RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Addition aux pensées philosophiques
ou objections diverses contre les écrits de différents théologiens
. (1762)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir du texte de Denis Diderot (1762), “Addition aux pensées philosophiques ou objections diverses contre les écrits de différents théologiens” (1762), in DIDEROT, Oeuvres complètes, éd. Assézat-Tourneux, Paris, Garnier Frères, 1875, tome 1, pp. 158-170. Un avant-propos inédit de Christophe Paillard. Un édition réalisée par M. Christophe Paillard, bénévole, professeur agrégé de philosophie au Lycée international de Ferney-Voltaire et artisan de FacPhilo


Introduction
de Jules Assezat (1875)


« Quoique l'addition suivante n'ait été publiée qu'en 1770, nous n'avons pas cru, plus que nos prédécesseurs, pouvoir la séparer de l'ouvrage auquel elle se rattache si intimement. Il est probable, d'ailleurs, comme le pense M. Rosenkranz, que ces pensées ont dû être composées pour lui seul par Diderot, en réponse aux critiques qui avaient été faites des Pensées philosophiques, et ce qui fait croire qu'il les réservait, c'est que Naigeon, en les publiant à l'étranger pour la première fois, ne les a point attribuées à son maître; qu'il n'en dit rien dans ses Mémoires et qu'il a attendu la Révolution pour les éditer en France sous le nom de leur véritable auteur.

Ces nouvelles Pensées philosophiques, qui nous sont ainsi parvenues par le canal de Naigeon, pourraient bien avoir été traitées par lui comme il a traité les premières, en les insérant dans son article DIDEROT de la Philosophie ancienne et moderne, c'est-à-dire qu'elles ne contiennent peut-être que juste ce que Naigeon croyait utile à sa cause. Il y règne une certaine sécheresse. Quant aux objections, on les trouvera sans doute assez vulgaires; mais il faut se rappeler que ce sont à peu près les mêmes qu'a répétées Voltaire jusqu'à satiété. Elles ne nous semblent plus aujourd'hui à la hauteur de la critique nouvelle, c'est bon signe. Si elles roulent sur des sujets qui n'ont plus le don de nous passionner, il faut précisément en tirer un motif de reconnaissance pour ceux qui ont combattu de toutes armes afin de ramener ces sujets à leur juste valeur, jusqu'à eux beaucoup trop exagérée.

Voici comment Naigeon présenta ces Pensées aux lecteurs de la Philosophie ancienne et moderne, avant de les placer dans son édition de Diderot, de 1798 :

« Plusieurs années après la publication des Pensées philosophiques, Diderot, enhardi par le succès que cet ouvrage avait eu parmi les bons esprits, les seuls juges qu’il reconnut, y fit une suite qu’il garda prudemment dans son portefeuille, et qui aurait infailliblement compromis son repos, sa liberté, peut-être même sa vie, si dans ces temps marqués dans notre histoire par tant d’atrocités ministérielles , il l’eût livrée à l’impression. Il faut cependant qu’une copie peu fidèle et très incomplète de ces Pensées soit tombée depuis entre les mains de l’éditeur d’un Recueil philosophique publié en Hollande en 1770 ; car on trouve dans cet excellent recueil un assez grand nombre de ces pensées : mais on a changé dans plusieurs le tour et l’expression de Diderot, et ces changements ne sont pas toujours très heureux. Comme j’ai eu entre les mains le manuscrit autographe de cette Addition aux Pensées philosophiques, je saisis avec empressement cette occasion de rétablir ici dans toute son intégrité le texte original de ces Pensées, beaucoup plus hardies que celles qui parurent en 1746. On y voit un philosophe profondément affligé des obstacles de toute espèce que les préjugés religieux ont opposés aux progrès des Lumières, employer tour à tour les armes du raisonnement et du ridicule pour détruire une superstition qui, depuis vingt siècles, pèse sur l’esprit humain, et dont les fauteurs sont d’autant plus difficiles à détromper, que l’absurdité même des dogmes qu’elle enseigne sert d’aliment à leur stupide crédulité, et en fortifie les motifs à leurs propres yeux. »

Naigeon, avait été lui-même l’éditeur du Recueil philosophique ; Londres (Amsterdam), 1770. L’Addition y porte le titre de Pensées sur la religion. »

J.ASSEZAT, Introduction de l’Addition aux Pensées philosophiques, Oeuvres complètes de Diderot, Paris, Garnier frères, 1875, tome 1, pp.157-158.

Revenir au texte de l'auteur: Denis Diderot Dernière mise à jour de cette page le Samedi 15 novembre 2003 12:51
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref