RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Les Cinq Livres canoniques ou Grands Kings
YI KING (1885)
Extraits de classiques


Une édition électronique sera réalisée à partir du texte Les Cinq Livres canoniques ou Grands Kings, YI KING *. Traduction de Paul-Louis-Félix PHILASTRE (1837-1902). Editions Zulma, 1966, 890 pages. Première édition, Ernest LEROUX, Paris, 1885. Une édition numérique réalisée par Pierre Palpant, bénévole, Paris.

Extraits de classiques

Yi king, traduit par Paul-Louis-Félix PHILASTRE. 

Tso tchouan …

Jadis, Pi Ouan consulta l’achillée pour savoir s’il aurait une charge d’officier dans la principauté de Tsin. Il trouva l’hexagramme tchouen, composé du trigramme tchén sous le trigramme k’an ; en manipulant les brins d’achillée, il obtint l’hexagramme pi, composé du trigramme k’ouen sous le trigramme k’an. (tchen signifie voiture, pied, châtiment, peine de mort. k’ouen signifie terre, mère, cavale, multitude, repos. tchouen signifie fermeté ; pi entrer, unir).

Sin Leao, expliquant ces symboles, dit :

— Ce sont des signes de bonheur. Tchouen signifie ferme ; pi, entrer. Tchen la voiture a été remplacée par k’ouen terre ou cavale. La cavale s’est placée devant la voiture. Des pieds vous soutiennent ; un frère aîné vous précède ; une mère vous protège ; la multitude se range sous vos ordres. Le second hexagramme ne change plus. Union et pouvoir d’affermir, repos et pouvoir de mettre à mort, ce sont les attributs d’un prince de premier ou de second rang. Certaine­ment les descendants d’une famille princière de premier ou de second rang (les descendants de Pi Ouan) rentreront en posses­sion de la dignité de leurs pères. 

Tso tchouan …

Mou Kiang mourut dans le palais oriental (palais de l’héritier présomptif). Quand elle quitta son propre palais et alla demeurer dans le palais oriental, elle consulta les brins d’achillée. Elle obtint le trigramme ken sur le trigramme ken. Ken correspond au nombre huit. Le devin dit :

— Le double kén a donné l’hexagramme souei. Souei est le symbole de la sortie. Princesse, vous sortirez bientôt d’ici.

K’iang répondit :

—  Non. Dans le I king de Tcheou, il est dit : « Souei, grand, pénétrant, bienfaisant, constamment ferme, irréprochable. La grandeur, c’est la dignité morale de la personne. La pénétration, c’est la réunion de toutes les qualités. La bienfaisance, c’est l’accomplissement de tous les devoirs. La fermeté constante, c’est le soutien de toutes les actions. L’excellence de la personne rend capable de gouverner les hommes. Les belles qualités réunies rendent capable de se conformer aux convenances. La bienfaisance envers les autres rend capable d’observer toute justice. La fermeté constante rend capable de soutenir toutes les affaires. Mais il faut que ces quatre vertus soient réelles et non simulées. Alors souei signifie irréprochable, bien que, sans ces vertus, il ait un mauvais sens (il signifie s’abandonner à la licence et suivre le courant). Or, moi femme, et complice du désordre, j’étais naturellement dans un rang inférieur (à l’homme) ; et je n’ai pas fait le bien. Je ne mérite pas d’être appelée grande. Je n’ai pas mis la paix dans l’État et dans la famille princière. On ne peut pas dire que j’ai exercé une influence pénétrante. Par ma conduite je me suis nui à moi-même ; on ne peut pas dire que j’ai été utile (à moi-même et aux autres). Oubliant ma dignité, j’ai commis des actions honteuses. On ne peut pas dire que j’ai été ferme et constante dans la vertu. Celui qui possède les quatre vertus susdites est vraiment souêi et irréprochable. Je n’ai aucune de ces vertus. Suis-je souêi ? J’ai recherché le mal ; puis-je être irréprochable ? Certainement je mourrai ici dans ce palais. Je n’en pourrai pas sortir.

Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le mercredi 15 août 2007 8:21
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref