RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

L'homme stupide (1919)
Prologue


Une édition électronique réalisée à partir du livre Charles Richet, L'homme stupide. Paris: Ernest Flammarion, Éditeur, 1919, 220 pages. Une édition numérique réalisée par mon amie Marcelle Bergeron, bénévole, professeure à la retraite de l'École polyvalente Dominique-Racine de Chicoutimi, Ville de Saguenay. Marcelle accomplit un travail exceptionnel depuis déjà plusieurs années. JMT.

Prologue

Linné, essayant de classer en bon ordre les diverses formes vivantes qui peuplent notre planète, a appelé l'homme, lequel constitue évidemment une espèce animale distincte de toutes les autres: Homo sapiens, l'homme sage.

Mais un tel éloge est manifestement injustifié. Car l'homme accumule de si abondants exemples d'extraordinaire bêtise, qu'il faudrait, pour se conformer à la réalité des choses, le dénommer tout autrement, et dire Homo stultus, l'homme stupide.

Quand nous consentirons à employer une classification zoologique sérieuse, il faudra adopter ce terme.

Dans ce bref écrit, nous établirons, ou du moins nous tâcherons d'établir, que l'homme est inférieur à la plupart des espèces animales pour le bon sens et la sagesse. Il me paraît même que nous aurions le droit de le qualifier de homo stultissimus, l'homme stupidissime.

Cependant, pour être modéré, nous nous contenterons de lui donner, sans superlatif, l'épithète qui lui convient : Homo stultus, l'homme stupide, et nous donnerons les preuves de son immense et incurable stupidité.

L'auteur ne se fait aucune illusion sur le sort réservé à cet examen de conscience qui froissera, qui offensera les intellectuels aussi bien que le populaire et qui laissera à tous une impression douloureuse.

Oui ! Nous le savons.

Donc, ô lecteur, qui que tu sois, intellectuel ou artisan, ce livre va troubler, fût-ce pour un instant, la bonne opinion que tu as de toi-même. Il ébranlera cette conviction intime, que tu es sage, prudent, raisonnable. C'est peu agréable de s'entendre dire qu'on est stupide, et e'est plus désagréable encore d'en recevoir la démonstration.

Mais il ne s'agit pas de présenter, à la manière de Watteau et de Florian, des bergers d'opéra. Les paysans de La Bruyère n'ont pas de houlettes enrubannées, et j'estime, avec le vieux maître, que toute vérité est bonne à dire, si amère et décourageante qu'elle soit.

Retour au texte de l'auteur: Charles Richet (1850-1935) Dernière mise à jour de cette page le mercredi 18 décembre 2013 8:20
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref