RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

La société féodale (1939)
Table des matières


Une édition électronique réalisée à partir du texte de Marc Bloch (1886-1944) [historien français], La société féodale. Paris: Les Éditions Albin Michel, Paris, 1982, 704 pages. Collection ‘L’évolution de l’Humanité’, tomes XXXIV et XXXIVbis. 1re édition 1939, 1940. Une édition numérique réalisée par Pierre Palpant, bénévole, Paris.

Table des matières

INTRODUCTION

TOME PREMIER : LA FORMATION DES LIENS DE DÉPENDANCE

PREMIÈRE PARTIE : LE MILIEU

Livre premier : Les dernières invasions

Musulmans et Hongrois : L’Europe envahie et assiégée. — Les Musulmans. — L’assaut hongrois. — Fin des invasions hongroises.

Les Normands : Caractères généraux des invasions scandinaves. — De la razzia à l’établissement. — Les établissements scandinaves. l’Angleterre. — Les établissements scandinaves : la France. — La christianisation du Nord. — A la recherche des causes.

Quelques conséquences et quelques enseignements des invasions : Le trouble. — L’apport humain : le témoignage de la langue et des noms. — L’apport humain : le témoignage du droit et de la structure sociale. — L’apport humain : problèmes de provenance. — Les enseignements.

Livre deuxième : Les conditions de vie et l’atmosphère mentale

Conditions matérielles et tonalité économique : Les deux âges féodaux. — Le premier âge féodal le peuplement. — Le premier âge féodal ; la vie de relations. — Le premier âge féodal : les échanges. — La révolution économique du second âge féodal.

Façons de sentir et de penser : L’homme devant la nature et la durée. — L’expression. — Culture et classes sociales. — La mentalité religieuse.

La mémoire collective : L’historiographie. — L’épopée.

La renaissance intellectuelle au deuxième âge féodal : Quelques caractères de la culture nouvelle. — La prise de conscience.

Les fondements du droit : L’empire de la coutume. — Les caractères du droit coutumier. — Le renouveau des droits écrits.

 

DEUXIÈME PARTIE  : LES LIENS D’HOMME   À  HOMME

Livre premier  : Les liens du sang.

La solidarité du  lignage : Les « amis charnels ». — La vendetta. — La solidarité économique.

Caractère  et  vicissitudes du lien de parenté : Les réalités de la vie familiale. – La structure du lignage. — Liens du sang et féodalité.

Livre deuxième  : La vassalité et le fief.

L’hommage vassalique : L’homme d’un autre homme. — L’hommage à l’ère féodale. — La genèse des relations de dépendance personnelle. — Les guerriers domestiques. — La vassalité carolingienne. — L’élaboration de la vassalité classique.

Le fief : « Bienfait » et fief : la tenure-salaire. — Le « chasement » des vassaux.

Tour d’horizon européen : La diversité française — Sud-Ouest et Normandie. — L’Italie. — L’Allemagne. — Hors de l’emprise carolingienne : l’Angleterre anglo-saxonne et l’Espagne des royaumes asturo-léonais. — Les féodalités d’importation.

Comment le fief passa dans le patrimoine du vassal : Le problème de l’hérédité : « honneurs » et simples fiefs. — L’évolution : le cas français. — L’évolution : dans l’Empire. — Les transformations du fief vues à travers son droit successoral. — La fidélité dans le commerce.

L’homme de plusieurs maîtres : La pluralité des hommages. — Grandeur et décadence de l’hommage lige.

Vassal et seigneur : L’aide et la protection. — La vassalité à la place du lignage. — Réciprocité et ruptures.

Le paradoxe de la vassalité : Les contradictions des témoignages. — Les liens de droit et le contact humain.

Livre troisième  : Les liens de dépendance dans les classes inférieures

La seigneurie : La terre seigneuriale. — Les conquêtes de la sei-gneurie. — Seigneur et tenanciers.

Servitude et liberté : Le point de départ : les conditions personnelles à l’époque franque. — Le servage français. — Le cas allemand. — En Angleterre : les vicissitudes du vilai-nage.

Vers les nouvelles formes du régime seigneurial : La stabilisation des charges. — La transformation des rapports humains.

TOME II : LES CLASSES ET LE GOUVERNEMENT DES HOMMES.

Livre premier : Les classes.

Les nobles comme classe de fait : La disparition des anciennes aristocraties du sang. — Des divers sens du mot « noble », au premier âge féodal. — La classe des nobles, classe seigneuriale. — La vocation guerrière.

La vie noble :  La guerre. — Le noble chez lui. — Occupa-tions et distractions. — Les règles de conduite.

La chevalerie :  L’adoubement. — Le code chevaleresque.

La transformation de la noblesse de fait en noblesse de droit : L’hérédité de l’adoubement et l’anoblissement. — Constitution des descendants de chevaliers en classe privilé-giée. — Le droit des nobles. — L’exception anglaise.

Les distinctions de classes à l’intérieur de la noblesse : La hiérarchie du pouvoir et du rang. — Sergents et chevaliers serfs.

Le clergé et les classes profession-nelles : La société ecclésiastique dans la féodalité. — Vi-lains et bourgeois.

Livre deuxième : Le gouvernement des hommes.

Les justices : Caractères généraux du régime judiciaire. — Le morcellement des justices. — Jugement par les pair, ou jugement par le maître ? — En marge du morcelle-ment : survivances et facteurs nouveaux.

Les pouvoirs traditionnels : royautés et Empire : Géographie des royautés. — Traditions et nature du pouvoir royal. — La transmission du pouvoir royal ; problèmes dynastiques. — L’Empire.

Des principautés territoriales aux châtellenies : Les principautés territoriales. — Comtés et châtel-lenies. — Les dominations ecclésiastiques.

Le désordre et la lutte contre le désordre : Les limites des pouvoirs. — La violence et l’aspira-tion vers la paix. — Paix et trêve de Dieu.

Vers la reconstitution des États : les évolutions nationales : Raisons du regroupement des forces. — Une monarchie neuve : les Capétiens. — Une monarchie archaïsante : l’Allemagne. — La monarchie anglo-normande faits de conquête et survivances germaniques. — Les nationalités. 

Livre troisième : La féodalité comme type social et son action.

La féodalité comme type social : Féodalité ou féodalités : singulier ou pluriel ? — Les caractères fondamentaux de la féodalité européenne. — Une coupe à travers l’histoire comparée.

Les prolongements de la féodalité européenne : Survivances et réviviscences. — L’idée guerrière et l’idée de contrat.

Retour au livre de l'auteur: Marc Bloch, historien (1886-1944) Dernière mise à jour de cette page le Lundi 15 août 2005 18:27
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref