RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Connaissance de l'homme.
Étude de caractérologie individuelle (1927):
Avertissement pour l'édition française


Une édition électronique réalisée à partir du livre d'Alfred Adler (1927), Connaissance de l'homme. Étude de caractérologie individuelle. Traduction française de l'Allemand par Jacques Marty, 1949. Paris : Éditions Payot, 1966, 250 pages. Collection Petite bibliothèque Payot, no 90. Ouvrage précédemment publié en français dans la collection Bibliothèque scientifique.


Avertissement pour l'édition française

Paul Plottke, Ancien professeur au Collège Sainte-Barbe.



A propos du terme de caractérologie qui figure dans le sous-titre du présent ouvrage, il convient de remarquer que la caractérologie adlérienne n'est pas abstraite et typologique comme la caractérologie française, mais concrète et individuelle. Puisque l'existence unique de l'homme, son « drame » (George Politzer) est l'objet de ses investigations, on pourrait aussi considérer Connaissance de l'Homme comme un petit traité de caractérologie existentielle.

Avec son étude du caractère nerveux : Ueber den Nervösen Charakter (Le Tempérament Nerveux, Psychologie individuelle comparée et applications à la psychothérapie, Paris, 1947), Adler s'adressait surtout aux médecins et psychiatres. Menschenkenntnis (Connaissance de l'Homme), tout en étant plus systématique, est plus accessible au grand public que Le Tempérament Nerveux. On peut donc considérer l'étude de Connaissance de l'Homme comme une préparation à celle du Tempérament Nerveux et qui s'impose à ceux qui ont professionnellement affaire à des êtres désorientés et déséquilibrés.

Voici ce qui s'est passé entre la publication de ces deux ouvrages : l'Université de Vienne avait refusé d'accepter Le Tempérament Nerveux comme une thèse donnant à son auteur « la maîtrise de conférences » (la psychologie adlérienne n'est enseignée à l'Université de Vienne que depuis 1946). C'est pourquoi, après la guerre de 1914-1918, Adler donna une longue série de conférences sur sa nouvelle science à l'Université Populaire de Vienne, et non seulement un grand public les suivit, mais des étudiants toujours plus nombreux des Facultés vinrent l'entendre. Telle est l'origine de Connaissance de l'Homme.

Au mois de mai 1937, peu avant sa mort, j'eus l'occasion de m'entretenir avec Adler à Paris, et de lui dire mon étonnement que son livre Connaissance de l'Homme, traduit en tant de langues étrangères, n'eût pas encore été publié en français.

Eh bien! douze ans après la dernière visite d'Adler à Paris, les lecteurs de ce livre le trouveront, je crois, toujours aussi merveilleux que le premier jour - pour employer une expression de Goethe.

Étant donné l'incompréhension entre les grandes personnes et les jeunes, entre les adultes et les adolescents, et de nous-mêmes pour nous-mêmes, cet ouvrage d'Adler est appelé à rendre de grands services, en vue d'une meilleure compréhension mutuelle des humains, condition essentielle pour l'amélioration de la vie sociale tout entière.

Retour au texte de l'auteur: Alfred Adler Dernière mise à jour de cette page le Jeudi 11 juillet 2002 07:17
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref