RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Catéchisme d'économie politique. (1915)
Avant-porpos de l'auteur


Une édition électronique réalisée à partir du livre Catéchisme d'économie politique ou instruction familière qui montre de quelle façon les richesses sont produites, distribuées et consommées dans la société. Osnabruck: Otto Zeller, 1848. Oeuvres diverses de Jean-Baptiste Say, 3e édition publiée du vivant de l'auteur, en 1826. Réimpression, 1966, (pp. 1 à 116). 774 pages. Une édition réalisée M. Pierre Tremblay, collaborateur bénévole.

Avant-propos de l'auteur (note 1):



L’Économie politique n’est pas la politique ; elle ne s’occupe point de la distribution ni de la balance des pouvoirs, mais elle fait connaître l’économie de la société ; elle nous dit comment les nations se procurent ce qui les fait subsister. Or, comme c’est aux efforts des particuliers que ces choses sont dues, comme ce sont principalement les particuliers qui jouissent de l’aisance générale qui en est la suite, on ne doit pas considérer l’économie politique comme l’affaire des hommes d’État exclusivement : elle est l’affaire de tout monde.

On ne peut pas espérer, néanmoins, que chaque citoyen soit versé dans cette science. Tout le monde ne peut pas tout savoir ; mais il est très et très-désirable que l’on acquière une teinture générale de ce genre de connaissance, et qu’on n’ait d’idées fausses sur rien, particulièrement sur les choses que l’on est intéressé à bien connaître.

Tel fut mon motif pour composer, il y a quelques années, sous le nom de Catéchisme, une instruction familière destinée à rendre communes les principales vérités de l’économie politique ; je voulais que l’on pût y être initié en dépensant si peu d’attention, de temps et d’argent, qu’il fût honteux de les ignorer. Mais on sait combien il est difficile de faire un bon ouvrage élémentaire et d’être clair sans appeler à son secours les développements, les exemples et les preuves qui présentent chaque objet sous toutes ses faces et dans tout son jour. Je ne fus point satisfait de cet abrégé, et ce fut avec un vrai regret que je le vis traduit en anglais, en allemand, en espagnol, en italien, avant que je fusse parvenu à le rendre moins indigne de cet honneur ; j’empêchai du moins qu’il ne fût réimprimé en français quand la première édition s’en trouva épuisée, et j’attendis, pour en donner une seconde, d’avoir pu le refondre entièrement ; je le rendis beaucoup plus clair ; je profitai de quelques critiques judi-cieuses, et j’y fis entrer quelques principes qui n’ont été solidement établis que depuis sa première publication.

De nouvelles corrections et plusieurs augmentations rendent cette troisième édition moins imparfaite encore, et de nouveaux motifs se sont offerts pour étudier, suivant les nouvelles méthodes, l’économie des sociétés. L’opinion publique, en tous pays, a fait des pas immen-ses : les intérêts nationaux, presque partout, ont été mieux entendus et plus généralement réclamés. Les nouvelles républiques américaines ont cherché à connaître les seules bases solides de l’édifice social. Le ministère britannique est enfin sorti des routines de la vieille diplomatie et du système exclusif qui a ralenti pendant un siècle les progrès du genre humain (note 2). Des capitaux considérables ont cessé d’être dévorés par la guerre, et ont reflué vers des emplois utiles Les routes d’une ambition dévastatrice fermées à la jeunesse, elle s’est jetée avec ardeur dans la carrière de l’industrie. Mais les jeunes gens, au sortir de leurs études, se sont aperçus que l’économie politique aurait dû en faire partie ; elle supplée à l’ex-pé-rience, et quand on est sur le point d’occuper une place dans la société, on sent la nécessité de connaître l’ensemble de ce vaste et curieux mécanisme. Parmi les hommes d’État, les jurisconsultes, les écrivains, les commerçants, ceux qui occupent le premier rang n’ont pas voulu demeurer étrangers aux premiers principes d’une science où une analyse rigoureuse a conduit à la certitude sur tous les points essentiels ; malheureusement, au milieu du tourbillon du monde et des affaires, on n’a plus assez de loisir pour se livrer à une étude de longue haleine ; ils ont cherché un résumé qu’ils pussent lire sans fatigue, et qui cependant offrît des bases sûres pour résoudre les plus importantes questions.

Mais quel droit a celui-ci à leur confiance ? Un auteur qui n’expose pas des vérités au nom d’une autorité reconnue, doit prouver qu’il a raison ; or, comment établir ces preuves dans. un petit nombre de pages, et lorsqu’on est en même temps jaloux de se faire entendre des esprits les moins exercés ? Il est donc bien nécessaire que les lecteurs qui ne trouveraient pas assez de motifs de conviction dans ce petit livre, aient recours à un ouvrage plus considérable (note 3) que j’ai constamment corrigé, et auquel il m’est permis de croire que le public a. donné son approbation, puisqu’il a subi l’épreuve de quatre éditions nombreuses et épuisées (note 4), et qu’après avoir été traduit dans toutes les langues de l’Europe, il est adopté dans l’enseignement de l’économie politique partout où cette science est professée (note 5).

Je sais que quelques tètes nébuleuses s’efforcent encore tous les jours de répandre du louche sur des sujets qu’elles sont incapables de concevoir nettement. Elles obscurcissent une question pour se donner le droit de dire qu’elle n’est point encore éclaircie. On doit peu s’en inquiéter ; c’est l’épreuve indispensable que doit subir toute vérité. Au. bout d’un certain temps, le bon sens du public fait justice des opinions qui n’ont pour appui que de vieilles habitudes, ou les illusions de l’amour-propre, ou les sophismes de l’intérêt personnel ; et la vérité reste.

D’un autre côté, certains écrivains, capables de travailler utilement à la diffusion des lumières, s’occupent à fabriquer des systèmes où il n’y a rien à apprendre et des dissertations dogmatiques qui ne prouvent autre chose que la facilité d’avoir une opinion en économie politique, et la difficulté de lier les principes dont se compose cette science. On veut paraître avoir dépassé les éléments, et l’on se jette dans des controverses qui découvrent qu’on ne les possède pas bien. On remplace l’exposition des faits par des arguments, s’imaginant qu’il est possible d’arriver à des résultats importants avant d’avoir bien posé les questions. On oublie que la vraie science, en chaque genre, ne se compose pas d’opinions, mais de la connaissance de ce qui est.

En économie politique, comme dans toutes les sciences, la partie vraiment utile, celle qui est susceptible des applications les plus importantes, ce sont les éléments. C’est la théorie du levier, du plan incliné, qui a mis la nature entière à la disposition de 1’homme. C’est celle des échanges et des débouchés qui changera la politique du monde. Le temps des systèmes est passé m; celui des vagues théories également. Le lecteur se défie de ce qu’il n’entend pas, et ne tient pour solides que les principes qui résultent immédiatement de la nature des choses consciencieusement observées, et qui se trouvent, dans tous les temps, être applicables à la vie réelle.

Note 1: Cet avertissement est celui de la 3e édition de l’ouvrage, la dernière qui ait été publiée du vivant de l’auteur (1826). Une 4e a été donnée, en 1837, par M. Ch. Comte, gendre de l’illustre économiste, secrétaire per-pétuel de l’Académie des sciences morales et politiques. On doit rappeler également qu’il existe plusieurs traductions de cet ouvrage en langue italienne, espagnole, anglaise, allemande, et même en grec moderne. E. D. (Retour à l'appel de note 1)
Note 2: On sait que le système exclusif est celui qui soutient que la prospérité d’une nation ne saurait avoir lieu qu’aux dépens de celle des autres nations. C’est cette fausse notion qui a causé la plupart des guerres ; et c’est un grand triomphe de l’économie politique que d’être parvenue à démontrer que chaque peuple, au contraire, est intéressé aux progrès de tous les autres. Lorsque cette vérité sera généralement répandue, le germe des rivalités sanglantes ne subsistera p1us (Note de l’Auteur.) (Retour à l'appel de note 2)
Note 3: Traité d’Économie politique, ou simple exposition de la manière dont se forment, se distribuent et se con-somment les richesses. Trois vol. in-9&Mac251;. ((Retour à l'appel de note 3)
Note 4: La cinquième a paru en 1826, et l sixième, en 1841, dans la Collection des principaux économistes, dont elle forme le tome IX. (Retour à l'appel de note 4)
Note 5: Relativement à quelques doctrines plus nouvelles, ou qui ont été contestées par des auteurs dont l’opinion est de quelque poids, j’ai cru devoir les développer dans des notes et les appuyer de preuves dont les esprits bien faits ne peuvent jamais se passer. (Note de l’Auteur.) (Retour à l'appel de note 5)

Retour au texte de l'auteur: Jean-Baptiste SAY Dernière mise à jour de cette page le Jeudi 27 mars 2003 14:29
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref