RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Théorie de la propriété (1862)
Avertissement


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Pierre-Joseph Proudhon (1862), Théorie de la propriété. Un ouvrage publié originalement par A. Lacroix, Verboeckhover et Cie., éditeurs, 1866. Montréal-Paris: L'Harmattan Éditeur, 1997, 246 pages. Collection Les Introuvables.

AVERTISSEMENT

de J.A. Langlois, F.G. Bergmann, G. Duchène et F. Delhasse.


Dans la préface placÉe en tête dit livre de l'Art, nous avons pris l'engagement de dire au publie en quel état se trouve le manuscrit de chacune des œuvres posthumes de Proudhon.

Celui que nous publions aujourd'hui contenait deux notes ainsi conçues :

I. « Avertir le lecteur de bien distinguer cette forme de posséder (la possession) que tout le monde, savants et ignorants, même des légistes, confond avec la PROPRIÉTÉ, donnant le nom de celle-ci à l'autre. »

II « PROPRIÉTÉ. Donner une analyse exacte et « ferme de toutes mes critiques :

« 1er Mémoire (1840);
« 2e Mémoire (1841);
« 3e Mémoire (1842);
« Création de l'ordre (1843)
« Contradictions économiques (1846) ;
« Le Peuple, etc. (1848- 1852) ;
« De la Justice (1858);
« De l'Impôt (1860);
« De la Propriété littéraire (1862) .»


Proudhon ne voulait pis faire paraître, sa Théorie de la Propriété, bien qu'elle fût prête, dès 1862, ainsi qu'il l'annonçait, dans ses Majorats littéraires, avant que le programme tracé dans les deux notes précédentes, et surtout dans la seconde, fût rempli. L'auteur n'ayant pas eu le temps de faire lui-même ce travail, nous avons cru, dans l'intérêt de si mémoire, qu'il nous incombait de le suppléer. il s'agissait principalement pour lui de montrer que ses idées sur la propriété s'étaient développées suivant une série rationnelle dont le dernier terme avait toujours son point de départ dans le terme précédent, et que sa conclusion actuelle n'a rien de contradictoire avec ses prémisses.

Ce résumé forme les soixante-deux premières pages de l'Introduction. Nous y avons pris la forme Je, comme si Proudhon parlait lui-même : 1º parce que l'idée de cette analyse lui appartient; 2º parce que ce travail tracé d'avance ne, constitue pas de notre part une production personnelle, originale; 3º parce qu'il se compose en grande partie de citations textuelles de l'auteur; 4º parce que nous y avons intercalé quelques-unes de ses notes inédites; 5º enfin parce que, dans les dernières ages du chapitre, Proudhon prend la parole comme s'il avait fait lui-même ce résumé.

Le lecteur ainsi averti, nous n'avons pas hésité a citer, à l'appui des idées de l'auteur, un fait judiciaire qui s'est passé depuis sa mort, et qui a inspiré à .M. Eugène Paignon un de ses meilleurs articles (voir Introduction, page 10).

Dans le reste de l'ouvrage nous n'avons fait , comme dans le livre de l'Art, que de l'agencement, de la mise en ordre ; choisissant, entre plusieurs expressions d'une même idée, la plus lucide, la plus complète ; reportant aux chapitres qu'elles concernent les notes éparses, complémentaires, explicatives, dont la place était naturellement indiquée par leur contenu.

Ajoutons enfin que les divisions par chapitres n'étaient pas faites, mais que les titres se trouvent tout entiers en forme de sommaire à la première page dit manuscrit.

J. A. LANGLOIS,
F.G. BERGMANN.
G. DUCHÊNE
F. DELHASSE.


Retour au livre de l'auteur: Pierre-Joseph Proudhon Dernière mise à jour de cette page le samedi 4 novembre 2006 11:27
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref