RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Lettres de prison (1929-1934):

Présentation


Une édition électronique réalisée à partir du livre d’Antonio Gramsci, Lettres de prison. Traduit de l’Italien par Hélène Albani, Christian Depuyper et Georges Saro. Paris : Éditions Gallimard, 1971, 622 pages. Collection Témoins.


Lettres de prison

Le 8 novembre 1926, Gramsci est arrêté par la police fasciste et condamné, en 1928, pour « conspiration contre les pouvoirs de l'État, provocation à la guerre civile, incitation à la haine de classe, apologie d'actes criminels et propagande subversive ». Pendant onze années de captivité, de la déportation à l'île d'Ustica jusqu'à la clinique de Formies où il meurt en 1937 à quarante-six ans, Gramsci entretient une volumineuse correspondance, en particulier avec les membres de sa famille et notamment avec sa belle-sœur Tatiana, qui l'assiste jusqu'au bout.

La première édition italienne (partielle) des Lettres de prison en 1947 constitue, de même que la parution des Cahiers de la prison (Quaderni del carcere) de 1948 à 1951, un des grands événements culturels de l'après-guerre et le point de départ de la redécouverte de Gramsci par l'intelligentsia italienne. En 1965 paraît chez Einaudi une édition critique considérablement augmentée (428 lettres dont 119 inédites). La présente traduction suit ce texte, et constitue la première édition française intégrale.

Les Lettres de prison reflètent le drame de la survie quotidienne du prisonnier, mais aussi l'activité permanente de ce cerveau qu'on avait voulu « empêcher de fonctionner». Elles nous renseignent sur la méthode de travail, les lectures, les intérêts multiples du théoricien marxiste qui remplissait jour après jour les Cahiers de la prison qu'on s'accorde aujourd'hui a considérer comme un point de référence essentiel de la culture italienne, et de la recherche critique en général, et dont elles constituent à la fois un commentaire et un contrepoint dramatique. Elles témoignent du combat permanent de l'intellectuel et du militant Gramsci contre l'ordre fasciste.

(Éditions Gallimard)

Retour à l'auteur: Antonio Gramsci Dernière mise à jour de cette page le Mardi 09 avril 2002 19:55
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref