RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Connaissance de l'homme.
Étude de caractérologie individuelle (1927):
Préface


Une édition électronique réalisée à partir du livre d'Alfred Adler (1927), Connaissance de l'homme. Étude de caractérologie individuelle. Traduction française de l'Allemand par Jacques Marty, 1949. Paris : Éditions Payot, 1966, 250 pages. Collection Petite bibliothèque Payot, no 90. Ouvrage précédemment publié en français dans la collection Bibliothèque scientifique.


PRÉFACE
par Leland E. Hinsie,
professeur de psychiatrie à l'Université Columbia


Se connaître et se comprendre soi-même, telle est la condition primordiale du bonheur. Un homme moyen peut aujourd'hui y parvenir en une mesure et suivant une voie qui restaient inaccessibles il y a seulement cinquante ans. Ce qui est requis en l'espèce, c'est tout d'abord le désir sincère de se regarder aussi bien qu'autrui avec autant d'objectivité que peut nous en procurer l'observation quotidienne ainsi que les travaux écrits provenant de ceux qui ont consacré leurs investigations professionnelles à l'étude de la nature humaine.

Alfred Adler était essentiellement un être humain doué d'autant de bonté que de franchise, loyal dans ses appréciations des gens qui recherchaient son appui, et sincère dans l'exposé et la propagation des vérités telles qu'il les voyait au cours de ses vastes expériences. Il se sentait irrésistiblement porté à inviter son prochain à réfléchir sur soi-même et sur les autres, car il savait que la meilleure compréhension émanant d'une appréciation des sources mêmes de la nature humaine donne à l'individu un sentiment de sécurité qu'il ne saurait obtenir aussi profondément en suivant toute autre voie.

Conscient de la nature éminemment scientifique de l'objet auquel il avait consacré sa vie, et particulièrement apte à fixer l'intérêt de ceux pour qui les mots psychiatrie et psychologie présentent un aspect mystérieux ou redoutable, Adler se trouvait en excellente posture pour jouer un rôle de premier plan dans la propagation de la connaissance des faits essentiels concernant les sources de la conduite humaine. Il savait pouvoir servir au mieux son prochain, en ne cessant d'insister sur la position inférieure où les enfants se trouvent placés en venant au monde et sur leurs efforts au cours des années pour passer de la dépendance infantile à l'indépendance de l'âge adulte.

Adler soulignait avec force l'importance des influences familiales et sociales sur l'enfance et la première adolescence de l'être humain. Comme d'autres, notamment Freud, il montrait que, dans une grande mesure, les cadres mêmes de la position adulte sont posés dès les toutes premières années de l'existence. L'enfant n'a pas seulement à combattre ses propres impulsions biologiques, mais aussi celles de ses parents, de ses frères et sœurs, plus tard celles de ses instituteurs. Dans la grande majorité des cas, la manière suivant laquelle les propres tendances de l'enfant se combinent à celles de ses parents en particulier détermine pour une part importante le succès ou l'échec des situations où il se trouvera une fois devenu adulte. Adler développe ce point de vue avec une clarté spéciale pour le grand public à qui s'adressent ses remarques. Il comprenait très bien le genre d'information le plus accessible à ceux pour qui cette façon de considérer les choses était nouvelle. Avant cette époque, on concevait la nature humaine à la lumière des forces physiques, des activités du corps. On croyait que le remède aux altérations de la nature humaine devait se demander aux recherches poursuivies sur le terrain de la médecine organique. Initiés à la science du corps, Adler et ses contemporains ne vinrent bientôt à reconnaître par leurs expériences pratiques que beaucoup de maux dont souffrent les êtres humains se laissent comprendre et traiter d'après les cadres personnels habituels basés sur les relations établies de bonne heure entre individus.

Disciple de Freud, Adler, comme il arrive fréquemment, différait de son maître dans le domaine de la pratique aussi bien que de la pensée. Néanmoins, il resta toujours attaché au concept de ce conflit émotionnel qui joue un rôle décisif dans les déviations mentales. Le présent ouvrage illustre bien ses idées fondamentales.

Pour ceux qui s'aheurtent aux conditions de leur vie, pour ceux qui sont en peine de découvrir la source générale de leurs déconvenues, et qui aspirent à obtenir un soulagement, Connaissance de l'homme d'Adler sera un guide plein de promesses.

Leland E. Hinsie,

Professeur de psychiatrie à l'Université Columbia.

Retour au texte de l'auteur: Alfred Adler Dernière mise à jour de cette page le Jeudi 11 juillet 2002 07:14
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref