RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

L'origine de la famille, de la propriété privée et de l'État (1884):
NOTE DE L'ÉDITEUR


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Friedrich Engels (1884), L'origine de la famille, de la propriété privée et de l'État. Traduction française, Les Éditions du Progrès, Moscou, 1976, 318 pages.

NOTE DE L'ÉDITEUR.

Engels écrivit l'Origine de la famille, de la propriété privée et de l'État en deux mois, de fin mars à fin mai 1884. En dépouillant des manuscrits de Marx, il était tombé sur une analyse détaillée, datant de 1880-1881, de l'ouvrage du savant progres-siste américain L. Morgan Ancient Society ; elle contenait de nombreuses annotations critiques, (les propositions personnelles et des données complémentaires tirées d'autres sources. Après avoir pris connaissance de ces notes et s'être convaincu que le livre de Morgan confirmait la conception matérialiste de l'histoire élaborée par Marx lui-même et leurs idées sur la société primitive, Engels jugea nécessaire de composer un ouvrage en mettant largement à contribution les notes de Marx ainsi que certaines conclusions de Morgan et des faits cites dans son livre. Pour Engels c'était, pour ainsi dire, l'exécution d'un testament. Il utilisa pour son écrit diverses matières complé-men-taires tirées de ses propres études sur l'histoire de la Grèce et de Rome, de l'Irlande ancienne, des Germains, etc. (voir les travaux d'Engels la Marche, Sur l'histoire des anciens Germains, l'Époque franque, etc.).

Engels est le premier en littérature marxiste à avoir décrit l'évolution de la famille à partir des positions du matérialisme historique. Il envisage la famille comme une catégorie historique et dévoile la liaison organique entre ses formes - depuis le mariage par groupe jusqu'à la famille monogame qui s'est imposée avec l'apparition de la propriété privée - et les diverses étapes du développement de la société, la dé-pen-dance de ces formes du mode matériel de production. Il montre comment, à mesure du progrès des forces productives, on voit diminuer l'influence des liens de parenté sur la formation sociale et comment avec la victoire de la propriété privée est apparue une société ou « le régime de la famille est complètement dominé par le régime de la propriété ».

Engels soumet à une vive critique la famille bourgeoise. Il révèle le fondement économique de l'inégalité des femmes alors que règne la propriété privée et montre que la vraie émancipation des femmes passe par l'abolition du mode de production capitaliste. Ce n'est qu'en société socialiste, note Engels, alors que les femmes seront largement associées a la production sociale, qu'une véritable égalité avec les hommes sera instaurée dans tous les domaines de la vie sociale, que les femmes seront affran-chies des soucis du ménage que la société assumera à un degré croissant, c'est alors seulement que s'affirmera un type de famille nouveau, supérieur, basé sur l'entière égalité des sexes, le respect mutuel et l'amour.

Engels consacre une grande partie de son ouvrage à l'étude de la genèse et du développement des diverses formes de propriété et à leur dépendance des diverses formes d'ordre social. Il prouve à l'évidence que l'institution de la propriété privée n'est pas éternelle, que, durant une longue période de la préhistoire, les moyens de production ont été propriété collective. Engels montre comment le progrès des forces productives et l'élévation de la productivité du travail engendrent la possibilité de s'accaparer les produits du travail d'autrui, comment de ce fait apparaissent la propriété privée et l'exploitation de l'homme par l'homme et comment la société se scinde en classes antagonistes. La conséquence directe a été l'émergence de l'État. Le problème (le l'origine et de la nature de l'État est essentiel dans l'ouvrage d'Engels ; il en constitue le pivot. L'étude poussée de ce problème faite par Engels a marque une étape majeure dans l'élaboration de la doctrine marxiste sur l'État et, sous ce rapport, son livre rejoint les ouvrages classiques de Marx que sont le Dix-Huit brumaire de Louis Bonaparte et la Guerre civile en France, ainsi que l'ouvrage d'Engels Anti-Dühring.

Le livre d'Engels vise directement les savants qui tentent de présenter l'État comme une forme placée au-dessus des classes et prétendument appelée à défendre dans une même mesure les intérêts de tous les citoyens. A l'exemple de la genèse de l'État à Athènes, à Rome et chez les Germains, Engels montre de façon convaincante que dès sa naissance l'État a toujours été l'instrument de domination des classes qui détiennent les moyens de production. Dans son ouvrage Engels étudie diverses formes concrètes d'État, en particulier la république démocratique bourgeoise, que les défenseurs du capitalisme prés entent comme la forme suprême de la démocratie. Engels caractérise la nature de classe de cette république comme étant une forme de domination de la bourgeoisie dissimulée derrière une façade démocratique.

Mettant en garde contre les illusions parlementaires fort répandues a l'époque parmi une certaine fraction des militants du mouvement ouvrier, singulièrement par-mi les cléments opportunistes de la social-démocratie allemande, Engels montre que tant que subsiste le pouvoir du capital, les libertés démocratiques ne peuvent aboutir à l'affranchissement des travailleurs. Il souligne en même temps que le prolétariat est intéressé à préserver et à élargir les libertés démocratiques qui créent les conditions les plus favorables au déploiement de sa lutte libératrice pour la transformation révolutionnaire de la société.

Étudiant comment change le mode de production des biens matériels à mesure du développement des forces productives, comment l'apparition de la propriété privée et la division de la société en classes opposées deviennent inévitables et logiques à une certaine étape, Engels développe dans son livre la conclusion formulée par les fondateurs du marxisme que la croissance des forces productives dans la société capitaliste conduit tout aussi inéluctablement à faire de la propriété privée et des classes exploiteuses un obstacle au progrès de la production. D'où le caractère inéluctable de la révolution prolétarienne qui ne peut être réalisée, comme l'ont indiqué Marx et Engels, a maintes reprises, qu'en brisant l'ancienne machine bureaucratique et exploiteuse de la bourgeoisie et en la remplaçant par un État de type nouveau, la dictature du prolétariat, forme suprême de la démocratie.

La doctrine marxiste de l’État, exposée sous cette forme classique par Engels, fut développée par la suite par Lénine, vu le contexte historique nouveau, dans son im-por-tant ouvrage l’État et la révolution.

En 1890, alors qu'il avait accumulé des données nouvelles relatives à l'histoire (le la société primitive, Engels aborda la préparation d'une nouvelle édition de son livre. Il étudia, ce faisant, les ouvrages les plus récents traitant (le la question, notamment les travaux du savant russe Maxime Kovalevsky, il apporta de nombreuses correc-tions et additions an texte original, surtout dans le chapitre sur la famille, compte tenu des derniers acquis en archéologie et en ethnographie (les modifications les plus notables apportées à l'œuvre dans la 4e édition sont spécifiées dans la présente édition en bas de page ou entre crochets gras). Cependant ces modifications et précisions ne concernent pas les conclusions d'Engels qui ont obtenu confirmation nouvelle dans les données récentes de la science. Ces conclusions ont préservé toute leur valeur ultérieurement ; les progrès de la science ont montre par la suite, toute la justesse des principales propositions contenues dans l'ouvrage d'Engels bien que certains faits empruntes au livre de Morgan, demandent à être précisés a la lumière des données scientifiques nouvelles (entre autres la périodisation de la préhistoire donnée par Morgan et la terminologie dont il use).

La 4e édition revue et augmentée du livre d'Engels parut a Stuttgart fin 1891 et ne connut pas de modifications ultérieures. Engels l'assortit d'une nouvelle préface (voir pp. 15-34 de la présente édition).

La présente édition reprend la 4c édition allemande de 1891 avec les préfaces de la ire et de la 4e édition.


Retour au texte de l'auteur: Friedrich Engels Dernière mise à jour de cette page le dimanche 14 mai 2006 20:08
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref