RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Étienne Parent (1802-1874).
Textes choisis et présentés par Paul-Eugène Gosselin
(1964)
Bio-bliographie


Une édition électronique réalisée à partir du livre Étienne Parent (1802-1874). Textes choisis et présentés par Paul-Eugène Gosselin. Montréal: Les Éditions Fides, 1964, 95 pp. Collection: Classiques canadiens. Une édition numérique réalisée par Marcelle Bergeron, bénévole, professeure retraitée de l'enseignement à l'École polyvalente Dominique-Racine de Chicoutimi, Ville de Saguenay.


Bio-bibliographie


1802          2 mai. Naissance d'Étienne Parent à Beauport, près de Québec. Fils d'Étienne-François et de Josèphe Clouet. Son ancêtre, originaire de Mortagne, au Perche, émigra au Canada en 1634.

1814-19     Études classiques au Collège de Nicolet. Confrère de classe de Mgr C.-F. Baillargeon (1798-1870), 16e évêque de Québec ; de Pierre-Horace Panet, avocat, et de Charles Mondelet, juge.

1819-20     Fait sa Rhétorique au Séminaire de Québec. Confrère d'Auguste-Norbert Morin. Ils collaborent tous deux au Petit Canadien.

1821          Il quitte le Séminaire à la veille des examens. Fait un séjour de deux ans au foyer paternel pour aider ses parents cultivateurs.

1822          Remplace A.-N. Morin comme Rédacteur du Canadien qui sera supprimé en 1825.

1825-29     Étudie le droit à Québec. Reçu avocat, il est admis au barreau le 11 mai 1829. Il collabore à la Gazette de Québec.

1829          30 juin, il épouse à Québec Marie-Mathilde-Henriette Grenier. De cette alliance naîtront       quatre enfants, un fils et trois filles, qui toutes trois épousèrent des littérateurs : Henriette, mariée (1858) à Antoine Gérin-Lajoie ; Augustine, mariée à Benjamin Sulte, et Sabine, mariée à Évariste Gélinas.

1831          7 mai : réapparition du journal Le Canadien, bi-hebdomadaire. Étienne Parent en prend la direction et lui donne comme devise : Nos Institutions, notre Langue et nos Lois !

1831-37     À titre de rédacteur du Canadien, il suit de très près la marche des événements politiques.

1837-38     Il se sépare des agitateurs. Il est arrêté quand même comme suspect et passe l'hiver   1838-39 à la prison de Québec où il contracte une surdité assez grave.

1841          6 avril : il est élu député du collège électoral du Saguenay.

1842          14 octobre : il remet son mandat de député à cause de sa surdité. Le 21 octobre, il abandonne la direction du Canadien et est nommé Greffier du Conseil Exécutif.

1846          22 janvier : à l'Institut Canadien de Montréal, il donne la 1ère d'une série de conférences publiques : L'industrie considérée comme moyen de conserver notre nationalité.

1846          19 novembre : au même endroit, il donne sa 2e conférence intitulée : Importance de l'étude de l'Économie politique.

1847          Est nommé Sous-Secrétaire de la Province.

1847          23 septembre : sa 3e conférence à l'Institut Canadien de Montréal : Du travail chez l'homme.

1848          19 février : au même endroit, une 4e conférence intitulée : Considérations sur notre système d'éducation populaire, sur l'éducation en général, et les moyens législatifs d'y pourvoir.

1848          17 décembre : une 5e conférence à Montréal : Du prêtre et du spiritualisme dans leurs rapports avec la société.

1852          15 janvier : à Québec devant « La Société pour la fermeture de bonne heure des magasins », il donne sa 6e conférence qui a pour titre : De l'importance et des devoirs du   Commerce.

1852          22 janvier : à l'Institut Canadien de Québec, une 7e conférence intitulée : « De l'intelligence dans ses rapports avec la société (1re partie).

1852          7 février : au même endroit : De l'intelligence dans ses rapports avec la société (2e partie).

1852          15 avril : À la Chambre de Lecture de St-Roch, Québec, sa 8e conférence intitulée : Considérations sur le sort des classes ouvrières.

1867          Nommé Sous-Secrétaire d'État aux Communes.

1872          Prend sa retraite.

1874          22 décembre : il meurt à Ottawa.


Retour au livre de l'auteur: Jacques Bainville, historien Dernière mise à jour de cette page le mercredi 30 novembre 2011 11:25
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref