RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (1851)
Préface de l'auteur à la 2e édition allemande, 1869


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Karl Marx (1851), Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte. Paris: Les Éditions sociales, 1969, 162 pp. Collection: Classiques du marxisme. Traduction française à partir de la 3e édition allemande. Une édition numérique de Claude Ovtcharenko, journaliste à la retraite dans le sud de la France.

Préface de l'auteur
à la 2e édition allemande, 1869.


Mon ami Joseph Weydemeyer, mort prématurément, se proposait de publier, à partir du 1er janvier 1852, une revue politique hebdomadaire à New York. Il me demanda d’écrire pour cette publication l’histoire du coup d’état. Je lui fis parvenir toutes les semaines, jusqu’à la mi-février, des articles intitulés : « Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte ». Entre temps, el plan primitif de Weydemeyer avait échoué. Mais il publia, au printemps de l’année 1852, une revue mensuelle intitulée La Révolution, dont le second [1] numéro est constitué par le « 18 Brumaire ». Quelques centaines d’exemplaires en furent alors envoyés en Allemagne, mais sans pouvoir cependant être placés en librairie. Un libraire allemand, qui se donnait comme radical avancé et auquel j’en proposai la diffusion, répondit en manifestation son effroi vertueux d’une proposition aussi « inopportune ».

On voit, par ce qui précède, que l’ouvrage ci-dessous est né sous la pression des événements et que la matière historique qu’il traite ne dépasse pas le mois de février 1852. Sa réédition actuelle est due, en partie, aux demandes de librairie et, en partie, aux instances de mes amis d’Allemagne.

Parmi les ouvrages qui, à peu près à la même époque, traitaient le même sujet, deux seulement méritent d’être mentionnés : Napoléon le Petit, de Victor Hugo, et Le Coup d’État, de Proudhon.

Victor Hugo se contente d’invectives amères et spirituelles contre l’auteur responsable du coup d’état. L’événement lui-même lui apparaît comme un éclair dans un ciel serein. Il n’y voit que le coup de force d’un individu. Il ne se rend pas compte qu’il le grandit ainsi, au lieu de le diminuer, en lui attribuant une force d’initiative personnelle sans exemple dans l’histoire. Proudhon, lui s’efforce de représenter le coup d’État comme le résultat d’un développement historique antérieur. Mais, sous sa plume, la construction historique du coup d’état se transforme en une apologie du héros du coup d’état. Il tombe ainsi dans l’erreur que commettent nos historiens soi-disant objectifs. Quant à moi, je montre, par contre, comment la lutte des classes en France créa des circonstances et une situation telles qu’elle permit à un personnage médiocre et grotesque de faire figue de héros.

Un remaniement de l’ouvrage ci-dessous lui aurait enlevé sa couleur particulière. Je me suis donc borné à corriger les fautes d’impression et à supprimer les allusions qui ne seraient plus comprises aujourd’hui.

Ce que je disais dans la phrase finale de mon ouvrage : « Mais lorsque le manteau impérial tombera finalement sur les épaules de Louis Bonaparte, la statue d’airain de Napoléon s’écroulera du haut de la colonne Vendôme », s’est déjà réalisé.

Le colonel Charras a, le premier, engagé l’offensive contre le culte de Napoléon dans son ouvrage sur la campagne de 1815. Depuis, et notamment au cours de ces dernières années, la littérature française, au moyen des armes de la recherche historique, de la critique, de la satire et de l’ironie, a donné le coup de grâce à la légende de Napoléon. Hors de France, cette rupture violente avec les croyances populaires traditionnelles, cette immense révolution intellectuelle, a été peu remarquée et encore moins comprise.

En fin de compte, j’espère que cet ouvrage contribuera à écarter le terme couramment employé aujourd’hui, particulièrement en Allemagne, de césarisme. Dans cette analogie historique superficielle, on oublie le principal, à savoir que, dans l’ancienne Rome, la lutte des classes ne se déroulait qu’à l’intérieur d’une minorité privilégiée, entre les libres citoyens riches et les libres citoyens pauvres, tandis que la grande masse productive de la population, les esclaves, ne servait que de piédestal passif aux combattants. On oublie la phrase célèbre de Sismondi : « Le prolétariat romain vivait au dépens de la société, tandis que la société moderne vit aux dépens du prolétariat. » Étant donné la différence complète entre les conditions matérielles, économiques de la lutte des classes dans l’antiquité et dans les temps modernes, les formes politiques qui en découlent ne peuvent pas avoir plus de ressemblance entre elles que l’archevêque de Canterbury avec le grand prêtre Samuel.

Londres, 23 juin 1869.

Karl Marx


[1] C’est en réalité dans le premier numéro de La Révolution que parut l’œuvre de Marx.


Retour à l'auteur: Karl Marx Dernière mise à jour de cette page le mardi 30 décembre 2008 9:14
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref