RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Hegel, Esthétique. Tome I (1835)
Note sur la présente édition électronique


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Georg Wilhelm Friedrich HEGEL (1770-1831), Esthétique. Tome premier (1835). Paris, Librairie Germer-Baillère, 1875, deuxième édition, 496 pages, pages 1 à 496. Traduction française de Charles Bénard Docteur ès lettres, ancien professeur de philosophie dans les lycées de Paris et à l’École normale supérieure. Cette édition électronique de l’Esthétique contient l’introduction, la première partie (« De l’idée du beau dans l’art ou de l’idéal »), la deuxième partie (« Développement de l’idéal »), ainsi que les deux premières sections (« Architecture » et « Sculpture ») de la troisième partie (« Système des arts particuliers »). Une édition numérique réalisée par M. Daniel Banda, bénévole, professeur de philosophie en Seine-Saint-Denis et chargé de cours d'esthétique à Paris-I Sorbonne.

Note sur la présente édition électronique
par Daniel Banda


La traduction française la plus ancienne de l’Esthétique de Hegel est celle de Charles Bénard (5 volumes, Paris, [s.n.], 1840-1851). Elle suit le texte allemand établi par Heinrich Gustav Hotho (3 volumes, Berlin, 1835-1838). Une seconde édition de cette traduction est publiée en 1875 (2 volumes, Librairie Germer-Baillère, Paris).

Nous vous proposons ici l’édition électronique du tome I de cette édition, soit :

- l’introduction,
- la première partie (« De l’idée du beau dans l’art ou de l’idéal »),
- la deuxième partie (« Développement de l’idéal dans les formes particulières que revêt le beau dans l’art »),
- les deux premières sections (l’architecture, la sculpture) de la troisième partie (« Le système des arts particuliers »).

Le tome II contient la troisième section (« Des arts romantiques : la peinture, la musique, la poésie »).

Nous ne publions pas la longue préface (1874) de Ch. Bénard destinée à présenter l’œuvre au public français de l’époque. Nous conservons cependant les notes de Bénard, principalement parce qu’elles contiennent des passages omis par lui dans le corps même du texte.

L’édition de Charles Bénard a en effet ses limites : avant tout les omissions de l’introduction et de la première partie. Le traducteur justifie ainsi les « abréviations et autres changements » : « Pour celui qui publie en français un pareil livre la première condition est de se faire lire. » Ou encore : « C’est en français et pour des Français que nous avons voulu écrire (Préface du traducteur, Esthétique, tome I, p. II). Dans une note du chapitre II (« Du beau dans la nature ») de la première partie, il justifie ainsi une omission : « Nous avons cru devoir résumer aussi le première partie de ce chapitre, dont la terminologie de l’auteur eût rendu l’intelligence trop difficile au lecteur peu familiarisé avec le système de Hegel » (ibid., p. 40).

Malgré ces limites, le traducteur anglais d’une récente édition de l’Esthétique, T. M. Knox insiste sur la qualité et les mérites de l’édition Bénard : « Bien qu’il omette certains passages difficiles, sa version est fidèle et souvent éclairante » (cité par B. Timmermans et P. Zaccaria, in Esthétique, Paris, Le Livre de poche, 1997, tome I, p. 46). Dans cette dernière édition du Livre de poche, Benoît Timmermans et Paolo Zaccaria suivent toujours la traduction de Bénard ; ils la revoient et la complètent, notamment en traduisant intégralement l’introduction et la première partie de l’édition Hotho de 1835.

Le but de nos publications parfois dites virtuelles est de l’être… le moins possible. L’édition électronique d’un tel « classique » a pour espoir de ne pas rester virtuelle : elle attend, comme tout livre, ses lecteurs. Pour les accompagner.


Daniel Banda

Revenir à l'oeuvre del'auteur: Edmond Goblot, philosophe français, logicien et historien des sciences Dernière mise à jour de cette page le jeudi 18 novembre 2010 7:45
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref