RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Paul Archambault, Initiation à la philosophie blondélienne
en forme de court traité de métaphysique
(1941).
Table des matières


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Paul Archambault, Initiation à la philosophie blondélienne en forme de court traité de métaphysique (1941). Paris Librairie Bloud & Gay, 1941, 127 pp. Collection: La Nouvelle Journée, n°8. Une édition numérique de Damien Boucard, bénévole, professeur d'informatique en section post-bac, en lycée, en Bretagne, France.

Table des matières

AVANT-PROPOS

NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE

CHAPITRE I - LE PROBLÈME MÉTAPHYSIQUE

I. - L’objet de la métaphysique

1  Un essai d’explication totale.
2  Une réponse au problème de la destinée.

II. - Méthodes inadéquates

1  L’expérience sensible.
2  L’abstraction.
3  La « raison pratique ».
4  L’intuition.

III. - Caractères d’une méthode vraiment philosophique

1  Méthode d’adéquation interne.
2  Méthode d’implication
3  Méthode d’immanence
4  Méthode d’intégration
5  Méthode génétique.
6  Méthode d’élimination.
7  Méthode d’expérimentation effective et personnelle.

IV.- Divisions et unité de la métaphysique

1  Trois parties.
2  Un seul problème final.

CHAPITRE II. — LA PENSÉE.

I. - Qu’est-ce que penser ?

1  Trois conceptions principales.
2  Ces trois conceptions s’impliquent.
3  Notion organique et unitive de la pensée.

II. - Les paliers de la pensée

1  Pensée cosmique.
2  Pensée organique.
3  Pensée psychique.
4  Pensée pensante.
5  La raison et ses principes.

III. - La double fonction de la pensée

1  Pensée noétique et pensée pneumatique.
2  Connaissance notionnelle et connaissance réelle.
3  Pensée et action.

IV. - Grandeur et déficience de la pensée. Vers la pensée parfaite.

1  La pensée est dans l’être.
2  La pensée est de l’être.
3  « Salubre humanisme ».
4  Rien de tout cela n’est absolument rassasiant.
5  Le problème de la pensée parfaite.

CHAPITRE III. — L’ETRE

I. - L’être est-il ?

1  Pas de scepticisme absolu possible.
2  Pas de question préalable légitime.
3  Le problème idéalisme-réalisme est un faux problème.
4  Mais il s’en faut que tout soit au même sens et au même degré.

II. - Où et à quelles conditions y a-t-il être ?

1  Unité interne.
2  Activité efficace.
3  Consistance et subsistance.

III. - La hiérarchie des êtres

1  La matière.
2  Les vivants.
3  Les esprits

IV. - Ontologie et ontogénie

1  Un univers diversifié.
2  Un univers organique.
3  Un univers hiérarchisé.
4  Un univers dynamique.
5  Un univers dramatique.

V. - Vers l’être en soi

1  les êtres ne sont pas encore l’etre.
2  le problème de l’être en soi.

CHAPITRE IV. — L’ACTION

I. - Qu’est-ce qu’agir ?

1  Il n’y a pas plus de passivité pure que de spontanéité absolue.
2  L’action n’est jamais toute transitive ni toute immanente.
3  Vivante union de la cause efficiente et de la cause finale.
4  L’achèvement d’une virtualité, dans un état de perfection relative.

II. - De l’énergie matérielle à la liberté humaine

1  L’énergie matérielle.
2  La spontanéité vivante.
3  L’action humaine.
4  La liberté.

III. - Les étapes de l’action humaine

1  Jouer et jouir ?
2  Le néant ?
3  Le phénomène.
4  Le sujet.
5  La société.
6  L’ordre idéal.
7  L’idolâtrie.

IV. - Vers le pur agir

1  Apparent avortement de l’action humaine.
2  Indestructibilité du vouloir humain.
3  Le problème du pur agir.

CHAPITRE V. — DIEU

I. - L’inévitable transcendance

1  Dans notre pensée il y a plus que notre pensée.
2  Dans notre être il y a plus que notre être.
3  Dans notre action il y a plus que notre action.
4  Dans l’immanence même de notre vie spontanée une inévitable transcendance partout se révèle (Deus superior summo meo, Deus interior intimo meo).

II. - Les preuves

1  En toute rigueur, il n’y a pas d’athées.
2  Rôle des preuves.
3  Leurs différentes formes
4  Leur unité profonde.
5  Leur insuffisance.

III. - Le mystère de la vie divine

1  Les noms divins.
2  Un seul et même Dieu.
3  L’être unique et trine

IV. - La création

1  L’Etre et les êtres.
2  Secret de charité.
3  Panthéisme et panenthéisme.
4  Le problème du mal.

CHAPITRE VI. — NOTRE DESTINÉE SPIRITUELLE

I. - L’option

1  Omnia intendunt assimilari Deo.
2  Mourir à soi pour naître à Dieu.
3  L’option porte au delà du temps.
4  Un infini s’y trouve engagé.

II. - La mort spirituelle

1  L’être déchiré.
2  Le péché.
3  Le dam.

III. - L’accès à la vie spirituelle

1  Reconnaître la présence active du transcendant en nous.
2  Avouer notre impuissance à nous unir à lui.
3  L’hypothèse du surnaturel.
4  Accorder notre pensée.
5  Discipliner et purifier notre vie.

CONCLUSION

Insuffisance et surabondance

APPENDICES

I - Bergsonisme et blondélisme
II - Les méthodes de la connaissance « réelle »
III. - Le « Vinculum substantiale »
IV. - La « normative »

Index



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le lundi 25 janvier 2010 15:58
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref