RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

KIAI-TSEU-YUAN HOUA TCHOUAN [Jieziyuan huazhuan],
Les Enseignements de la Peinture du Jardin grand comme un Grain de Moutarde.
Encyclopédie de la peinture chinoise
. (1910)
Table des matières (livres I à III)


Une édition électronique réalisée à partir du texte KIAI-TSEU-YUAN HOUA TCHOUAN [Jieziyuan huazhuan], Les Enseignements de la Peinture du Jardin grand comme un Grain de Moutarde. Encyclopédie de la peinture chinoise. Traduction et commentaires par Raphaël PETRUCCI. Augmentés d’un préface, d’un dictionnaire biographique des peintres et d’un vocabulaire des termes techniques. Illustrés d’environ cinq cents gravures. Première édition française : Henri Laurens, Paris, années 1910, 520 pages, Reproduction en facsimilé par Librairie You-Feng, Paris, 2000. Une édition réalisée par Pierre Palpant, bénévole, Paris.

TABLE DES MATIÈRES

LIVRE I. Introduction générale.

Exposé élémentaire de l’enseignement de la Peinture par le maitre de la maison Ts’ing tsai — Les Six Principes — Les Six Nécessités ; les Six Supériorités — Les Trois Défauts — Les Douze choses qu’il ne faut pas faire — Les Trois qualités — Division des Ecoles — Considérations sur les qualités — Fondation des Ecoles — Le talent de transformation — Liste des différents traits — Explication des termes techniques — Usage du Pinceau — Usage de l’Encre — Doubler les couches, dégrader les teintes — Position du ciel et de la terre — Destruction des Erreurs — Eloigner la Vulgarité — Mettre la Couleur — Le Che-ts’ing — Le Che-liu — Le Tchou-cha — Le Yin-tchou — Le Chan-hou-mouo — Le Hiong-houang — Le Che-houang — Le Jou-kin — Le Fou-fen — Emploi du Yen-tche — Le Teng-houang — Le Tien-houa — Le Ts’ao-liu — Le Tchö-che — La couleur Tchö-houang — La couleur Lao-hong — La couleur Ts’ang-liu — Mélanger l’encre — La Soie blanche — Méthode pour employer l’alun — Les Papiers — Pointer la Mousse — La Signature — Préparation des godets — Nettoyage du Blanc — Frotter l’Or — Mettre l’alun sur l’Or — Conclusion.

LIVRE II. Les Arbres.

Méthode de peindre les arbres en commençant par quatre branches — Méthode de peindre deux arbres — Méthode de peindre deux ou trois arbres — Méthode de peindre cinq arbres — Méthode de peindre Lou-kiao — Méthode de peindre Hiai-tchao — Méthode de peindre les arbres avec les racines apparentes — Méthode de peindre les arbres portant des bourgeons — Méthode de pointer les feuilles — Méthode de pointer les feuilles — Méthode de disposer les feuilles — Diverses méthodes de peindre les arbres — Méthode de peindre les arbres de Houang Tseu-kieou — Méthode de peindre les arbres de Mei-houa-tao-jen — Méthode générale de méler les arbres — Méthode de Ni Yun-lin pour mêler les arbres — Les arbres des Mi — Méthode de peindre les arbres de Ni Yun-lin — Les arbres lointains de Pei-yuan — Méthode de peindre les pins — Différentes méthodes de peindre les saules — Différentes méthodes de peindre certains arbres — Méthode de pointiller les arbres représentés au moment de la floraison — Méthode de peindre les jeunes bambous — Méthode de peindre les roseaux.

LIVRE III. Les Pierres

La Méthode pour ceux qui commencent à peindre les pierres est de les diviser en trois faces — Méthode pour commencer à peindre les pierres et méthode pour les disposer et les réunir — Méthode de peindre les pierres: Une grande entre les petites, une petite entre les grandes — Méthodes diverses de peindre les pierres — Discussion détaillée de la manière de faire les traits de chaque école — Méthode pour commencera peindre les montagnes — Méthode d’établir le tchang et de fixer les traits qui le renferment — Méthode du Maître et de l’Hôte qui s’inclinent l’un devant l’autre — Méthode de la montagne dominante se constituant à elle-même son propre entourage — Distinction des montagnes par la méthode des trois éloignements — Divers dessins des sommets d’après différentes écoles — Sommets de Mi Fei — Sommets de Ni Tsan — Exemples de diverses espèces de traits — Méthode pour peindre les plateaux — Exemple d’un sentier au bas d’un talus — Exemple pour peindre les champs dans les montagnes — Méthode de Houang Tseu-kieou pour peindre les cascades — Méthode pour peindres les vagues des fleuves et de la mer — Méthode pour peindre les courants dans l’eau calme des k’i et des kien — Les Nuages.

TABLE DES PLANCHES

LIVRE II. Les Arbres.

Méthode de peindre les arbres en commençant par quatre branches — Méthode de peindre deux arbres — Méthode de peindre deux ou trois arbres         — Méthode de faire un groupe de deux ou trois arbres — Méthode de peindre cinq arbres — Méthode de peindre lou-kiao — Méthode de peindre hiai-tchao — Méthode de peindre les arbres avec les racines apparentes — Les points de chou tsou — Arbres en points kiu-houa et hou‑tsiao — Méthode de peindre les arbres — Méthode d’intercaler des arbres — Méthode de pointer les feuilles — Méthode de disposer les feuilles et d’appliquer la couleur — Méthode de peindre une plante grimpante — Méthode de peindre les arbres de Fan K’ouan — Méthode de peindre les arbres de Kouo Hi — Méthode de peindre les arbres de Wang Wei — Méthode de peindres les arbres de Ma Yuan — Méthode de peindre les arbres de Siao Tchao — Méthode de peindre les arbres de Yen Tchong-mou — Méthode de peindre les arbres de K’o Kieou-sseu et de Ts’ao Yun-si — Méthode de peindre les arbres de Ni Yun-lin et Li T’ang — Méthode de peindre les arbres de Wou Tchong-kouei — Méthode de peindre les arbres de Houang Tseu-kieou — Méthode de peindre les arbres de Mei houa tao jen — Méthode générale de mêler les arbres — Méthode de Cheng Tseu-tchao pour peindre les arbres de différentes espèces — Méthode de Lieou Song-nien pour peindre les arbres de différentes espèces — Méthode de Ni Yu pour mêler différentes espèces d’arbres — Méthode de Kouo Hi pour peindre des arbres de plusieurs espèces — Méthode de King Hao pour peindre des arbres suspendus sur des bords escarpés de montagnes — Méthode de King Hao et de Kouan Tong pour peindre des arbres de plusieurs espèces — Méthode de Hia Kouei pour peindre des arbres de plusieurs espèces — Les arbres des Mi — Autre méthode de peindre les arbres du jeune Mi — Méthode de peindre les arbres de Ni Yun-lin — Les arbres lointains de Pei‑yuan — Les petits arbres lointains en points oblongs — Les petits arbres lointains en points ronds — Méthode de peindre les pins — Les pins de Li Ying-k’ieou — Les pins de Wang Chou-ming — Les pins de Ma Yuan — Les pins de Tchao Ta-nien — Les pins de Kouo Hien-hi — Les pins dans la neige de Lieou Song-nien — Les cyprès de Kiu-jan et de Mei tao-jen — Différentes méthodes de peindre les saules — Les saules aux feuilles pointillées — Saule d’automne — Les saules coupés ras — Les saules aux feuilles profilées — Les palmiers — L’elœococca aux feuilles profilées — Le bananier — L’elœococca en sie-yi — Les bananiers en sie-yi — Méthode de pointiller les pêchers — Méthode de pointiller les abricotiers et les pruniers — Méthode de peindre les jeunes bambous — Méthode de peindre les jeunes bambous — Méthode de peindre les roseaux.

LIVRE III. Les Pierres.

Méthode de peindre les pierres — Méthode de peindre des plateaux parmi les pierres — Méthode de peindre les pierres de Pei-yuan et de Kiu-jan — Méthode de peindre les pierres de Ni Yun-lin — Méthode de peindre les pierres de Wou Tchong-kouei — Méthode de peindre les pierres de Wang Chou-ming — Méthode de peindre les pierres de Houang Tseu-kieou — Méthode de peindre les pierres des deux Mi — Méthode des traits de Wan Chou-ming — Méthode des traits de Houang Tseu-kieou — Méthode des traits de Fan K’ouan et de Hia Kouei — Méthode des traits de King Hao et de Kouan Tong — Méthode des traits de Ma Yuan — Méthode des traits de Lieou Song-nien — Méthode des traits de Siu Hi — Méthode du trait kiai-so — Méthode du ta-fou-p’i — Les deux méthodes de dessiner les pierres louan-tch’ai et louan ma — Méthode du siao-fou-p’i — Méthode du fou-p’i mêlé au p’i-ma — Méthode du trait ho-ye — Méthode du trait tchö-tai — Méthode pour commencer à peindre les montagnes — Méthode d’établir le tchang — Méthode du maître et de l’hôte — Méthode de la montagne dominante — Suite de la montagne dominante — Exemple de kao-yuan — Exemple de chen-yuan — Exemple de p’ing-yuan — Méthode des sommets lointains et horizontalement disposés — Sommets de Tong-yuan ; de Kiu-jan ; de King Hao ; de Kouan Tong ; de Li Tch’eng ; de Fan Kouan ; de Wang Wei ; de Li Sseu-hiun ; de Li Tang ; de Lieou Song-nien ; de Kouo Hi ; de Siao Tchao ; de Kiang Kouan-tao ; de Li Kong-lin ; de Li Tch’eng ; de Mi Fei ; de Mi Yeou-jen ; de Wou Tchen ; de Wang Mong — Montagnes hautes et lointaines de Ni Tsan — Montagnes basses et lointaines de Ni — Méthode de Houang Kongwang pour les pierres avec des talus — Méthode de Houang Kong-wang pour les montagnes entièrement faites de rochers — Les traits de kiai-so — Les traits de louan-ma — Traits de ho-ye — Traits de Iouan-tch’ai — Méthode pour peindre les plateaux — Plateaux de Houang Tseukieou — Exemple d’un sentier au bas d’un talus — Exemple pour peindre les champs dans les montagnes — Méthode pour peindre les champs en plaine — Méthode de peindre les ki — Méthode pour peindre les talus au bord de l’eau — Méthode pour peindre des falaises dont le sommet est apparent — Méthode pour peindre les falaises dont la base est apparente — Méthode de Houang Tseu-kieou pour peindre les cascades — Méthode des pierres en désordre et des cascades étagées — Exemple d’un rocher surplombant et cachant la cascade — Exemple d’un nuage planant sur la cascade — Exemple de la façon de diviser les cascades — Exemple d’un rocher surplombant laissant tomber la cascade — Exemple pour peindre une cascade étagée en deux plans — Exemple pour peindre une cascade étagée en trois plans — Exemple pour peindre une cascade mince — Exemple pour peindre une cascade plate — Exemple pour peindre une grande cascade — Exemple pour peindre un pont sous lequel tombe une cascade — Méthode pour peindre les vagues des fleuves et de la mer — Exemple pour peindre les courants dans l’eau des k’i et des kien — Exemple des nuages au trait fin — Exemple de nuages au trait fort. 



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le samedi 4 août 2007 13:08
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref