RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

Nicolas Berdiaeff [Berdiaev], 1874-1948
philosophe chrétien russe de langues russe et française.



Biographie


Nicolas Berdiaev est un philosophe russe réfugié en France qui a marqué la pensée orthodoxe par son affirmation de principat de la liberté, premier don de Dieu à l'être humain. Cette pensée iconoclaste lui valu d'être expulsé de son pays en 1922 et parfois mal compris dans le monde orthodoxe.


Nicolas Berdiaev est né dans une famille aristocratique ukrainienne en 1874. Il professe des idées marxistes et révolutionnaires et ne voit tout d'abord pas la révolution de 1917 d'un mauvais oeil. À cette époque, il est professeur à l'université de Moscou et y fonde en 1919 l'Académie libre de culture spirituelle que le pouvoir ferme brutalement en 1922, avant d'expulser Berdiaev qui se réfugie dans un premier temps à Berlin puis en France. Il s'installe à Clamart où vit déjà un groupe d'émigrés russes et y fonde une académie de philosophie et de religion. Il part du postulat que Dieu a créé l'homme libre et que cette liberté peut devenir un mal si l'homme laisse se reproduire les rapports d'esclavage et de domination dont est issue l'histoire de l'humanité. Il envisage l'être humain en tant que personne et non individu appartenant à un tout, société, église, coupable selon lui d'aliénation spirituelle, et cette pensée influencera Emmanuel Mounier et sa philosophie personnaliste et l'un des penseurs sud-américains de la théologie de la libération. Elle sera moins bien reçue dans les milieux ecclésiastiques orthodoxes. Il dénonce avec vigueur dans les années 30 le messianisme de la race élue et de la classe élue. Il a beaucoup écrit : études sur Dostoeivski, sur le communisme russe, explicité sa pensée dans Der l'esclavage et de la liberté de l'homme- par exemple et laissé un Essai d'autobiographie spirituelle. A sa mort en 1958, sa maison de Clamart a été léguée au patriarcat de Moscou.

Source: La Procure. [En ligne] Consulté le 8 février 2017.


Retour à l'auteur: Franz Boas (1858-1942) Dernière mise à jour de cette page le jeudi 9 février 2017 6:48
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref