RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Sun Tse, Les treize articles (VIe-Ve avant J.-C.)
Vie de Sun Tse


Une édition électronique réalisée à partir du texte de Sun Tse, Les treize articles (VIe-Ve avant J.-C.) Tirés de la version Amiot (1772) refondus et augmentée d’après les manuscrits chinois de 812 et 983 de notre ère, publiés en 1859, 1910, 1935 et 1957. Paris: La Librairie L’Impensé radical, 1971, 168 pp. Une édition numérique réalisée par Claude Ovtcharenko, bénévole, journaliste à la retraite, France.

_______

Vie de Sun Tse

Sun Tse, né sujet du roi de Tchi, était l’homme le plus versé qu’il y ait dans l’art militaire. L’Ouvrage qu’il a composé et les grandes actions qu’il a faites, sont une preuve de sa profonde capacité et de son expérience consommée en ce genre. Avant même qu’il eût acquis cette grande réputation qui le distingua depuis dans toutes les Provinces qui composent aujourd’hui l’Empire, et dont la plupart portaient alors le nom de Royaume, son mérite était connu dans tous les lieux voisins de sa patrie.

Le Roi de Ou avait quelques démêlés avec le Roi de Tchou. Ils étaient sur le point d’en venir à une guerre ouverte, et de part et d’autre, on en faisait les préparatifs. Sun Tse ne voulu pas demeurer oisif. Persuadé que le personnage de spectateur n’était pas fait pour lui, il alla se présenter au Roi de Ou pour obtenir de l’emploi dans ses armées. Le Roi, charmé qu’un homme de ce mérite se rangeât dans son parti, lui fit un très bon accueil. Il voulut le voir et l’interroger lui-même.

Sun Tse, lui dit-il, j’au vu l’Ouvrage que vous avez composé sur l’art militaire, et j’en été content ; mais les préceptes que vous donnez me paraissent d’une exécution bien difficile ; il y en a quelques-uns que je crois absolument impraticables : vous-même, pourriez-vous les exécuter ? car il y a loin de la théorie à la pratique. On imagine les plus beaux moyens lorsqu’on est tranquille dans son cabinet et qu’on ne fait la guerre qu’en idée ; il n’en est pas de même lorsqu’on regarde souvent comme impossible ce qu’on avait envisagé d’abord comme fort aisé.

Prince, répondit Sun Tse, je n’ai rien dit dans mes Écrits que je n’aie déjà pratiqué dans les armées ; mais ce que je n’ai pas encore dit, et dont cependant j’ose assurer aujourd’hui Votre majesté, c’est que je suis en état de le faire pratiquer par qui que ce soit, et de le former aux exercices militaires quand j’aurai l’autorité pour le faire.

Je vous entends,  répliqua le Roi : vous voulez dire que vous instruisez aisément de vos maximes, des hommes intelligents, et qui auront déjà la prudence et la valeur en partage ; que vous formerez sans beaucoup de peine aux exercices militaires, des hommes accoutumés au travail, dociles, et pleins de bonne volonté. Mais le grand nombre n’est pas de cette espèce.

N’importe, répondit Sun Tse : j’ai dit qui que ce soit, et je n’excepte personne de ma proposition : les plus mutins, les plus lâches et les plus faibles y sont compris.

À vous entendre, repris le Roi, vous inspireriez même à des femmes les sentiments qui font les Guerriers ; vous les dresseriez aux exercices des armes.

Oui, Prince, répliqua Sun Tse d’un ton ferme, et je prie Votre Majesté de n’en pas douter.

Le Roi, que les divertissements ordinaires de la Cour n’amusaient plus guère dans les circonstances où il se trouvait alors, profita de cette occasion pour s’en procurer d’un nouveau genre. Qu’on m’amène ici, dit-il, cent quatre-vingt de mes femmes. Il fut obéi, et les Princesses parurent. Parmi elles, il y en avait deux en particulier que le Roi aimait tendrement ; elles furent mises à la tête des autres. Nous verrons, dit le Roi en souriant, nous verrons, Sun Tse, si vous nous tiendrez parole. Je vous constitue Général de ces nouvelles troupes. Dans toute l’étendue de mon palais, vous n’avez qu’à choisir le lieu qui vous paraîtra le plus commode pour les exercer aux armes. Quand elles seront suffisamment instruites, vous m’avertirez, et j’irai moi-même pour rendre justice à leur adresse et à votre talent.

Le Général, qui sentit tout le ridicule du personnage qu’on voulait lui faire jouer, ne se déconcerta pas, et parut au contraire très satisfait de l’honneur que lui faisait le Roi, non seulement de lui laisser voir ses femmes, mais encore de les mettre sous sa direction. Je vous en rendrai compte, Sire, lui dit-il d’un ton assuré, et j’espère que dans peu Votre Majesté aura lieu d’être contente de mes services ; elle sera convaincue, tout au moins, que Sun Tse n’est pas homme à s’avancer témérairement.

Le Roi s’étant retiré dans un appartement intérieur, le Guerrier ne pensa plus qu’à exécuter sa commission. Il demanda des armes et tout l’équipage militaire pour ses soldats de nouvelle création ; et en attendant que tout fût prêt, il conduisit sa troupe dans une des cours du palais, qui lui parut plus propre pour son dessein.

On ne fut pas longtemps sans lui apporter ce qu’il avait demandé. Sun Tse adressant alors la parole aux Favorites : Vous voilà, leur dit-il, sous ma direction et sous mes ordres ; vous devez m’écouter attentivement, et l’obéir dans tout ce que je vous commanderai. C’est la première et la plus essentielle des lois militaires : gardez-vous bien de l’enfreindre. Je veux que, dès demain, vous fassiez l’exercice devant le Roi, et je compte que vous vous en acquittiez exactement.

Après ces mots, il les ceignit du baudrier, leur mot une pique à la main, les partagea en deux bandes, et mit à la tête de chacune une des Princesses favorites. Cet arrangement étant fait, il commence ses instructions en ces termes : distinguez-vous bien de votre poitrine d’avec votre dos, et votre main droite d’avec votre main gauche ? Répondez. Quelques éclats de rire furent toute la réponse qu’on lui donna d’abord. Mais comme il gardait le silence et tout son sérieux ; oui, sans doute, lui répondirent ensuite les concubines d’une commune voix. Cela étant, reprit Sun Tse, retenez bien ce que je vais dire.

Lorsque le tambour ne frappera qu’un seul coup, vous resterez comme vous vous trouvez actuellement, ne faisant attention qu’à ce qui est devant votre poitrine.

Quand le tambour frappera deux coups, il faut vous tourner de façon que votre poitrine soit dans l’endroit où était ci-devant votre main droite.

Si, au lieu de deux coups, vous en entendiez trois, il faudrait vous tourner de sorte que votre poitrine fût précisément dans l’endroit où était exactement votre main gauche.

Mais lorsque le tambour frappera quatre coups, il faudra que vous vous tourniez de façon que votre poitrine se trouve où était votre dos, et votre dos où était votre poitrine.

Ce que je viens de dire n’est peut-être pas assez clair : je m’explique. Un seul coup de tambour doit vous signifier qu’il ne faut pas changer de contenance, et que vous devez être sur vos gardes ; deux coups, que vous devez tourner à droite ; trois coups qu’il faut vous tournez à gauche, et quatre coups, que vous devez faire le demi-tour. Je m’explique encore.

L’ordre que je suivrai est tel : Je ferai d’abord frapper un seul coup : à ce signal vous vous tiendrez prêtes à ce que je dois vous ordonner. Quelques moments après, je frapperai deux coups ; alors, toutes ensemble, vous vous tournerez à droite avec gravité ; après quoi je ferai frapper non pas trois coups, mais quatre, et vous achèverez le demi-tour. E vous fera reprendre ensuite votre première situation, et comme auparavant, je ferai frapper un seul coup. Recueillez-vous à ce premier signal. Ensuite je ferai frapper, non deux coups mais trois, et vous vous tournerez à gauche ; aux quatre coups vous achèverez le demi tour. Avez-vous bien compris ce que j’ai voulu vous dire ? S’il vous reste quelque difficulté, vous n’avez qu’à me la proposer, je tâcherai de vous satisfaire. Nous sommes au fait, répondirent les Dames.

Cela étant, reprit Sun Tse, je vais commencer. N’oubliez pas que le son du tambour vous tient leu de la vois du Général, puisque c’est par lui qu’il vous donne ses ordres.

Après cette instruction répétée trois fois, Sun Tse rangea de nouveau sa petite armée ; après quoi il fait frapper un coup de tambour. À ce bruit toutes les Princesses se mirent à rire : il fait frapper deux coups, elles rirent encore plus fort. Le général, sans perdre son sérieux, leur adressa la parole en ces termes : Il peut se faire que je ne me sois pas assez clairement expliqué dans l’instruction que je vous ai donnée. Si cela est, je suis en faute ; je vais tâcher de la réparer en vous parlant d’une manière qui soit plus à votre portée (et sur-le-champ il leur répéta jusqu’à trois fois la même façon en d’autres termes) ; puis, nous verrons, ajouta-t-il, si je suis mieux obéi. Il fait frapper un coup de tambour, il en fait frapper deux. À son air grave, et à la vue de l’appareil bizarre où elles se trouvaient, les Dames oublièrent qu’il fallait obéir. Après s’être fait quelques moments de violence pour arrêter le rire qui les suffoquait, elles le laissèrent enfin échapper par des éclats immodérés.

Sun Tse ne se déconcerta point ; mais du même ton dont il leur avait parlé auparavant, il leur dit : Si je ne m’étais pas bien expliqué, ou que vous ne m’eussiez pas assuré, d’une commune voix, que vous compreniez ce que je voulais vous dire, vous ne seriez pont coupables ; mais je vous ai parlé clairement, comme vous l’avez avoué vous-mêmes. Pourquoi n’avez-vous pas obéi ? Vous méritez punition, et une punition militaire. Parmi les Gens de Guerre, quiconque n’obéit pas aux ordres de son Général, mérite la mort : vous mourrez donc.

Après ce court préambule, Sun Tse ordonna à celles des femmes qui formaient les deux rangs de tuer les deux qui étaient à leur tête. À l’instant, un de ceux qui étaient préposé pour la garde des femmes, voyant bien que le Guerrier n’entendait pas raillerie, se détache pour aller avertir le Roi de ce qui se passait. Le Roi dépêche quelqu’un vers Sun Tse pour lu défendre de passer outre, et en particulier de maltraiter les deux Favorites qu’il aimait le plus et sans lesquelles il ne pouvait vivre.

Le Général écouta avec respect les paroles qu’on lui portait de la part du Roi ; mais il ne déféra pas pour cela à ses volontés. Allez dire au Roi, répondit-il, que Sun Tse le croit trop raisonnable et trop juste pour penser qu’il ait sitôt changé de sentiment, et qu’il veuille véritablement être obéi dans ce que vous venez annoncer de sa part. Le Prince fait la loi, il ne saurait donner des ordres qui avilissent la dignité dont il m’a revêtu. Il m’a chargé de dresser aux exercices des armes cent quatre-vingts de ses Femmes, il m’a constitué Général ; c’est à moi à faire le reste. Elles m’ont désobéi, elles mourront.

À peine eût-il prononcé ces derniers mots qu’il tire son sabre et, du même sang-froid qu’il avait témoigné jusqu’alors, il abat la tête aux deux qui commandaient les autres. Aussitôt il en met deux autres à leur place, fait battre les différents coups de tambour dont il était convenu avec sa troupe ; et, comme si ces femmes eussent fait toute leur vie le métier de la guerre, elles se tournèrent en silence et toujours à propos.

Sun Tse adressant la parole à l’Envoyé : Allez avertir le Roi, lui dit-il, que ses Femmes savent faire l’exercice ; que je puis les mener à la guerre, leur faire affronter toute sorte de périls, et les faire passer même au travers de l’eau et du feu.

Le roi ayant appris tout ce qui s’était passé, fut pénétré de la plus vive douleur. J’ai donc perdu, dit-il en poussant un profond soupir, j’ai donc perdu ce que j’aimais le plus au monde… Que cet Étranger se retire dans son pays. Je ne veux ni de lui, ni de ses services… Qu’as-tu fait, barbare ?… Comment pourrai-je vivre désormais, etc.

Alors Sun Tse dit : le roi n’aime que les mots vides. Il n’est pas à même de joindre le geste à la parole.

Quelque inconsolable que le Roi parût, le temps et les circonstances lui firent bientôt oublier sa perte. Les ennemis étaient prêts à fondre sur lui ; il redemanda Sun Tse, le fit Général de ses armées, et par son moyen il détruisit le Royaume de Tchou. Ceux de ses voisins qui lui avaient donné le plus d’inquiétudes auparavant, pénétrés de crainte au seul bruit des belles actions de Sun Tse, ne pensèrent plus qu’à se tenir en repos sous la protection d’un Prince qui avait un tel homme à son service.

La sépulture de ce Héros se dresse à dix lieues de la porte de Ou.

Trois générations après sa mort, son descendant Sun Pin, né à quelque endroit entre O et Tchouan, s’adonna, en compagnie de son condisciple Pang Tchouan dans une noble et heureuse émulation, à l’étude des préceptes de son illustre ancêtre.

Pang Tchouan obtint du service aux Armées de l’État de Ou, et il fut chargé du commandement des troupes. Cette flatteuse destinée n’a pu, hélas ! ôter la crainte qu’il avait conçue de l’habileté de son compagnon ; envieux de son talent, pénétré de sa vertu, instruit de ses dons, il redoutait ce rival vigoureux et d’une sévère exactitude.

La haine s’empara de Pang Tchouan et l’abandonna à des odieuses machinations. Le scélérat résolut la perte de son émule par les voies d’une coupable entreprise.

Ce félon, avec une perfide adresse, conduisit Sun Pin dans le piège qu’il lui avait tendu, et en tira profit pour forger une accusation à son endroit ; son infortuné compagnon fût alors livré aux rigueurs du premier et du troisième des cinq supplices * avant d’être jeté au cachot.

L’ambassadeur de l’État Tchi auprès de la Cour eut vent de l’affaire ; avec adresse, il parvint à soustraire Sun Pin des injustes tourments dont il était la proie, et, par son entremise, le captif fut recueilli chez le puissant seigneur Tien Tchi, chef des armées de l’État de Tchi. Cet homme de guerre de grande distinction se louait d’être l’hôte d’un personnage dont les facultés de pénétration en toutes choses semblaient hors du commun, et pris Sun Pin de partager ses loisirs et délassements favoris.

Les concours hippiques étaient particulièrement appréciés à la Cour des princes de Tchi, où les chevaux étaient judicieusement répartis en trois classes : la première, la seconde et la troisième.

Sun Pin remarqua que les équipes, constituées de chevaux appartenant aux trois classes, n’étaient pas de force différente ; observant cela, Sun Pin dit au Général Tien Tchi : Parie sur cette compétition car ton serviteur peut t’y faire gagner.

Le pari étant engagé, Sun Pin dit : C’est la disposition des classes dans la confrontation qui te fait gagner ; le Général le crût et obtint des princes et du Roi un enjeu de mille pièces d’or.

Alors Sun Pin dit :

Engage dont ta troisième force
en position première,
ta meilleure force
en opposition avec sa seconde,
et ta meilleure force en second
en opposition avec sa plus faible.

Si les trois compétitions furent achevées dans le temps, et si le Général n’emporta pas la première, il s’assura de la seconde et de la troisième *, et ainsi se voit attribuer l’enjeu.

Sun Pin fut introduit auprès de la Cour pour débattre des affaires militaires et le Roi fit de lui un officier d’état-major.

Lorsque l’État de Ou se porta à l’assaut de l’État Tchao, ce dernier demanda l’aide de l’État Tchi. Le Roi désirait vois Sun Pin à la tête de ses troupes, mais ce digne officier préféra voir son bienfaiteur Tien Tchi conserver cette charge.

Sun Pin dit : alors que banni, je fus par vous accueilli, pourrais-je accepter cette dignité ?

Le Roi, de cette disgrâce voulut rompre le cours et de cette injure apaiser la douleur ; aussi, il investit Sun Pin du titre de Chef d’état-major.

C’est ainsi que le maître, invalide, accompagna les armées, porté sur un chariot, et dressa les plans au cours de la campagne.

À l’intrépide Tien Tchi qui, pour braver l’ennemi, souhaitait lancer l’armée dans l’État de Tchao, Sun Pin dit : celui qui souhaite démêler ce qui est mêlé, peut-il saisir l’écheveau en son entier ? Lorsque les parties auront contribué à la dégradation de la situation, celle-ci se résoudra d’elle-même.

Maintenant les deux antagonistes développent leurs offensives. Les formations légères et les troupes d’élite sont sur les champs de bataille. Toutes les forces sont réunies et tiennent la campagne. Dans le pays, les vieux et les faibles sont repus de fatigue.

C’est maintenant qu’il faut prendre les routes et les principaux chemins et archer en direction de l’État Ou qui devra se désengager de l’État Tchao pour se sauvegarder.

Ainsi, en frappant un seul coup on peut faire le siège de Tchao et ravir le fruit de la défaite de Ou.

C’est au cours du repli de l’armée Ou que Tien Tchi lui infligea une sévère défaite.

Quinze hivers plus tard, l’État Ou s’étant ligué à l’État Tchao attaqua l’État Han. Ce dernier demanda l’aide de l’État Tchi. Le Roi ordonna alors à Tien Tchi de tenir la campagne et de marcher sur l’État Ou.

Apprenant ces dispositions, Pang Tchouan, commandant en chef des armées Ou, interrompit l’invasion, quitta Han, et se mit à regagner son pays.

Alors que l’armée Tchi avait déjà franchi la frontière de l’État han, Sun Pin dit : Les troupes de nos adversaires tiennent nos gens pour des couards. Le guerrier habile prendra cette circonstance en considération et établira sa stratégie de façon à en tirer bénéfice.

Selon l’art de la guerre, une armée qui, soucieuse de saisir un avantage, se hâte sur une distance de cent lieues, perdra la tête de l’avant-garde, et, sur une distance de cinquante lieus, elle y laissera la moitié de ses troupes avant que d’atteindre le point critique.

Puis Sun Pin ordonna aux troupes, dès leur entrée dans Ou, d’allumer cent mille feux la première nuit, cinquante mille la seconde, et trente mille la troisième.

Pang Tchouan marcha pendant trois jours et, rempli d’un vain contentement, dit : j’ai toujours été assuré de la couardise des gens de Tchi. Voilà seulement trois jours qu’ils sont dans mon pays que déjà la moitié des officiers et des soldats ont déserté. Et aussitôt il abandonna son infanterie lourde et ses chariots pour se porter en avant avec ses troupes d’élite.

Sun Pin avait calculé que Pang Tchouan, conduisant ses troupes par marches forcées, atteindrait la passe de Maling à la tombée du jour. Il veilla à disposer des troupes en embuscade.

Sun Pin découpa l’écorce d’un grand arbre et, sur le tronc, écrivit : Pang Tchouan meurt sous cet arbre.

Puis il mit en place les archers les plus habiles de l’armée avec dix mille arcs des deux côtés de la route, enfin il ordonna que la nuit venue, à la lueur d’un feu, les archer prissent tous cette lueur pour cible.

Pang Tchouan arriva cette nuit-là, et lorsqu’il vit quelque chose décrit sous l’arbre, il alluma une torche pour lire ce qui était écrit. Avant qu’il eût pu finir, les dix mille archer de Tchi décochèrent leurs flèches en même temps, et l’armée de Ou fut mise en déroute.

Pang Tchouan voyant sa mort prochaine, et la défaite de ses troupes, se trancha la gorge et dit en expirant : Ainsi j’ai contribué à la célébrité de ce misérable.

Sun Pin tira avantage de cette victoire, détruisit complètement l’armée Ou et prit garde de s’emparer de l’éventuel héritier Tchen, après quoi il regagna  Tchi.

À cause de cela, la renommée de Sun Pin couvrit le monde, et les générations ont transis sa stratégie.



* Les cinq supplices :

a) Marquer le visage au fer rouge ;

b) Couper le nez ;

c) Couper les pieds ;

d) Castration ;

e) Mise à mort.

* Deux équipes de trois chevaux, comparables deux à deux, et forment donc trois classes de valeur :

Équipe A

Équipe B

1

1

2

2

3

étant le plus faible

3

On applique l’algorithme :

3 A contre 1 B

B gagne

1 A contre 2 B

A gagne

2 A contre 3 B

A gagne

A gagne par 2 victoires contre 1

Sun Pin sacrifie ici son plus mauvais atout de la manière la plus efficace, c’est-à-dire en éliminant celui de l’adversaire qui aurait pu, dans une compétition purement sportive, vaincre le meilleur élément de son équipe.


Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le samedi 3 mai 2014 11:05
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref