RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Ibn Khaldoun
(732-808 de l’hégire, 1332-1406 de J.C.)
Historien, philosophe, sociologue, juge, enseignant, poète, aussi bien qu’homme politique.



Extraits de l'autobiographie.

« La famille Khaldoun est originaire de Séville ; elle se transporta à Tunis vers le milieu du VIIe siècle (de l’hégire), lors de l’émigration qui eut lieu après la prise de Séville par Ibn Adfonch, roi des Galiciens...

Nous tirons notre origine de Hadramaout, tribu arabe du Yémen, et nous nous rattachons à ce peuple dans la personne de Ouaïl Ibn Hodjr, chef arabe qui fut un des Compagnons du Prophète….

Je naquis à Tunis, le premier jour du mois de ramadan 732, et je fus élevé sous les yeux de mon père jusqu’à l’époque de mon adolescence. J’appris à lire le saint Coran sous un maître d’école nommé Abou Abd Allah Mohammed Ibn Saad Ibn Boral el‑Ansari, originaire de Djaïala, lieu de la province de Valence (en Espagne)… Je cultivai l’art de la grammaire sous la direction de mon père, et avec l’aide de plusieurs émi­nents maîtres de la ville de Tunis…… J’étudiai le droit à Tunis sous plusieurs maîtres, savoir … Je pourrais citer encore les noms de divers cheïkhs tunisiens sous lesquels je fis des études, et desquels je tiens de bons certificats et des idjaza. Ils moururent tous à l’époque de la grande peste.

(Je suis nommé écrivain de l’alama par le gouvernement de Tunis ; je passe ensuite dans le Maghreb, où je deviens secrétaire du sultan Abou Eïnan).

…J’acceptai donc la charge d’écrivain de l’alama, mais avec l’espoir de pouvoir accomplir mon projet et passer dans le Maghreb….

…Je partis alors de Biskera avec l’intention de me rendre auprès du sultan Abou Eïnan, qui se trouvait à Tlemcen, et, arrivé à El-Bat’ha, je rencontrai Ibn Abi Amr. Cet officier me donna tant de marques d’honneur que j’en fus surpris, et me ramena avec lui à Bougie, dont je le vis prendre possession….

Quand le sultan Abou Eïnan fut rentré à Fez et que les savants eurent commencé à se réunir chez lui, on parla de moi dans une de ces assemblées,…

Vers la fin de l’année 756, le sultan Abou Eïnan m’attacha à son service en me nommant à un emploi dans son secrétariat. Il m’accorda aussi un haut témoignage de sa faveur en me permettant de prendre part aux discussions dont on s’occupait dans les réunions littéraires qui se tenaient chez lui, et en me choisissant pour écrire, sur chaque pièce et document soumis à son examen, la réponse qu’il jugeait convenable. Ceci souleva bien des jalousies… Il me fit donc arrêter, maltraiter et em­prisonner… ma détention se prolongea jusqu’à la mort du sultan, événement qui eut lieu environ deux années plus tard. 

(Le sultan Abou Salem me nomme secrétaire d’État et directeur de la chancellerie).

Abou Salem, ayant passé d’Espagne en Afrique avec l’intention de prendre possession du trône, s’établit dans le Safiha, montagne du pays des Ghomara. Pendant ce temps le khatîb  Ibn Merzouc agis­sait secrètement à Fez afin de lui procurer des partisans, et, connais­sant les liaisons d’amitié qui m’attachaient aux principaux chefs Mérinides, il eut recours à mes services dans l’espoir de gagner ces officiers ; et, en effet, je décidai la plupart d’entre eux à promettre leur appui au prince.

Il y avait seulement quinze jours que je m’étais rallié à lui, et maintenant je me trouvais faisant partie de son cortège. Il me sut bon gré de l’empressement que j’avais mis à embrasser sa cause, et je devins son secrétaire privé, chargé de rédiger et d’écrire sa correspondance. Je rédigeais la plupart de ces pièces dans un style simple et facile, bien que je fusse alors sans rival dans l’art de donner aux phrases le tour cadencé qui caractérise la prose rimée.

Je me mis alors à cultiver la poésie, et je composai un grand nombre de pièces qui étaient, du reste, assez médiocres 

Vers la fin de son règne, Abou Salem me chargea du redressement des griefs, et me procura ainsi l’occasion de faire droit aux justes réclamations de bien du monde ; j’espère que Dieu m’en tiendra compte !

Le vizir Omar, s’étant mis à la tête des affaires, me confirma dans mes fonctions et m’accorda une augmentation d’ictâ et de traitement. Mais l’imprudence de la jeunesse me porta à viser plus haut, et à compter sur l’amitié d’Omar pour en user très familièrement avec lui.

J’obtins l’autorisation d’aller où je voudrais, excepté à Tlemcen. Je me décidai pour l’Espagne, et, au commencement de l’an 764, j’envoyai ma femme et mes enfants à Constantine, pour y rester auprès de leurs oncles maternels. Ensuite je me mis en route pour Ceuta.

J’écrivis à Ibn el-Ahmer, sultan de Grenade, et à son vizir Ibn el-Khatîb, pour les informer de ce qui m’était arrivé, et je partis ensuite pour Grenade. Le huitième jour du premier rebiâ 764, je m’approchai de la ville, et le sultan, qui s’était empressé de faire tapisser et meubler un de ses pavillons pour ma réception, envoya au-devant de moi une cavalcade d’hon­neur, composée des principaux officiers de la cour. Dès ce moment le sultan me plaça au premier rang parmi les personnes de sa société, et me fit son confident, le compagnon de ses promenades et de ses plaisirs.

L’année suivante il m’envoya en mission auprès de Pierre, fils d’Alphonse et roi de Castille… Le roi Pierre voulut alors me garder auprès de lui ; il offrit même de me faire rendre l’héritage de mes ancêtres à Séville, lequel se trouvait alors dans la possession de quelques grands de son empire ; mais je m’excusai d’accepter sa proposition.

…Mes ennemis secrets et de vils calomniateurs parvinrent, dans la suite, à éveiller les soupçons du vizir… Je reçus des lettres du sultan Abou Abd Allah (Mohammed), seigneur de Bougie, par lesquelles il m’apprit qu’il avait obtenu possession de cette ville dans le mois de ramadan 765, et qu’il désirait m’a­voir auprès de lui. Je demandai aussitôt au sultan Ibn el-Ahmer la permission d’aller joindre ce prince… Il consentit avec un vif regret à mon départ… je m’embarquai au port d’Almeria, et, après quatre jours de navigation, j’arrivai à Bougie, où le sultan Abou Abd Allah avait fait de grands préparatifs pour me recevoir. Tous les fonctionnaires de l’État vinrent à cheval au-devant de moi ; les habitants de la ville se précipitèrent de tous les côtés pour me toucher et me baiser la main ; c’était vraiment un jour de fête !

(Bougie, où je deviens hadjeb avec une autorité absolue).

…. Peu de temps après, je m’aperçus qu’on travaillait à me desservir auprès du sultan, en me représentant comme un homme très dangereux, et je me décidai à demander mon congé. 

(Je passe au service du sultan Abou‑Hammou, seigneur de Tlemcen).

… Le sultan Abou Hammou, ayant pris la résolution de marcher contre Bougie, m’écrivit d’aller le joindre, car il avait appris mon départ de cette ville… il m’informa qu’il m’avait choisi pour remplir auprès de lui les fonctions de hadjeb et d’écrivain de l’alama.

Mon frère Yahya, qui avait effectué son évasion de Bône, vint alors à Biskera me rejoindre, et je l’envoyai auprès d’Abou Hammou comme mon lieutenant, ne voulant pas affronter moi-même les périls de cet office. D’ailleurs j’étais revenu des séductions du pouvoir, et, comme j’avais négligé depuis longtemps la culture des sciences, je désirais m’abstenir de la politique pour m’appliquer à l’étude et à l’enseignement  

(J’embrasse le parti du sultan Abd el‑Aziz, souverain du Maghreb (Maroc)).

…. Quand Abou Hammou reçut la nouvelle de l’occupation de Tlemcen par le sultan Abd el-Azîz, il se hâta de quitter El-Bat’ha avec sa famille et ses partisans, les Beni Amer. Le sultan … se rappelant alors l’influence que j’exerçais sur les chefs des tribus rîahides, se décida à m’envoyer auprès d’elles afin de les gagner à sa cause. J’étais alors installé dans le couvent de Bou Medîn, avec l’intention de renoncer au monde, et j’avais déjà commencé un cours d’enseignement quand je reçus du sultan l’invitation de me rendre auprès de lui. Il m’accueillit avec tant de bonté que je ne pus refuser la mis­sion dont il voulait me charger….

… J’appris que le sultan était mort de maladie et que son fils, Abou Bekr es‑Saîd, enfant en bas âge, avait été proclamé par Ibn Ghazi… J’allai tout de suite me présenter au vizir Ibn Ghazi. Le vizir me fit l’accueil le plus honorable et le plus amical ; il surpassa même mon attente dans les traitements et les ictâ qu’il m’ac­corda. Je conservai ainsi ma position à la cour ; je jouissais de la considération publique, et j’occupais une place élevée dans le con­seil du gouvernement…. Je restais à l’ombre tutélaire du gouvernement, et je m’adonnais à l’é­tude et à l’enseignement. 

(Je fais un second voyage en Espagne, ensuite je retourne à Tlemcen, d’où je passe chez les Arabes nomades).

… Je fixai mon séjour chez eux, et ils envoyèrent à Tlemcen chercher ma famille et mes enfants. Ils promirent aussi de représenter au sultan que j’étais dans l’impossibilité de remplir la mission dont il m’avait chargé ; en effet ils lui firent agréer mes excuses. Je m’établis alors avec ma famille à Calât Ibn Selama, château fort situé dans le pays des Beni Toudjîn et que les Douaouïda tenaient du sultan comme ictâ. J’y demeurai quatre ans, tout à fait libre de soucis, loin du tra­cas des affaires, et j’y commençai la composition de mon ouvrage (sur l’histoire universelle). Ce fut dans cette retraite que j’achevai les Prolé­gomènes, ouvrage dont le plan était tout à fait original, et pour l’exécution duquel j’avais pris la crème d’une énorme masse de renseignements.

autographe d’Ibn Khaldoun

En me fixant à Calât Ibn Selama, je m’installai dans un grand et solide pavillon qu’Abou Bekr Ibn Arîf y avait fait bâtir. Pendant le long séjour que je fis dans ce château, j’avais oublié complètement le royaume de Maghreb et celui de Tlemcen pour m’occuper unique­ment du présent ouvrage. Lorsque je passai à l’Histoire des Arabes, des Berbers et des Zenata, après avoir terminé les Prolégomènes, je désirai beaucoup consulter plusieurs livres et recueils qui se trouvent seulement dans les grandes villes ; j’avais à corriger et à mettre au net un travail presque entièrement dicté de mémoire ; mais vers ce temps je fis une maladie tellement grave, que, sans la faveur spéciale de Dieu, j’y aurais succombé.

Poussé par le désir de me rendre auprès du sultan Abou ’l-Abbas et de revoir Tunis, la demeure de mes pères, ville qui montre encore plusieurs traces de leur existence et qui renferme leurs tombeaux, je me mis à solliciter de ce prince la permission de rentrer sous l’auto­rité du gouvernement hafside. Peu de temps après, je reçus des lettres de grâce et l’invitation d’aller le trouver sans retard. 

J’arrivai à Tunis au mois de châban de la même année (nov. déc. 1378 de J. C.), et, m’y étant installé sous la protection du sultan, je jetai le bâton de voyage. Ma famille étant venue m’y rejoindre, nous nous trouvâmes enfin réunis dans le champ de bonheur que ce prince nous avait ouvert.

Aussitôt que je fus arrivé à Tunis, les étudiants et même les propres élèves d’Ibn Arefa vinrent me prier de leur donner des leçons, et, comme je cé­dai à leur demande, ce docteur en fut profondément blessé. Il en­voya même des sommations formelles à la plupart d’entre eux pour les obliger à me quitter ; mais ils n’y firent aucune attention, ce qui ajouta encore à la haine qu’il me portait. …Vers le même temps, les courtisans tâchèrent d’indisposer le sultan contre moi ; ils travaillèrent, d’un commun accord, à me calomnier et à me nuire ; mais le prince ne fit aucune attention à leurs paroles. Comme il recherchait toujours de nouvelles connaissances dans les sciences et dans l’histoire, il m’avait chargé de travailler à l’achève­ment de mon ouvrage ; aussi, lorsque j’eus terminé l’histoire des Berbers et des Zenata, et mis par écrit tous les renseignements que je pus recueillir au sujet des deux dynasties et des temps anté‑isla­miques, j’en fis une copie pour sa bibliothèque. 

…. Sachant qu’il y avait dans le port un navire apparte­nant à des négociants d’Alexandrie et chargé de marchandises pour cette destination, j’implorai le sultan afin qu’il me laissât partir pour la Mecque. Ayant obtenu son consentement, je me rendis au port, suivi d’une foule d’étudiants, et des personnages les plus éminents de la cour et de la ville. Après leur avoir fait mes adieux, je m’embarquai, le 15 du mois de chaban (25 octobre 1382)… Le 1er du mois de chouwal, nous arrivâmes au port d’Alexandrie, après une traversée d’environ quarante jours… Je passai un mois à Alexandrie dans les pré­paratifs pour le pèlerinage ; mais des circonstances m’ayant empêché, cette année-ci, de me mettre en route, je me rendis au Caire.

Le 1er du mois de dou ’l-hiddja (5 février 1383) j’entrai dans la métropole de l’univers, le jardin du monde, la fourmilière de l’espèce humaine, le portique de l’islamisme, le trône de la royauté, ville embellie de châteaux et de palais, ornée de couvents de derviches et de collèges, éclairée par des lunes et des étoiles d’érudition. Sur chaque bord du Nil s’étendait un paradis ; le courant de ses eaux rem­plaçait, pour les habitants, les eaux du ciel, pendant que les fruits et les biens de la terre leur offraient des salutations. Je traversai les rues de cette capitale, encombrées par la foule, et ses marchés, qui regorgeaient de toutes les délices de la vie.

Peu de jours après mon arrivée, les étudiants vinrent en foule me prier de leur donner des leçons. Malgré mon peu de savoir, il me fallut consentir à leur désir. On me présenta ensuite au sultan, qui m’accueillit avec beaucoup d’affabilité et m’assigna une pension sur les fonds de ses aumônes, selon sa manière habituelle d’agir envers les savants. J’espérais alors que ma famille viendrait me rejoindre ; mais le sultan de Tunis l’empêcha de partir, dans l’espoir de me ramener auprès de lui. Pour lui faire changer d’avis, il me fallut avoir recours à la mé-diation du sultan égyptien.

… En l’an 786 (1384 de J. C.), le sultan déposa le cadi malékite, et me fit l’honneur de me désigner pour remplir la place vacante…. Pour ne laisser aucune prise à la malignité des cen­seurs, je m’appliquai à rendre la plus exacte justice à tout le monde, sans me laisser influencer par le rang ni par la puissance de qui que ce fût ; je protégeai le faible contre le fort ; je repoussai toute dé­marche, toute sollicitation, soit d’une des parties, soit de l’autre, pour m’en tenir uniquement à l’audition des preuves testimoniales. … Je marchais droit mon chemin, avec la résolution ferme et décidée de maintenir le bon droit, d’éviter toutes les vanités du monde, et de me montrer inflexible aux personnes en crédit qui voulaient m’influencer. Tels n’étaient pas, cependant, les principes des cadis mes con-frères ; aussi blâmèrent-ils mon austérité, en me conseillant de suivre le système qu’ils s’étaient accordés à adopter, savoir : de plaire aux grands, de montrer de la déférence pour les gens haut placés.

A cette même époque, un coup funeste vint me frapper : toute ma famille s’était embarquée dans un port du Maghreb pour me rejoindre ; mais le vaisseau sombra dans un ouragan et tout le monde périt. Ainsi un seul coup m’enleva à jamais richesses, bonheur et en-fants. Accablé de mon malheur, je cherchai des consolations dans la prière, et je pensai à me démettre de ma charge ; mais, craignant de mécontenter le sultan, j’écoutai les conseils de la prudence et je la gardai.

… Bientôt la faveur divine vint me tirer de cet état pénible : le sultan, puisse Dieu le protéger ! mit le comble à ses bontés en me permettant de déposer un fardeau que je ne pouvais plus porter et à quitter une place dont, à ce qu’on prétendait, je ne connaissais pas les usages.

… Trois années venaient de s’écouler depuis ma destitution quand je me décidai à faire le pèlerinage….Depuis mon re­tour, j’ai continué jusqu’à ce moment, c’est‑à‑dire au commence­ment de l’an 797 (fin d’octobre 1394), à vivre dans la retraite, jouissant d’une bonne santé et uniquement occupé de l’étude et de l’enseignement. Puisse Dieu nous accorder ses grâces, étendre sur nous son ombre tutélaire et regarder nos œuvres comme méritoires !

————————

Ibn Khaldoun vécut encore près de douze années, se retrouvant un temps prisonnier de Tamerlan à Damas, exerçant à nouveau périodiquement une charge de cadi. Il reprit une dernière fois cette charge

‘au milieu du mois de ramadan 808 (5 mars 1406) ; mais il mourut le 25 du même mois (15 mars 1406), âgé de soixante et quatorze ans’.

————————

Autobiographie extraite du premier volume des Prolégomènes, traduction de Slane.


Retour à l'auteur: Franz Boas (1858-1942) Dernière mise à jour de cette page le jeudi 16 février 2006 18:28
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref