RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Oeuvres complètes de J. Michelet, Histoire de France. Moyen Age (1893)
Table des matières


Une édition électronique réalisée à partir du texte de Jules Michelet, Oeuvres complètes de J. Michelet. Histoire de France. Moyen Age. Tome cinquième. [Livres X à XII, Charles VII - La Pucelle.] Édition définitive revue et corrigée avec les notes et les appendices. Paris: Ernest Flammarion, Éditeur, 1893, 421 pages. Une édition électronique réalisée à partir du fac-similé de l'édition originale telle que reproduite par la Bibliothèque Nationale de France. Une édition numérique réalisée par M. Jean-Marc Simonet, professeur retraité de l'enseignement, Université de Paris XI-Orsay.

 Table des matières

 

LIVRE X

 

Chapitre Ier. Charles VII. — Henri VI. — L’Imitation. — La Pucelle (1422-1429)

L’imitation ne put guère être achevée avant le quatorzième ou le quinzième siècle
L’Imitation convenait spécialement à la France
Comment la France devait imiter la Rédemption et la Passion

 

Chapitre II. (Suite.) Charles VII. — Henri VI (1422-1429) Siège d’Orléans

La cause de Charles VII n’avait pu être sauvée ni par les Gascons, ni par les cossais, ni par les Bretons,
ni par les dissentiments des ducs de Glocester et de Bourgogne,
ni par l’appui des maisons d’Anjou et de Lorraine
1428. Les Anglais assiègent Orléans,
1429. et gagnent la bataille des harengs
La France prend parti pour la ville d’Orléans

 

Chapitre III. La Pucelle d’Orléans (1429)

L’originalité de la Pucelle fut le bon sens dans l’exaltation
1429. Son pays ; caractère des Marches de Lorraine et de Champagne
Sa famille, son enfance, ses visions
Elle va à Vaucouleurs, à Chinon
Elle est éprouvée par le roi, par les docteurs
Elle est envoyée au secours d’Orléans
(29 avril.) Elle entre à Orléans, et y fait entrer l’armée
Elle force les bastilles anglaises
(8 mai.) Retraite des Anglais
(28 juin.) Leur défaite à Patay
(17 juillet.) La Pucelle conduit le roi à Reims ; sacre de Charles VII

 

Chapitre IV. Le cardinal de Winchester. — Procès et mort de la Pucelle (1429-1431)

Querelles et faiblesse de Bedford et de Glocester ; règne du cardinal évêque de Winchester, qui amène une armée à Paris
La Pucelle échoue devant Paris
1430 (23 mai.) Elle est prise devant Compiègne, et remise aux Bourguignons ; situation politique du duc de Bourgogne ; mœurs de sa cour ; (10 janvier) institution de la Toison d’or
Winchester fait réclamer la Pucelle par l’inquisition, par l’Université et par l’évêque de Beauvais
(Déc.) Il amène Henri VI à Paris
1431. (Janvier) et fait commencer le procès de la Pucelle à Rouen
(21 fév-mars.) Interrogations préalables
Résistance de la Pucelle à l’autorité ecclésiastique
Illégalités, violences ; consultations des légistes, de l’Université, des évêques, du chapitre de Rouen
(Avril.) Épreuves et tentations de la Pucelle pendant la semaine sainte
Elle tombe malade ; elle est admonestée, prêchée ; (2 mai) elle signe une rétractation
Fureur et brutalité des Anglais
(30 mai.) Elle est condamnée ; sa dernière tentation ; sa mort
La Pucelle finit le moyen âge et commence l’age moderne 

 

LIVRE XI

 

Chapitre Ier. Henri VI et Charles VII. — Discordes de l’Angleterre, réconciliation des princes français. — État de la France (1431-1440)

Winchester fait sacrer le jeune Henri VI à Paris et à Londres
Querelles des Anglais entre eux, de Winchester et de Glocester
Querelles des Anglais et du duc de Bourgogne
Réconciliation du duc de Bourgogne et de René d’Anjou
1435. — du duc de Bourgogne et de Charles VII ; traité d’Arras
1436. Les Anglais quittent Paris
État de la France
1438. L’Église ; Pragmatique de Bourges
La noblesse devenue anti-chevaleresque, anti-religieuse ; mœurs atroces
1440. Procès de Retz
Misère et barbarie

 

Chapitre II. Réforme et pacification de la France (1439-1448)

 

1439. (2 nov.) Ordonnance pour la réforme des gens de guerre
Conseillers de Charles VII : Brézé, Bureau, Jacques Cœur, etc.
Influence de la reine Yolande, d’Agnès-la-Sorelle
1440. Mécontentement des grands ; le dauphin Louis : Praguerie
1441. Le roi reprend Pontoise sur les Anglais,
1442. et impose aux mécontents assemblés chez le duc de Bourgogne
1443-1444. Il intervient dans les Pyrénées, frappe les Armagnacs alliés des Anglais, reprend et garde Dieppe
Il fait écouler les bandes françaises et anglaises vers la Lorraine et la Suisse
Des Suisses au quinzième siècle ; combat de Saint-Jacques
Metz, Toul et Verdun reconnaissent le roi pour protecteur
1443-1448. Réforme financière, réforme militaire ; gendarmerie régulière, francs-archers

 

Chapitre III. Troubles de l’Angleterre. — Les Anglais chassés de France (1442-1453)

Marguerite d’Anjou ; caractère de la maison d’Anjou
1442. État de l’Angleterre ; querelles de Winchester et de Glocester ; la duchesse de Glocester condamnée comme sorcière
Nécessité d’un rapprochement entre l’Angleterre et la France
1445-1447. Winchester et Suffolk négocient le mariage du roi, et une restitution partielle avec indemnité
1447-1448. Mort de Glocester et de Winchester
1449-1450. Administration de Suffolk ; Somerset perd la Normandie et
accuse Suffolk, qui est mis à mort
Le faux prétendant, Cade
Le vrai prétendant, York
1451. Charles VII prend la Guyenne
1452. la perd et la reprend ; mort de Talbot
1453. Réduction de Bordeaux et de Bayonne
Les Anglais ne conservent en France que Calais
1454. Impuissance de l’Angleterre ; Henri VI devient idiot
La rivalité des deux nations a été leur vie même 

 

LIVRE XII

 

Chapitre Ier. Charles VII. — Philippe-le-Bon. — Guerres de Flandre (1436-1453) 

Rivalité des maisons de France, de Bourgogne et de Bourgogne-Autriche-Espagne, pendant le quinzième et le seizième siècle
Guerre pacifique de Charles VII et de Philippe-le-Bon ; puissance et faiblesse de celui-ci.
Les Flandres ; le travail ; travail solitaire, travail en famille ; confréries, ghildes et amitiés communales ;
et néanmoins individualisme profond, mysticisme révolutionnaire
La Flandre elle-même étant une création de l’industrie, l’industrie devait y régner
Au quatorzième siècle, querelles entre les villes (pour la direction des eaux)
Au quinzième siècle, querelles entre les villes et le comte
1436. Expédition de Calais ; soulèvement de Bruges ; Gand aide le comte à réduire Bruges
Gand, désormais isolée, aura à défendre les libertés de la Flandre, son droit symbolique, etc
Lutte des comtes contre les juridictions inférieures des villes, et contre les juridictions supérieures de la France et de l’Empire
1448-1451. Philippe-le-Bon, croyant le roi embarrassé par le dauphin, frappe la Flandre d’impôts vexatoires
1449-1450. Le duc fait agir la Flandre contre Gand
1451-1452. Insurrection de Gand, guerres de Flandre
Intervention timide du roi
1453. (Juillet.) Défaite des Gantais à Gavre, et leur soumission

 

Chapitre II. Grandeur de la maison de Bourgogne. Ses fêtes. — La Renaissance

 

État du monde Occident : Normands et Portugais ; Béthencourt et don Henri
1453. (29 mai.) Orient ; le Turc ; prise de Constantinople
Grandeur de Philippe-le-Bon ; projet de croisade
1454 (9 fév.) Vœu du faisan
Chapitres de la Toison d’or
Le tableau de l’Agneau ; école de Bruges
Centralisation dans l’art ; Jean van Eyck, Chastellain, etc.

 

Chapitre III. Rivalité de Charles VII et de Philippe-le-Bon. — Jacques Cœur. — Le dauphin Louis (1452-1456)

 

Le duc de Bourgogne s’appuie en France sur le dauphin ; lutte du dauphin contre Brézé, Agnès, etc.
Ruine des amis du dauphin
1452. Ruine de Jacques Cœur
1456. Ruine du duc d’Alençon
Ruine du dauphin lui-même, qui se retire chez le duc de Bourgogne

 

Chapitre IV. Suite de la rivalité de Charles VII et de Philippe-le-Bon (1456-1461) 

Tentative de Charles VII sur le Luxembourg
Splendeur et faiblesse du duc de Bourgogne ; il était le chef d’une féodalité qui n’était plus féodale
Le souverain d’un empire hétérogène qui ne pouvait acquérir d’unité
Il céda, malgré lui, de plus en plus à l’attraction de la France
Ses ministres français ; le dauphin son hôte
Énergie critique de l’esprit français, influence de l’imprimerie, etc.
Le Parlement ; la Toison d’or, comme cour d’honneur

 

APPENDICE 



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le mardi 5 juin 2007 19:45
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref