RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Flora Tristan, 1803-1844
Femme de lettres, militante socialiste et féministe d'origine franco-péruvienne.



Biographie


Femme de lettres, militante socialiste et féministe, elle fut l'une des figure majeures du débat social dans les années 1840, et participa aux premiers pas de l'internationalisme.

Franco-péruvienne descendante de Montézuma, Flora Tristan dont l'éducation avait été négligée, tenta de s'émanciper aussi bien sur le plan matériel qu'intellectuel. A Paris lors des Trois Glorieuses, elle adhère au saint-simonisme. Femme battue, elle part un temps au Pérou. De retour à Paris, en janvier 1835, Flora Tristan, qui avait fréquenté les plus hautes sphères du pouvoir à Lima est introduite dans les cercles littéraires et socialistes parisiens. Elle publie Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères (1835), un écrit de sensibilité utopiste dans lequel elle imagine les statuts d'une association destinée à fournir accueil et logement aux femmes seules. Dans le même temps, elle entre en contact avec Charles Fourier. Utopiste mais soucieuse de la mise en pratique, elle est aussi proche de Robert Owen, militants pour le rétablissement du divorce ou l'abolition de la peine de mort. Désormais bien relayée dans le monde masculin des revues, elle séjourne à Londres (1839), où elle poursuit des enquêtes sur l'Angleterre industrielle. Flora Tristan montrait " l'Angleterre comme le laboratoire de la civilisation qui ne tarderait pas à gagner l'Europe " ; toutefois, elle prévenait contre un modèle de développement où l'homme était sacrifié à la tyrannie du profit.

En 1843, elle publie son ouvrage le plus important, l'Union ouvrière, et elle entame un Tour de France pour en assurer la promotion. Aventure épuisant puisque Flora Tristan mourut à Bordeaux, en novembre 1844.

Une colonne brisée au cimetière de Bordeaux, fut érigée en 1848. Sur le piédestal on lit : " à la mémoire de Madame Flora Tristan, auteur de l'Union Ouvrière, Les Travailleurs reconnaissants, Liberté, égalité, Fraternité, Solidarité ".

Source: Pluriel. Rassemblons la jeune gauche. [EN LIGNE] Consulté le 23 février 2011.


Retour à l'auteur: Franz Boas (1858-1942) Dernière mise à jour de cette page le mercredi 23 février 2011 10:48
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref