rapports avec les mythes. - Noms propres et objets en relation avec les mythes. - État mental propre à susciter l'imagination mythique. - Doctrine des loups-garous. - Illusions et produits de l'imagination.

Chapitre 9. MYTHOLOGIE (suite) [362]

Mythes cosmiques, leur origine, leur règle d'interprétation ; conservation du sens originel et des noms significatifs. - Mythes cosmiques des races sauvages supérieures comparés aux formes correspondantes chez les barbares et les nations civilisées. - Le ciel et la terre considérés comme générateurs universels. - Le soleil et la lune : éclipse et coucher du soleil regardé comme héros et jeune fille avalée par un monstre ; le lever du soleil sortant de la mer et se replongeant dans l'abîme ; le gouffre de la nuit et de la mort, Symplegades ; œil du ciel, œil d'Odin et de Graiae. - Le soleil et la lune civilisateurs mythiques. - La lune son inconstance, sa mort et sa renaissance périodique. - Les étoiles, leur génération. - Les constellations, leur place dans la mythologie et dans l'astronomie. - Vents et tempêtes. - Tonnerre. - tremblement de terre.

Chapitre 10. MYTHOLOGIE (suite) [423]

Mythes philosophiques ; leurs conséquences deviennent une pseudo-histoire. - Mythes géologiques.- Influence de la doctrine des miracles sur la mythologie. - Montagne magnétique. - Mythes relatifs à la parenté entre le singe et l'homme par développement ou par génération. - Portée ethnologique des mythes relatifs aux hommes-singes, aux hommes à queues, aux hommes des bois. - Mythes provenant d'erreurs, de fausses interprétations et d'exagérations ; contes relatifs au géants, aux nains et aux tribus d'hommes monstrueux. - Mythes provenant d'explications fantaisistes. - Mythes ayant trait à des personnalités légendaires ou historiques. - Mythes étymologiques relatifs aux noms de lieux et de personnes. - Mythes éponymiques sur les noms de tribus, de nations, de contrées, etc. ; leur portée ethnologique. - Mythes provenant de la réalisation de métaphores et d'idées. - Allégories. - Fables sur les animaux. - Conclusion.

Chapitre 11. ANIMISME [483]

Les idée religieuses se manifestent généralement chez les races inférieures de l'humanité. - Les témoignages négatifs à ce sujet deviennent une source d'erreurs et de fausses interprétations : beaucoup de cas incertains. - Définition minimum du mot religion. - Doctrine des êtres spirituels à laquelle on donne ici le nom d'animisme. - L'animisme considéré comme faisant partie de la religion naturelle. - L'animisme divisé en deux sections, la philosophie des âmes et celle des autres esprits. - Doctrine de âmes, sa prédominance et sa signification chez les races inférieures. - Définition de l'âme et des apparitions ou âme fantôme. - Elle n'est autre chose qu'une convention théorique de la philosophie positive imaginée pour expliquer les phénomènes classés aujourd'hui dans le domaine de la biologie et notamment de la vie et de la mort, la santé et la maladie, le sommeil et les rêves, les extases et les visions. - Rapport de l'âme au point de vue du nom et de la nature avec l'ombre, le sang et le souffle. - Division ou pluralité des âmes. - L'âme cause de la vie ; son retour dans le corps quand elle est supposée absente. - Départ de l'âme pendant l'extase. - Rêves et visions : théorie du départ de l'âme de l'individu qui rêve ou qui a une vision ; théorie des visites qu'il reçoit de la part des autres âmes. - L'âme fantôme vue dans les apparitions. - l'âme a la forme du corps ; elle partage les mutilations qu'on peut faire subir à celui-ci. - Voix des fantômes. - L'âme traitée et définie comme étant une substance matérielle ; paraît être le caractère dans la vie future, par le sacrifice des femmes, des esclaves, etc. - Âmes des animaux. - Âme s des objets. - Leur transmission par les sacrifices. - Rapport s de la doctrine sauvage des âmes-objets avec la théorie épicurienne des idées. - Développement historique de la doctrine des âmes depuis l'âme éthérée de la biologie primitive jusqu'à l'âme immatérielle de la théologie moderne.

Volume II

Chapitre 12. ANIMISME (suite) [1] Volume 2

Doctrine de l'existence de l'âme près la mort ; ses principales divisions ; transmission des âmes et vie future. - Transmigration des âmes : réincarnation des âmes dans le corps d'hommes ou d'animaux, dans des plantes ou des objets. - La résurrection du corps est une doctrine qui se rencontre rarement dans les religions sauvages. - Vie future : doctrine très générale, mais non universelle chez les races inférieures. - Elles conçoivent la continuation de l'existence plutôt que l'immortalité. - Seconde mort de l'âme. - Le fantôme reste sur terre, surtout si le cadavre n'a pas reçu de sépulture. - Affection du fantôme pour les restes du corps qu'il a habité. - Fêtes des morts.

Chapitre 13. ANIMISME (suite) [58] Volume 2

Voyage des âme à la demeure des morts. - Certains vivants visitent les régions habitées par les âmes. - Rapport de ces légendes avec les mythes relatifs au coucher du soleil ; on suppose en conséquence que la demeure des morts se trouve à l'Occident. - Les récits des visites à la demeure des morts résume les principales théories sauvages aussi bien que la théologie des peuples civilisés. - Localisation de la vie future. - Régions terrestres éloignées : paradis terrestres, îles heureuses. - Enfer souterrain ou shéol. - Soleil, lune, étoiles. - Ciel. - Aperçu historique sur le développement des croyances relatives à cette localisation. - Nature de la vie future. - La théorie de la continuation semble une théorie primitive et appartient surtout aux races inférieures. - Les théories de transitions. - La théorie des récompenses et des châtiments semble une théorie dérivée et appartient surtout aux races supérieures. - Doctrine de la rétribution morale telle que l'on développée les plus hautes civilisations. - Aperçu de la doctrine de la vie future depuis l'époque sauvage jusqu'à l'époque civilisée. - Effet pratique de cette doctrine sur les sentiments et sur la conduite de l'humanité.

Chapitre 14. ANIMISME (suite) [141] Volume 2

L'animisme, comportant seulement d'abord la doctrine des âmes, s'étend jusqu’à la doctrine bien plus générale des esprits et devient une philosophie complète de la religion naturelle. - La définition des esprits est analogue à celle des âmes et semble avoir été modelée sur cette dernière. - Phase de transition : certaines âmes se transforment en anges ou en démons. - Culte des mânes. - Doctrine de l'incarnation des esprit dans les corps humains, dans les animaux, dans les végétaux et dans certains objets inertes. - La possession diabolique et l'obsession considérées comme des maladies et des l'inspiration prophétique. - Fétichisme. - Incarnation des esprits causant des maladies. - Le fantôme reste attaché au cadavre. - Fétiche produit par un esprit incarné dans un objet, attaché à un objet, ou opérant par l'entremise d'un objet. Analogie de certaines doctrines modernes avec la doctrine des fétiches. - Culte rendu au bois et aux pierres. - Idolâtrie. - Persistance de la phraséologie animiste dans le langage moderne. - Déclin de la théorie animiste de la nature.

Chapitre 15. ANIMISME (suite) [240] Volume 2

Les esprits considérés comme les causes personnelles des phénomènes terrestres. - Les esprits considérés comme démons bons et méchants qui s'occupent de l'homme. - Les esprits se manifestent dans les songes et dans les visions ; cauchemars ; incubes et succubes ; vampires ; démons visionnaires. - Les démons des ténèbres sont repoussés par le feu. - Autres manifestations des démons ; ils sont vus par les animaux ; ils laissent des traces de leur passage. - Les esprits conçus et traités comme des êtres matériels. - Esprits gardiens et familiers. - Esprit de la nature ; développement historique de la doctrine. - Esprits des volcans, des tourbillons, des rochers. - Culte de l'eau ; esprits des sources, des rivières, des lacs, etc. - Culte des arbres ; esprits incarnés dans les arbres, ou habitant les arbres ; esprits des bosquets et des forêts. - Culte des animaux ; animaux adorés directement ou adorés comme des incarnations et des représentants de certaines divinités ; culte du totem ; culte du serpent. - Divinités-espèces ; leurs rapports avec les idées archétypes.

Chapitre 16. ANIMISME (suite) [321] Volume 2

Divinités supérieures du polythéisme. - Caractères humains appliqués à la divinité. - Chefs de la hiérarchie spirituelle. - Polythéismes ; son développement dans les civilisations inférieures et dans la civilisation supérieure. - Principes qui doivent présider aux recherches sur le polythéisme ; classification des divinités selon les conceptions relatives à leur signification et de leur fonction. - Dieu du ciel. - Dieu de la pluie. - Dieu du tonnerre. - Dieu du vent. - Dieu de la terre. - Dieu de l'eau. - Dieu de la mer. - Dieu du feu. - Dieu du soleil. - Dieu de la lune.

Chapitre 17. ANIMISME (suite) [394] Volume 2

Le polythéisme comprend une classe de grandes divinités qui gouvernent le cours de la nature et de la vie des hommes. - Dieu de la naissance. - Dieu de l'agriculture. - Dieu de la guerre. - Dieu des morts. - Le premier homme considéré comme ancêtre divin. - Dualisme. - Nature rudimentaire et dépourvue de toute morale du polythéisme chez les races inférieures ; son développement dans le cours de la civilisation. - Divinités bienveillantes et malfaisantes. - Doctrine de la suprématie divine, distincte de la doctrine du monothéisme, mais tendant à cette dernière. - L'idée d'une divinité suprême se produit sous diverses formes chez les races inférieures ; rôle que joue cette idée comme complément du système polythéiste et comme produit de la philosophie animiste ; sa continuation et son développement chez les nations plus civilisées. - Coup d’œil général jeté sur l'animisme considéré comme une philosophie de la religion. - Récapitulation de la théorie relative à son développement dans les phases successives de la civilisation ; ses premières phases se retrouvent principalement chez les races inférieures et la persistance de ces idées chez les races supérieures indique la transition de la religion sauvage à la religion barbare et de celle-ci à la religion civilisée. - Modifications de l'animisme dans l'histoire des religions ; ses phases primitives embrassant la philosophie de l'univers ; ses phases plus récentes produisant le principe des institutions morales.

Chapitre 18. RITES ET CÉRÉMONIES [467] Volume 2

Rites religieux ; leur but pratique ou symbolique. - Le prière ; sa continuité dans toutes les phases de la civilisation ; dans les phases inférieures, la prière ne comporte aucune idée morale, elle en comporte une dans les phases supérieures. - Sacrifices ; la théorie primitive du don se transforme en théorie de l'hommage et de l'abnégation. - Réception du sacrifice par la divinité. - Transmission des substances matérielles adressées aux éléments, aux animaux fétiches et aux prêtres ; absorption de ces substances par la divinité ou par l'idole ; offrande du sang ; transmission par le feu ; encens. - Transmission des substances immatérielles ; absorption de l'essence, de la saveur, etc. - Transmission des substances spirituelles ; absorption ou transmission de l'âme de l'offrande. - Motifs du sacrificateur. - Transition entre la théorie du don et la théorie de l'hommage ; offrandes insignifiantes faites pour la forme ; banquets constituant des sacrifices. - Théorie de l'abnégation ; sacrifice des enfants, etc. - Substitutions dans les sacrifices ; la partie offerte pour le tout ; la vie de l'inférieur offerte pour la vie du supérieur ; effigies. - Persistance du sacrifice dans les traditions et dans les religions modernes. - Le jeûne comme moyen de produire des visions extatiques ; le jeûne dans la civilisation inférieure et dans la civilisation supérieure. - Substances employées pour provoquer l'extase. - Syncopes et attaques nerveuses provoquées dans un but religieux. - Orientement ; ses rapports avec le mythe du soleil et le culte rendu au soleil ; règles de l'orient et de l'occident relatives à l'inhumation des morts, à la position de l'adorateur, et à la construction des temples. - Lustration par l'eau et par le feu ; transition entre la purification matérielle et la purification symbolique ; ses rapports avec les événements spéciaux de la vie ; son origine dans les races inférieures. - Lustration des enfants nouveaux-nés ; des femmes ; de ceux qu'a souillés le sang répandu ou l'attouchement d'un cadavre. - La lustration persiste dans les phases les plus élevées de la civilisation. - Conclusion.

Chapitre 19. Conclusion [568] Volume 2

Résultats pratiques de l'étude de la civilisation primitive. - La portée de cette étude est insignifiante sur la science positive, considérable sur la philosophie intellectuelle, morale, sociale et politique. - Langage. - Mythologie. - Morale et religion. - Religion. - L'étude de la science de la civilisation elle-même, en ce qu'elle tend au développement du progrès et permet d'écarter une foule d’obstacles.

INDEX [583] Volume 2


Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le vendredi 21 avril 2017 9:42
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref