RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Anthony Collins, [1676-1729]
Philosophe anglais



Biographie


Anthony Collins (né le 21 juin 1676 à Heston, près de Londres et mort le 13 décembre 1729), est un libre penseur et philosophe anglais.

Il fut l'élève et l'ami de John Locke. Il professa sur plusieurs points de la religion et de la métaphysique des opinions hardies pour l'époque, et passa sa vie dans de perpétuelles controverses ; il fut même plusieurs fois obligé de se réfugier en Hollande. Il exerça néanmoins des fonctions importantes dans la magistrature.

Ses principaux ouvrages sont :

  • Essai sur l'usage de la raison, 1707 ;
  • Lettre à Dodwell sur l'immortalité de l'âme, 1708 ;
  • Discours sur la liberté de penser, 1713 ;
  • Recherches sur la liberté de l'homme, 1717 (elle n'est, selon lui, que l'exemption de la contrainte physique) ;
  • Discours sur les bases et les preuves de la religion chrétienne, 1723 ;
  • Examen des prophéties, 1724.

Il eut pour adversaires Samuel Clarke, William Whiston, Thomas Sherlock, Benjamin Hoadly, etc.

Bibliographie

Plusieurs de ses ouvrages ont été traduits en français (la Liberté de penser, par Henri Scheurleer, 1714 ; Du Principe des actions humaines, par Claude-Rigobert Lefebvre de Beauvray, 1754).

On en trouve d'amples extraits dans l'Encyclopédie méthodique (Philosophie ancienne et moderne, article Collins).

Source: Wikipédia, l'encyclopédie libre, Anthony Collins. [EN LIGNE] Consulté le 26 novembre 2014.




VOIR, dans Les Classiques des sciences sociales:

Discours sur la liberté de penser écrit à l'occasion d'une nouvelle secte d'esprits forts, ou de gens qui pensent librement. (1714)

Lettre d'un médecin arabe à un fameux professeur de l’Université de Hall en Saxe, sur les reproches faits à Mahomet, de son recours aux armes, de la pluralité des femmes, de l’entretien de ses concubines, et de l’idée de son paradis. in Discours sur la liberté de penser. (1714)


Retour à l'auteur: Franz Boas (1858-1942) Dernière mise à jour de cette page le jeudi 27 novembre 2014 19:25
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref