RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Numa-Denys Fustel de Coulanges, 1830-1889
Historien français



Biographie

Numa Denys Fustel de Coulanges est issu d'une famille de Bretagne installée à Paris. Il a pour père un lieutenant de vaisseau qui décède peu après la naissance de son fils. Fustel est alors recueilli par son grand-père qui, grâce à l'amitié qu'il entretient avec le proviseur, le fait admettre au lycée Charlemagne à Paris. Selon toute apparence, c'est ce même directeur qui prend en charge les frais de scolarité de Fustel.

Jeune lycéen, il lit avec avidité les leçons de Guizot sur la Civilisation en France, qui aura une forte influence sur son avenir d'historien. Élève moyennement doué, il est admis à l'École normale supérieure « à un rang médiocre », d'après son élève et biographe Paul Guiraud. Dans l'ambiance d'une période idéologiquement troublée, il fréquente avec assiduité la bibliothèque de l'École.

Il soutient en 1858 une thèse sur l'historien grec Polybe et une thèse sur les Vesta, à un moment où les questions touchant les origines indo-européennes sont très discutées. En 1860, il est nommé professeur d'histoire à l'université de Strasbourg, où il met en forme ses notes de cours qui feront la matière de La Cité Antique. Obligé de quitter Strasbourg du fait de l'annexion de l'Alsace-Lorraine par les Allemands en 1870, il est nommé maître de Conférences en 1870 à l'École Normale Supérieure, dont il sera le directeur en 1883. En 1875, il obtient une chaire de professeur à la Sorbonne et il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques.

Curieusement, et même si quelques questions touchant à l'Antiquité le préoccupent, en particulier celle de la propriété et de sa transmission, Fustel de Coulanges va se tourner vers l'histoire médiévale, d'une part pour montrer combien les institutions françaises n'ont pas grand chose en commun avec le droit germanique (la France est alors en plein conflit avec l'Allemagne) et d'autre part pour asseoir un certain nombre de ses intuitions méthodologiques. Il projette un ouvrage qui couvrirait la période allant de la fin de l'empire romain jusqu'à la Révolution française. Il publie alors un premier ouvrage en deux volumes, Histoire des institutions politiques de l'ancienne France, suivi en 1885 par les Recherches sur quelques problèmes d'histoire et par les Nouvelles recherches sur quelques problèmes d'histoire (1891), éditées par Camille Jullian après son décès.

Le reste de son œuvre, composée en grande partie d'articles réunis en volumes, sera également publié après sa mort par ses élèves, au premier rang desquels figure Camille Jullian. Son influence est importante, notamment pour ce qui est de l'interprétation du rôle fondamental que joueraient les religions dans la structuration des sociétés. Le sociologue Émile Durkheim dédicacera sa thèse d'université à la mémoire de Fustel de Coulanges.


Sources: Encyclopédie Wikipédia.

Retour à l'auteur: Franz Boas (1858-1942) Dernière mise à jour de cette page le mercredi 11 octobre 2006 19:06
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref