RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

LA MARTINIQUE. ÉTUDE GÉOGRAPHIQUE ET HUMAINE. (1949)
Avant-propos


Une édition électronique réalisée à partir du texte d'Eugène Revert, LA MARTINIQUE. ÉTUDE GÉOGRAPHIQUE ET HUMAINE. Paris: Nouvelles Éditions Latines, 1949, 559 pp. Collection: Bibliothèque de l'Union française. Une édition numérique réalisée par Marcelle Bergeron, bénévole, professeure retraitée de l'enseignement de l'École polyvalente Dominique-Racine de Chicoutimi, Ville de Saguenay.

Fig 1. Carte géographique de La Martinique.
d'après Giraud, Barbabé et Revert.

Fig 2. Carte géologique de La Martinique
d'après Giraud, Barbabé et Revert.

Fig 3. Vue panoramique de la Montagne Pelée prise du Morne des Cadets en décembre 1929.
Fig 4. I.- Le dôme de 1902 vu du Morne des Cadets, en octobre 1929. La flèche indique les cavités ouvertes sur le flanc du vieux dôme par les explosions vulcaniennes de septembre-octobre 1929.
Fig 5. II. — Fin décembre 1929. Le dôme de 1902 s'est évidé. Le bord sud a été le plus fortement attaqué. Dans la cavité ainsi formée, se maintient un piton nettement individualisé et de plus en plus injecté de magma neuf.
Fig 6. III. — 21 février 1930. Le « noyau » commence à s’accroître en hauteur. Le flanc sud du vieux dôme est de plus en plus attaqué. Les traces des premières explosions vont bientôt disparaître.
Fig 7. IV. — 6 décembre 1930. Le nouveau, dôme, aux flancs hérissés de rochers, dépasse très nettement l'ancien.
Fig 8. V. — Novembre 1931. Le nouveau dôme masque presque entièrement l’ancien. La « rainure » est en partie comblée et les éboulis commencent à descendre vers la Rivière Sèche.
Fig 9. Schéma du processus de modification
de la typographie.
La rivière Blanche et la rivière Sèche :
Fig 10. I. — Avant 1902. La Rivière Blanche et la Rivière Sèche drainaient le flanc S-W de la Pelée. La première, de beaucoup la plus importante, était grossie de la Rivière Claire et d'un affluent de gauche passant au Sud-Est du Morne Lénard.
Fig 11. II. — Entre 1902 et 1929. Les dépôts accumulés par les nuées de 1902 ont comblé la vallée de la Rivière Blanche. La Rivière Claire s'est ouvert un passage direct vers la mer. Dans l'axe même du comblement s’est recreusé le cañon de la Rivière Sans Nom, qui recueille les eaux de ruissellement du Dôme. L'affluent de gauche de la Rivière Blanche a été capté par la Rivière Sèche.
Fig 12. III. — État actuel (1941). 1. Emplacement du lac de la Rivière Claire, 1930-1931. 2. Petit lac actuel. 3. petit morne laissé intact par les nuées, dont une branche est passée dans le ravin longeant le Coffre à Mort. Après le comblement par les nuées de 1929-1930, le creusement a recommencé au pied, des crêtes. Le cours inférieur de la Rivière Claire s'est déplacé d'un kilomètre vers le Nord, tandis que sa branche de gauche, celle de la Rivière Chaude, arrivait par érosion remontante à recueillir les eaux d'une partie du nouveau dôme. L'ancien affluent de la Rivière Blanche, capté pax la Rivière Sèche, en a fait autant. Le système de la Rivière Sans Nom n'existe plus qu'à l’état de souvenir.
Fig 13. EXEMPLE DE COMBLEMENT
PAR LES NUÉES

Fig 14. Gains de la terre sur la mer
dans la baie de Genipa,
entre 1825 et 1938.
Fig 15. Baie de Fort-de-France,
d'après la carte marine n° 385.
.... Courbe de 10 m. de profondeur.
Équidistance des courbes, 10 m.
Fig 16. La trouée centrale de l'Île Lamentin-Robert.
Croquis pamoramique pris des hauteurs
du Camp Balata.
Fig 17. La Martinique et sa plateforme
continentale vers l'Est.
D’après la carte marine des Petites Antilles
Fig 18. Falaise sous-marine près de la côte sud de la Martinique entre le Diamant et la Pointe des Salines.
D'après la carte des côtes de la Martinique n° 383. équidistance des courbes 20 m. Courbe de 10 m. en pointillé.
Fig 19. Journée barométrique moyenne.
Variation mensuelles de la pression barométrique
Fig 20. Direction des vents en 1937
d’après le Service météorologique de la Martinique.
Station de Fort-de-France.
Fig 21. Carte pluviométrirque.
Fig 22. Coupe type (Anse Belleville).
Fig 23. FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES
Fig 24a, 24b 24c 24d. FIGURINES DE SAINTE-MARIE (Dessins de M. LEPAGE)
Fig 25. Terrier de 1671.
Restitution de M. Sabesky.
Région du Macouba au Prêcheur et à Saint-Pierre.
Échelle de 1/100.000e
Fig 26. Terrier de 1671.
Restitution de M. Sobesky.
Région de Sainte-Anne-Marin.
Échelle 1/100.000e
Fig 27. Répartition de l'habitat dans la région de Sainte-Anne, d’après Monnier (1825). Les groupements ancillaires des principales habitations sont beaucoup plus importantes que le bourg même. Échelle 1/75.000e environ.
Fig 28. Les groupements ancillaires des vieilles « habitations » se sont amenuisés ou même ont disparu. La population s'est portée en masse vers les bourgs, ainsi qu’au pied du Crève-Cœur et au Cap Chevalier où se sont créés des centres de petits propriétaires. Échelle 1/75.000e environ.
Fig 29. L’habitat dans la région de Fonds Saint-Denis. Densité maxima aux alentours de la route coloniales, mais sans agglomération continue Équidistance des courbes : 20 m. Échelle 1/13.000e.
Fig 30. Dispersion de l’habitat dans les hauteurs du Sud, entre Rivière Pilote et le Vauclin. Équidistance des courbes : 20 mètres. 1 point par case. Échelle 1/37.000e.
Fig 31. Habitation la Palun. Région de Rivière Salée
d’après le plan n° 19 de la C.A.F. Échelle 1/5.000e.
Fig 32. Habitat dans la région du Marigot.
Les cases se sont installées sur des morcellements
strictement délimités. Échelle 1/10.000e.
Fig 33. Carte des Usines
et Distilleries de la Martinique.
Fig 34. Répartition de la population de la Martinique.

1 point par 100 habitants. Les chiffres ordinaires indiquent en centaines, le nombre des habitants non représentés par des points et correspondent au quadrillé. Les chiffres romains désignent les communes suivantes : I. — Ajoupa-Bouillon. II. — Morne-Rouge. III. — Fonds Saint-Denis. IV. — Gros-Morne. V. — Saint-Joseph. VI. — Lamentin. VII. — Ducos. VIII. — Saint-Esprit. IX. — Petit Bourg. X. — Rivière-Salée. Courbes de niveau de 200, 500 et 1.000 m. Échelle 1/500.000e.



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le jeudi 17 décembre 2009 7:19
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref