RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

  Veuillez utiliser cette adresse (DOI) pour citer ce document:
http://dx.doi.org/doi:10.1522/25022476

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Auteur inconnu (XVIIe siècle)



IU-KIAO-LI ou Les deux cousines
Roman. Traduit par M. ABEL-RÉMUSAT (1826)

Voir la sous-collection CHINE ANCIENNE réalisée par Pierre Palpant, bénévole, Paris.

Table des matièresPréface; Table des illustrations.
Extrait 1:
Présents de Lo Mengli reçus derrière le jardin
Extrait 2:
Le double mariage.

Une édition électronique réalisée à partir du texte d'un auteur inconnu du XVIIe siècle, IU-KIAO-LI ou Les deux cousines. Roman. Traduit par M. Jean-Pierre ABEL-RÉMUSAT. Paris: Libraireie Moutardier, 1826, 4 tomes, 256+172+196+238 pages. Une édition réalisée par Pierre Palpant, bénévole, Paris.

Cet ouvrage fera mieux qu’aucun autre, connaître avec exactitude, les moeurs, les habitudes, la tournure d’esprit, le caractère national et social, du peuple chinois, dans son intérieur et dans les actes ordinaires de la vie. Il présente une suite de tableaux de famille et de peintures de moeurs, que l’on chercherait vainement dans les relations des voyageurs.

Journal Asiatique, Juillet 1826, pp. 63-64
Pierre Palpant, Comment lire dans la collection Chine sur Les Classiques des sciences sociales ?

Sur internet.

— Sur le blog de Pierre Kaser, une présentation de la sortie de la traduction en 1826, et de son succès immédiat. Références au Fil d’Ariane.

— En anglais, dans la North American Review, Octobre 1828, pp. 524-562, un long résumé de l’intrigue, dans la deuxième partie de l’article.

 Puis, profiter d’autres ouvrages de la collection Chine ancienne :

— Comprendre les racines de ce ‘double mariage’, en relisant l’article de Marcel Granet, La polygynie sororale et le sororat dans la Chine féodale.

— S’y retrouver avec les nombreuses variétés de salutations et de dispositions des convives, évoquées dans le roman, en feuilletant Simon Kiong, Quelques mots sur la politesse chinoise.

— Apprécier le commentaire de Stanislas Julien sur la traduction d’Abel-Rémusat, dans sa préface des Deux jeunes filles lettrées.

— Situer géographiquement les déplacements évoqués dans le roman : la carte VI du recueil de cartes joint à l’Empire du Milieu, des frères Reclus, permet de les repérer très sommairement, de Peking à Hangtcheou.

Revenir à l'auteur: Se-ma Ts'ien Dernière mise à jour de cette page le vendredi 25 mai 2007 15:30
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref