RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Études pénales et sociales (1892)
Avant-propos


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Gabriel TARDE [Philosophe et sociologue français, 1843-1904], Études pénales et sociales. Lyon: A. Storck, Éditeur. Paris : G. Masson, Éditeur, 1892, 460 pp. Collection: Bibliothèque de criminologie. Une édition numérique réalisée par Réjeanne Toussaint, bénévole.

Avant-propos

Ce livre est composé, en majeure partie, de morceaux détachés qui ont déjà paru dans différentes Revues [1], à des dates plus ou moins récentes. Se rééditer, s'exhumer ainsi soi-même, en ce temps où les morts vont si vite, cela peut bien avoir l'air d'une vaine protestation contre notre commune destinée d'oubli. Mais cela n'est pas vrai toujours. Quand des articles épars ne sont que l'application d'une même doctrine à des actualités variées, rassembler ces feuilles volantes en les réimprimant, ce n'est pas tâcher de les faire revivre, c'est, à vrai dire, les faire paraître pour la première fois sous leur véritable jour, grâce à leur mutuel reflet qui les entre-éclaire. Comme leur union fait toute leur force, si force il y a, leur auteur évite de la sorte le désagrément d'être mal compris d'après un fragment incomplet de sa pensée. C'est précisément le cas des études qu'on va lire. Elles ont trait à des questions du jour, à des crimes ou à des idées qui ont passionné l'opinion ; et j'y ai mêlé, non sans intention, à des problèmes agités par les criminalistes des problèmes plus généraux soulevés par les sociologues. Par ce mélange, j'ai tenu à affirmer une fois de plus le caractère éminemment social des recherches d'ordre pénal : c'est surtout considéré comme un aspect singulier et néfaste des sociétés que le crime est instructif. Il est l'ombre portée de ces grands corps, et, bien qu'il soit téméraire souvent de juger du corps d'après l'ombre, les variations de celle-ci ne sont pas sans enseignement. Il semble que maintenant la nôtre s'allonge, comme il arrive au déclin des jours, et c'est pourquoi il importe d'y prendre garde. 

G. T.


[1] Dans la Revue philosophique, la Revue des Deux Mondes, les Archives de l'anthropologie criminelle, la Revue scientifique.


Retour à l'auteur: Gabriel Tarde Dernière mise à jour de cette page le Jeudi 11 août 2005 13:49
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref