RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Histoire politique de la Révolution française.
Origines et développement de la démocratie et de la République (1789-1804)
. [1913)
Table des matières


Une édition électronique réalisée à partir du texte d'Alphonse Aulard, Histoire politique de la Révolution française. Origines et développement de la démocratie et de la République (1789-1804). Paris : Librairie Armand Colin, 5e édition, 1913, 810 pp. Première édition, 1901. Une édition numérique réalisée par Claude Ovtcharenko, bénévole, journaliste à la retraite, France.

Table des matières

Avertissement

PREMIÈRE PARTIE

LES ORIGINES DE LA DÉMOCRATIE
ET DE LA RÉPUBLIQUE
1789-1792

chapitre i. L’idée républicaine et démocratique avant la Révolution.

I. Il n’y a pas en France de parti républicain. Opinions monarchistes : 1° des morts illustres : Montesquieu, Voltaire, d’Argenson, Diderot, d’Holbach, Helvétius, Rousseau, Mably ; 2° des vivants influents ou célèbres : Taynal, Condorcet, Mirabeau, Siéyès, d’Antraigues, La Fayette, Camille Desmoulins. — II. Les écrivains visent à introduire dans la monarchie des institutions républicaines, — III. Affaiblissement de la monarchie ; opposition des Parlements. — IV. Les Parlements empêchent la monarchie absolue de se réformer ; ils entravent l’établissement des Assemblées provinciales. — V. Influence de l’Angleterre et de l’Amérique. — VI. Jusqu’à quel point les écrivains sont-ils démocratiques ? — VII. État d’esprit démocratique et républicain.

chapitre ii. L’idée républicaine et démocratique au début de la Révolution.

I. Convocation des États généraux ; les cahiers. — II. Formation de l’Assemblée nationale. — III. Prise de la Bastille et révolution municipale. — IV. Déclaration des droits. — V. Conséquences logiques de la Déclaration.

chapitre iii. Bourgeoisie et démocratie. 1789-1790.

I. On ne tire de la Déclaration des droits, ni toutes les conséquences sociales, ni toutes les conséquences politiques. Il n’y a, à cette époque, ni socialistes ni républicains. — II. Organisation de la monarchie. — III. Organisation de la bourgeoisie en classe privilégiée. Régime censitaire. — IV. Mouvement démocratique. — V. Application du régime censitaire. — VI. Les revendications démocratiques s’accentuent.

chapitre iv. Formation du parti démocratique et naissance du parti républicain. 1790-1791.

I. Le parti démocratique. — II. La fédération. — III. Le premier parti républicain : le journal et le salon de Mme Robert. — IV. Premières manifestations socialistes. — V. Le féminisme : les Sociétés fraternelles des deux sexes. — VI. Campagne contre le régime bourgeois. — VII. Manifestations républicaines de décembre 1790 à juin 1791. — VIII. La politique humanitaire. — IX. Résumé.

chapitre v. La fuite à Varennes et le mouvement républicain. 21 juin-17 juillet 1791.

I. Caractère de Louis XVI. Importance historique de la fuite à Varennes. — II. Attitude de l’Assemblée constituante. — III. Attitude de Paris : le peuple, les sections, les clubs, la presse. — IV. Le retour du roi fait échec au parti républicain. — V. Polémiques sur la question république ou monarchie. Siéyès, Condorcet. — VI. Le mouvement républicain en province. — VII. Les démocrates et l’affaire du Champ de Mars.

chapitre vi. Les républicains et les démocrates après l’affaire du champ de Mars.

I. Scission et réaction après la journée du 17 juillet 1791. — II. Aggravation du système bourgeois. III. L’Assemblée constituante ferme toute voie légale à la démocratie et à la république. — IV. Restauration du pouvoir royal.

chapitre vii. Depuis la réunion de l’Assemblée législative jusqu’à la journée du 20 juin 1792.

I. Élections à l’Assemblée législative et abdication provisoire des partis démocratique et républicain. — II. Premiers actes et politique de la Législative. — III. L’opinion publique. — IV. Politique du roi. La déclaration de guerre à l’Autriche. Querelle de l’Assemblée et du roi. — V. Politique antirépublicaine de Robespierre. — VI. Journée du 20 juin 1792. — VII. Conséquences de cette journée.

chapitre viii. Les préparatifs du détrônement de Louis XVI.

I. Mesures prises par l’Assemblée législative contre le pouvoir royal. — II. L’esprit public en France en juillet-août 1792. — III. Les fédérés. — IV. Les journaux parisiens et le républicanisme. — V. L’agitation sectionnaire. — VI. Attitude de l’Assemblée législative.

__________________

DEUXIÈME PARTIE

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE
1792-1795

chapitre i. Chute du trône et établissement de la démocratie.

I. Suspension de Louis XVI. — II. Organisation du pouvoir exécutif. La Commune révolutionnaire. — III. Le suffrage universel.

chapitre ii. Évolution des idées politiques entre le 10 août et le 22 septembre 1792.

I. Adhésion de la France provinciale à la révolution du 10 août. — II. Mouvement contre Louis XVI et contre la royauté. — III. Attitude de l’Assemblée législative. — IV. Attitude du peuple de Paris. — V. Les journaux et les pamphlets. — VI. Élections parisiennes à la Convention. — VII. Le club des Jacobins. — VIII. Mouvement républicain en province. — IX. Élection des députés à la Convention. — X. Mouvement républicain dans ces élections. — XI. Projets de prendre un autre roi. — XII. Plans d’organisation de la république.

chapitre iii. Établissement de la République.

I. Abolition de la royauté (21 septembre 1792). — II. Établissement de la république (22 septembre 1792). — III. Comment l’opinion publique accueillit cet établissement.

chapitre iv. La constitution de 1793.

I. Le projet de Condorcet. — II. L’opinion. — III. Les débats à la Convention sur le projet de Condorcet. — IV. Le projet d’Hérault de Séchelles. — V. Discussion et adoption de ce projet. — VI. Caractère général de la constitution de 1793. — VII. Plébiscite d’acceptation. — VIII. Ajournement de cette constitution.

chapitre v. Le gouvernement révolutionnaire avant le 9 thermidor.

I. Définition du gouvernement révolutionnaire. — II. Le Conseil exécutif provisoire et les Commissions exécutives. — III. La Convention nationale : organisation, fonctionnement. — IV. Le Comité de sûreté générale. Le Comité de défense générale. Le Comité de salut public. — V. Les représentants en mission. — VI. Les sociétés populaires. Les Comités révolutionnaires. — VII. Le décret du 14 frimaire an II. — VIII. La Terreur. Le régime de la presse. Le Tribunal révolutionnaire. Lois terroristes. — IX. Caractère général du gouvernement révolutionnaire.

chapitre vi. Les opinions et les partis. Le royalisme avant le 9 thermidor.

I. Le royalisme en France au début de la République. — II. Le royalisme dans les régions insurgées : la Vendée, Lyon, Toulon. Attitude du comte de Provence. — III. Le royalisme dans les régions non insurgées.

chapitre vii. Les opinions et les partis. Girondins, Montagnards, Dantonistes. Septembre 1792 à juillet 1793.

I. Organisation du parti girondin. — II. Son programme politique. — III. Ses chefs. — IV. Organisation et programme du parti montagnard. — V. Ses chefs. — VI. Conflit de ces deux partis. — VII. Chute de Danton.

chapitre viii. Les opinions et les partis. La Montagne victorieuse. Robespierre, Hébert, Danton. Juillet 1793 à germinal an II.

I. Le fédéralisme. — II. La France montagnarde. — III. Le socialisme. — IV. Les Hébertistes et les Dantonistes.

chapitre ix. La politique religieuse avant le 9 thermidor.

I. Maintien de la constitution civile du clergé. Lois contre les prêtres réfractaires. — II. La déchristianisation. Le culte de la Raison. — III. La politique religieuse du Comité de salut public. Persistance du catholicisme. — IV. Le culte de l’Être suprême et Robespierre.

chapitre x. La révolution du 9 thermidor.

I. Causes de la chute de Robespierre. — II. Les journées des 8 et 9 thermidor an II. — III. Insurrection et défaite de la Commune et des robespierristes.

chapitre xi. La décadence du gouvernement révolutionnaire après le 9 thermidor.

I. La réaction thermidorienne. — II. Maintien du gouvernement révolutionnaire. — III. Réorganisation du pouvoir central. Décentralisation administrative. — IV. Les représentants en mission. Les Sociétés populaires. Les Comités révolutionnaires. — V. La Commune de Paris. — VI. La garde nationale. — VII. Le tribunal révolutionnaire. Révocation de diverses lois terroristes. — VIII. Le régime de la presse. — IX. Caractères généraux de la décadence du gouvernement révolutionnaire.

chapitre xii. Les opinions, les partis, la politique religieuse après le 9 thermidor.

I. Thermidoriens de gauche et thermidoriens de droite. Rentrée des Girondins. — II. Changement dans les mœurs. — III. Réaction contre la Terreur et les terroristes. — IV. Journées de germinal et de prairial. V. La Terreur blanche. — VI. Le royalisme. Le 13 vendémiaire. — VII. La politique religieuse : séparation de l’Église et de l’État.

__________________

TROISIÈME PARTIE

LA RÉPUBLIQUE BOURGEOISE
1795-1799

chapitre i. La Constitution de l’an III.

I. Mouvement d’opinion et débats préalables. — II. Suppression du suffrage universel. — III. Rétablissement du régime censitaire. — IV. Discussions à propos du régime censitaire. — V. Organisation du pouvoir législatif. — VI. Organisation du pouvoir exécutif. — VII. Organisation administrative et municipale. — VIII. Déclaration des droits. — IX. Caractère général de la Constitution. — X. Principales lois électorales organiques. — XI. Le plébiscite. — XII. Mise en activité de la Constitution.

chapitre ii. L’application de la Constitution de l’an III.

I. Caractère général de cette période. — II. Le régime électoral : élection des députés. — III. Le régime électoral : élection des fonctionnaires. — IV. Le Corps législatif : Conseil des Cinq-Cents et Conseil des Anciens. — V. Le Directoire exécutif et les ministres. — VI. Les commissaires du Directoire. La centralisation administrative. — VII. Les clubs. — VIII. Le régime de la presse périodique.

chapitre iii. Les opinions, les partis, la politique religieuse jusqu’au 18 fructidor.

I. Les serments et les partis. — II. Les républicains bourgeois ou directoriaux. — III. Les démocrates. Babeuf et le babouvisme. — IV. Les royalistes. — V. La politique religieuse : les fêtes nationales ; la théophilanthropie. — VI. La politique religieuse : le catholicisme. — VII. Le coup d’État du 18 fructidor.

chapitre iv. La politique religieuse, les opinions, les partis après le 18 fructidor.

I. La politique religieuse : le catholicisme. — II. La politique religieuse : le culte décadaire ; la théophilanthropie. — III. Le royalisme. — IV. Républicains directoriaux et républicains démocrates. Loi du 22 floréal an VI (11 mai 1798). — VI. Réapparition de la Terreur. — VII. Résurrection des Jacobins.

chapitre v. Chute du Directoire exécutif.

I. Causes générales du coup d’État du 18 brumaire. — II. Popularité de Napoléon Bonaparte. Son retour d’Égypte. — III. Préparatifs du coup d’État. — IV. Journée du 18 brumaire. — V. Journée du 19 brumaire. — VI. Suppression et remplacement du Directoire.

__________________

QUATRIÈME PARTIE

LA RÉPUBLIQUE PLÉBISCITAIRE
1799-1804

chapitre i. Le Consulat provisoire et la Constitution de l’an VIII.

I. Le 18 brumaire et l’opinion. — II. Politique des consuls provisoires. — III. Rédaction de la Constitution de l’an VIII. — IV. Analyse de cette constitution. — V. Le plébiscite d’acceptation.

chapitre ii. Le Consulat décennal.

I. Installation des pouvoirs publics. — II. Régime de la presse. — III. Organisation administrative. — IV. Nouvelles mœurs. — V. Effets de la victoire de Marengo à l’intérieur. Attentat, proscriptions, progrès du despotisme.

chapitre iii. La politique religieuse.

I. Le régime de la séparation de l’Église et de l’État sous le Consulat. Le culte décadaire. La théophilanthropie. — II. Les deux sectes catholiques. — III. Résultats généraux du régime de la séparation. — IV. Causes de la destruction de ce régime. — Le Concordat. — VI. Application du Concordat. — VII. Avantages nouveaux accordés à l’Église romaine.

chapitre iv. Le Consulat à vie.

I. Le plébiscite de l’an X. — II. Le sénatus-consulte organique du 16 thermidor an X (4 août 1802). — III. Retour aux formes monarchiques. — IV. L’opposition républicaine. Complots militaires. Bonapartisme des ouvriers. — V. Le royalisme. — VI. Complots ou prétendus complots : Cadoudal ; Pichegru et Moreau ; le duc d’Enghien. — VII. Établissement de l’empire. — VIII. Le sénatus-consulte organique du 28 floréal an XII (18 mai 1804). — IX. Disparition de la république. — X. Remarques générales sur la Révolution française.



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le samedi 18 juin 2011 15:27
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref