RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

De la nature humaine (1640)

Table des matières


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Thomas Hobbes, De la nature humaine ou Exposition des facultés, des actions et des passions de l'âme, et de leurs causes déduites d'après des principes qui ne sont communément ni reçus ni connus. (1640). Traduction française du baron d'Holbach.


TABLE DES MATIÈRES

Publications de Thomas Hobbes
De quoi est-il question dans De la nature humaine ?
Brève biographie de Thomas Hobbes


Épître dédicatoire, par Thomas Hobbes, 9 mai 1640.

CHAPITRE I

Nature de l'homme, composée des facultés du corps et de celles de l'esprit.

CHAPITRE II

1. Des conceptions. 2. Définition du sentiment. 3. D'où vient la diffé-rence des conceptions. 4. Quatre propositions relatives à la nature de la conception. 5. Preuve de la première. 6. Preuve de la seconde. 7. et 8. Preuves de la troisième. 9. Preuve de la quatrième. 10. De l'erreur de nos sens.

CHAPITRE III

1. Définition de l'imagination. 2. Définition du sommeil et des rêves. 3. Cause des rêves. 4. La fiction définie. 5. Définition des fantômes. 6. Défini-tion de la mémoire. 7. En quoi la mémoire consiste. 8. Pourquoi dans les rêves l'homme ne croit jamais rêver. 9. Pourquoi il y a peu de choses qui parais-sent étranges dans les rêves. 10. Qu'un rêve peut être pris pour une réalité ou pour une vision.

CHAPITRE IV

1. Du discours. 2. De la liaison des pensées. 3. De l'extravagance. 4. De la sagacité. 5. De la réminiscence. 6. De l'expérience. 7. De l'attente. 8. De la con-jec-ture. 9. Des signes. 10. De la prudence. 11. Des précautions à conclure d'après l'expérience.

CHAPITRE V

1. Des marques. 2. Des noms ou appellations. 3. Des noms positifs et néga-tifs. 4. L'avantage des noms nous rend susceptibles de science. 5. Des noms généraux et particuliers. 6. Les universaux n'existent point dans la nature des choses. 7. Des noms équivoques. 8. De l'entende-ment. 9. De l'affirmation, de la négation, de la proposition. 10. Du vrai et du faux. 11. De l'argumentation ou raisonnement. 12. De ce qui est conforme ou contraire à la raison. 13. Les mots causes de la science ainsi que de l'erreur. 14. Translation du discours de l'esprit dans le discours de la langue et de l'erreur qui en résulte.

CHAPITRE VI

1. Des deux sortes de sciences. 2. La vérité et l'évidence nécessaires à la science. 3. Définition de l'évidence. 4. Définition de la science. 5. Définition de la supposition. 6. Définition de l'opinion 7. Définition de la croyance. 8. Définition de la conscience. 9. Il est des cas où la croyance ne vient pas moins du doute que de la science.

CHAPITRE VII

1. Du plaisir, de la douleur, de l'amour et de la haine. 2. Du désir, de l'aversion, de la crainte. 3. Du bien et du mal, du beau et du honteux. 4. De la fin, de la jouissance. 5. Du profitable, de l'usage, de la vanité. 6. De la félicité. 7 Du mélange du bien et du mal. 8. Du plaisir et de la douleur des sens; de la joie et du chagrin.

CHAPITRE VIII

1. et 2. En quoi consistent les plaisirs des sens. 3. et 4. De l'imagination ou de la conception du pouvoir dans l'homme. 5. De l'honneur, de l'honorable, du mérite. 6. Des marques d'honneur. 7. Du respect. 8. Des passions.

CHAPITRE IX

1. De la gloire, de la fausse gloire, de la vaine gloire. 2. De l'humilité et de l'abjection. 3. De la honte. 4. Du courage. 5. De la colère. 6. De la vengeance. 7. Du repentir. 8. De l'espérance, du désespoir, de la défiance. 9. De la confiance. 10. De la pitié et de la dureté. Il. De l'indignation. 12. De l'émulation et de l'envie. 13. Du rire. 14. Des pleurs. 15. De la luxure. 16. De l'amour. 17. De la charité. 18. De l'admiration et de la curiosité. 19. De la passion de ceux qui courent en foule pour voir le danger. 20. De la grandeur d’âme et de la pusillanimité. 21. Vue générale des passions comparées à une course.

CHAPITRE X

1. Autres causes des variétés dans les capacités et les talents. 2. La diffé-rence des esprits vient de la différence des passions. 3. De la sensualité et de la stupidité. 4. Ce qui constitue le jugement. 5. De la légèreté d'esprit. 6. De la gravité ou fermeté. 7. De la stolidité. 8. De l'indocibilité. 9. De l'extra-vagance ou folie. 10. et 11. Différentes espèces de folies.

CHAPITRE XI

1. 2. et 3. De la divinité. Ce que l'on conçoit par le nom de Dieu, et ce que signifient les attributs qu'on lui donne. 4. Ce qu'on entend par le mot esprit. 5. Ce qu'on peut penser sur la nature des anges ou esprits, d'après l'Écriture sainte. 6. L'opinion des païens touchant les esprits ne prouve point leur exis-tence. 7. Elle n'est fondée que sur la foi que nous avons dans la révélation. Caractères du bon et du mauvais esprit, de la bonne et de la mauvaise inspiration. 8. La divinité des Écritures n'est fondée que sur la foi. 9. La foi n'est que la confiance en des hommes vraiment inspirés. 10. Dans le doute on doit préférer, à sa propre opinion, le sentiment de l’Église. 11. Affections des hommes envers Dieu. 12. Comment on honore Dieu.

CHAPITRE XII

1. De la délibération. 2. Deux conditions pour la délibération. 3. 4. 5. et 6. Des actions volontaires, involontaires et mixtes. 7. Du consente-ment, et du conflit ou contention. 8. De l'union. 9. De l'intention ou dessein.

CHAPITRE XIII

1. Facultés de l'esprit considérées dans les rapports des hommes entre eux. 2. Ce qu'on nomme enseigner, apprendre, persuasion, contro-verse. 3. Signe d'un enseignement exact et sans erreur. Sciences qui en sont susceptibles, et celles qui ne le sont pas. 4. Toutes les disputes viennent des dogmatiques: les mathématiciens n'en font naître aucune. 5. Ce que c'est que conseil. 6. Ce que signifient l'interrogation, la prière, la promesse, la menace, le comman-de-ment. Ce qu'on appelle loi. 7. La passion et l'opinion produisent la persua-sion. 8. Difficulté de découvrir le vrai sens des écrivains qui ont vécu long-temps avant nous. 9. Ce qu'il faut faire lorsqu'un homme avance deux opinions contradictoires. 10. Lorsqu'il parle un langage que ne comprend point celui à qui il parle. 11. Et lorsqu'il garde le silence.

Conclusion

Retour à l'auteur: Thomas Hobbes Dernière mise à jour de cette page le Mardi 19 mars 2002 08:02
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref