RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Tocqueville au Bas-Canada
Présentation, Jacques Vallée


Une édition électronique réalisée à partir des écrits d’Alexis de Tocqueville, Tocqueville au Bas-Canada. Écrits datant de son voyage en Amérique (1831-1831) et d'après son retour en Europe (1832-1859). Textes présentés par Jacques Vallée. Montréal: Éditions du Jour, 1973, 185 pages. Collection: Bibliothèque québécoise.

Présentation
par Jacques Vallée


Alexis de Tocqueville, en publiant en 1835 une magistrale étude, La Démocratie en Amérique, allait devenir, aux yeux de beaucoup, le plus grand analyste de la société américaine et de ses institutions politiques ; au fédéralisme, a même écrit Pierre Ellion Trudeau, il a donné son « expression classique ».(Note 1)) Mais on a aussi écrit que, lors de leur passage a Québec en 1831, le même Tocqueville et son ami Gustave de Beaumont, pris par une soudaine fièvre nationaliste, s'étaient par moments comportés comme de véritables agitateurs, s'enflammant à troubler une population jugée encore trop apathique. (Note 2) N'est-ce pas à Québec qu'on voit Tocqueville affirmer « que le plus grand et le plus irrémédiable malheur pour un peuple, c'est d'être conquis » ? (Note 3) N'est-ce pas là qu'on le voit craindre que « les classes intermédiaires et supérieures de la population canadienne abandonnent les basses classes et se laissent entraîner dans le mouvement anglais » ? (Note 4) N'y a-t-il pas également voulu voir ces «Français du Canada », comme il lui arrivait, à lui aussi, de les appeler, « reconquérir complètement leur nationalité » (Note 5) N’y a-t-il pas enfin un instant appelé de ses vœux « l'homme de génie qui comprendrait, sentirait et serait capable de développer les passions nationales du peuple » (Note 6), dont il entrevoyait le proche réveil ? Tocqueville, le plus illustre défenseur du fédéralisme, cherchant, plus de trente ans avant l'Acte de l'Amérique du Nord Britannique, un vent de soulèvement chez l'une des « deux nations ennemies » (Note 7), qui habitent le Canada, ce serait là certes une de ces ironies de l'histoire qui méritent qu'on en livre les multiples aspects à la curiosité du lecteur québécois d'aujourd'hui.

Les données essentielles du dossier sont accessibles. On trouve déjà dans les diverses éditions de Tocqueville, en plus de ses oeuvres majeures, une grande partie des lettres qu'il a écrites d'Amérique, les multiples cahiers remplis de ses notes de voyage et la plupart des écrits et discours où à travers les années il a fait mention de la réalité canadienne. Une pièce d'importance qui y manque, une lettre sur la révolte de 1837, a naguère été publiée par la Canadian Historical Review. L'édition Gallimard des Oeuvres complètes, entreprise en 1951 sous la direction de J.-P. Mayer (Note 8), n'a mentionné jusqu'ici, parmi les inédits qui restent à connaître, hormis certains papiers de Beaumont, aucune pièce de grand intérêt pour nous. (Note 9) Ces précieuses observations de Tocqueville sur les réalités canadiennes, observations éparses au hasard des pages d'une oeuvre considérable, il ne restait donc qu'à les rassembler, à les mettre en ordre (un ordre rigoureusement chronologique), à y ajouter les annotations utiles, enfin à les faire paraître: telle a été notre seule tâche.

Tocqueville et Beaumont n'ont passé que quelques jours au Bas-Canada. Les deux jeunes aristocrates qui avaient officiellement comme mission d'étudier le système pénitentiaire des États-Unis (Note 10) consacrèrent, en fait, l'essentiel de leur séjour en Amérique du Nord (5 mai 1831 - 20 février 1832) à pénétrer un système démocratique du plus grand intérêt pour deux Français qui, avec la Révolution de 1830, venaient de vivre une autre des mutations prolongeant la Révolution française (Note 11). Les premières semaines après leur arrivée à New York ayant surtout été employées à la visite de prisons, les voilà qui, au début de juillet, se lancent dans un long périple qui d'Albany, Schenectady, Utica, Syracuse, Auburn, Canandaigua, les conduit à Buffalo et à Détroit où, à la recherche d'authentiques représentants des tribus indiennes, ils vont tenter une expédition dans ce qu'on pouvait encore à l'époque appeler les déserts du Nouveau Monde. C'est à partir de là que nous nous joindrons aux deux voyageurs, puisque c'est à la fin du long récit que fait Tocqueville de leur course à travers bois qu'on assiste à leur première rencontre avec des habitants du Bas-Canada. Nous les accompagnerons ensuite sur les Grands Lacs (la colonisation française y avait laissé des traces toujours vivantes) avant de les suivre aux Chutes du Niagara, à Montréal et à Québec. Nous les quitterons enfin dès leur retour à Albany, ne retenant du reste du séjour de Tocqueville en Amérique que les moments où il lui arrivera de reprendre en pensée la route du Bas-Canada.

Après avoir pris connaissance des observations de Tocqueville qui précèdent de quelques années les célèbres troubles de 37-38, il appartient à chacun des lecteurs de déterminer le poids qu'il entend leur accorder. Les uns voudront surtout s'employer à reprocher au politologue qui ne se donne pas la peine de connaître la province anglaise de la colonie, qui ne s'embarrasse pas d'un surplus de données économiques, qui ignore tant de sommités, depuis le gouverneur Aylmer jusqu'à Louis-Joseph Papineau, de ne donner de notre situation politique un tableau qui ne soit ni bien neutre ni bien complet. Les autres préféreront accorder une oreille attentive à l'observateur des sociétés qui, sans s'y être spécialement préparé, conduit un peu par le hasard (Note 12), arrive chez nous et, avec un enthousiasme ne manquant pas de lucidité, nous livre les impressions les plus vives, les perceptions les plus profondes qu'il a de nous, de notre sort.

Dans la deuxième partie du dossier, on trouvera quelques autres textes où Tocqueville, revenu en Europe, fait montre d'un intérêt épisodique envers une réalité canadienne interprétée de moins en moins pour elle-même et de plus en plus en fonction des questions que se pose notre auteur à propos de la société française : telle est la portée qu'il faut attribuer aussi bien aux mentions du rapport Durham suscitées par les discussions parlementaires sur la colonisation en Algérie qu'aux notes sur la centralisation administrative au Canada révélatrices pour l'historien de l'état d'esprit le plus profond de l'ancien régime français.

On y trouvera aussi de larges extraits de la Démocratie en Amérique. Les uns font allusion au la petit peuple » (Note 13), qui « comme les débris d'un peuple ancien perdu au milieu des flots d'une nation nouvelle » (Note 14) vit une sorte de frileux repli sur les rives du Saint-Laurent. Les autres, qu'il nous a paru utile de reproduire, nous entretiennent du régime fédéral, du contexte social qui le rend possible aux États-Unis, des avantages, des vices aussi, (ces deux termes sont de Tocqueville) qui sont inhérents a ce régime. À chacun de juger par lui-même, sur pièces, jusqu'où vaut telle étiquette reçue qu'en ce pays on a collée à Tocqueville: faut-il en effet faire de lui avant tout un théoricien des constitutions défendant au nom de la théorie des contrepoids l'archétype du fédéralisme, en un moi et dans le sens le plus étroit, un simple constitutionnaliste ? Mais ce serait nier ipso facto la dimension la plus profonde d'une pensée moins juridique que fondamentalement sociologique, comme l'a admirablement montré Raymond Aron qui voit dans l'auteur de La Démocratie, à l'égal des Comte, des Durkheim, des Weber, des Marx, l'un des grands fondateurs de la sociologie. (Note 15) C'est précisément en Tocqueville le sociologue qui est soucieux d'affirmer qu'on ne saurait apprécier un régime politique sans constamment tenir compte des conditions qui concrètement définissent la société où il s'insère. C'est le sociologue qui est ainsi amené à penser que les intérêts communs ne suffisent pas au maintien d'une confédération. Il s'explique : « Pour qu'une confédération subsiste longtemps, il n'est pas moins nécessaire qu'il y ait homogénéité dans la civilisation que dans les besoins de divers peuples qui la composent. » (Note 16) C'est le sociologue qui affirme que les États-Unis « divisés comme ils le sont en vingt-quatre souverainetés distinctes constituent cependant un peuple unique. » (Note 17) C'est le sociologue qui pense que « le lien du langage est peut-être le plus fort et le plus durable qui puisse unir les hommes.» (Note 18) C'est le sociologue qui croit que « les peuples se ressentent toujours de leur origine » et qui déclare aussitôt après : « S'il nous était possible de remonter jusqu'aux éléments de leur histoire, je ne doute pas que nous ne puissions y découvrir la cause première des préjugés, des habitudes, des passions dominantes, de tout ce qui compose enfin ce qu'on appelle le caractère national. » (Note 19) C'est le sociologue qui nous livre le coeur de sa pensée en des termes qui ne permettent enfin aucune ambiguïté :

« Ce qui maintient un grand nombre de citoyens sous le même gouvernement, c'est bien moins la volonté raisonnée de demeurer unis que l'accord instinctif et en quelque sorte involontaire qui résulte de la similitude des sentiments et de la ressemblance des opinions.

« Je ne conviendrai jamais que les hommes forment une société par cela seul qu'ils reconnaissent le même chef et obéissent aux mêmes lois; il n'y a de société que quand des hommes considèrent un grand nombre d'objets sous le même aspect; lorsque sur un grand nombre de sujets, ils ont les mêmes opinions ; quand enfin les mêmes faits font naître en eux les mêmes impressions et les mêmes pensées. » (Note 20)

Loin de nous l'idée d'embrigader Tocqueville dans une nouvelle cause: qu'il ait un jour souhaité voir les habitants du Bas-Canada « reconquérir complètement leur nationalité » ne permet pas d'affirmer que dans le difficile débat qui divise aujourd'hui Canadiens et Québécois, il accepterait de marcher derrière le drapeau de l'indépendance. Mais sous prétexte qu'on s'est donné pour credo politique de « faire contrepoids » (Note 21), on ne saurait s'arroger de droits de propriété sur l’œuvre extraordinairement riche d'Alexis de Tocqueville. La récupération post mortem repose trop souvent sur l'éxégèse la plus primitive. Laissons donc au théologien, à Thomas d'Aquin, le soin de baptiser in absentia l'immuable païen qu'est toujours pour nous Aristote. Après tout, saint Thomas était un homme du Moyen Age.

Jacques VALLÉE

Retour à l'auteur: Alexis de Tocqueville Dernière mise à jour de cette page le Samedi 18 janvier 2003 19:56
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref